Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1755
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 19 - Je luis dans une de ces maifons flotantes, ' dont les Efpagnols fe font fervis pour atteindre jufqu'à nos malheureufes Contrées , & dont on ne m'avoit fait qu'une defcription très-imparfaite. Conçois-tu ,.cher Aza , quelles idées funeftes font entrées dans mon ame avec cette affreufe connoiflance.
Page 20 - ... toi. Cher Arbitre de mes jours , de quel prix te peut être déformais ma vie infortunée ? Souffre que je rende à la Divinité un bienfait...
Page 101 - ... si facilement et se subdivisent en massifs de diverses figures et de diverses grosseurs : ces subdivisions si aisées à faire , sont cause que , dans les endroits où le charbon fossile se transporte , on a de la peine à comprendre que les morceaux qu'on en voit soient des portions d'un grand tronc d'arbre , comme on le reconnoît aisément dans les lieux où il se trouve.
Page 100 - ... par la partie qui déborde la cavité , est aplani ; le reste prend la forme des parois qui le renferment , sans y être néanmoins attaché qu'au fond , où il finit en plan ; ce qui forme un petit corps qu'on peut détacher avec peu de force , comme avec la pointe d'une épingle dont on toucheroit le bord , on le verroit sortir et montrer la figure hémisphérique en petits cylindres.
Page 22 - Aza , reçois les derniers fentimens de mon cœur , il n'a reçû que ton image , il ne vouloit vivre que pour toi, il meurt rempli de ton amour. Je t'aime , je le penfe , je le fens encore , je le dis pour la derniere fois ..... LETTRE VIL AZ A , tu n'as pas tout perdu , tu régnes encore fur ,un cœur ; je refpire.
Page 102 - Telle est la nature de ces charbons fossiles; l'auteur y joint leur usage : ils ont de la peine à s'allumer ; mais lorsqu'ils le sont une fois , ils produisent un feu extrêmement vif , et restent...
Page 20 - Cher arbitre de mes jours, de quel prix te peut être désormais ma vie infortunée? Souffre que je rende à la Divinité un bienfait insupportable dont je ne veux plus jouir; je ne te verrai plus, je ne veux plus vivre. Je perds ce que j'aime, l'univers...
Page 18 - ... curieux ; je l'ai ouverte avec précipitation. Qu'ai-je vu , cher amour de ma vie ! Je ne trouverai point...
Page 102 - ... mais on y voit seulement un amas prodigieux de globules rangés par ordre , et semblables à des rayons qui partent d'un centre et qui aboutissent à...
Page 106 - Lecuwenhoeck , qui prétend avoir découvert dans l'albâtre une très-grande quantité de sel, d'où ce docteur italien conjecture que la plus grande partie de la pâte blanche qui compose l'albâtre, est une espèce de sel fossile , qui , venant à être rongé par les injures de l'air ou par l'eau , laisse à découvert les cristallisations en forme d'aiguilles. « II ya toujours, dit-il , dans les albâtres une grande quantité de sel ; on le voit tout...

Informations bibliographiques