Images de page
PDF
ePub

6. Me! Duvoisin, évêque de Nantes.

La tête seule, découverte; de trois-quarts, presque de profil à droite.

Dessin au crayon noir; un estampage est conservé dans la même collection.

7. De Bercy, adjoint.

La tête seule, découverte et engoncée dans un large collet, dirigée à gauche, presque de profil.

Dessin à la sanguine; un estampage est conservé dans la même collection.

8. Dourbroucq (Piter), colonel de la garde d'honneur.

De trois quarts à gauche, la tête découverte ; en uniforme, la croix de la Légion d'honneur sur la poitrine.

Bon dessin au crayon noir, auquel est joint un estampage.

9. Brillaud-Laujardière, conseiller (de préfecture.

La tête seule, découverte; il est vu de profil à gauche. Figure émiacée mais pleine d'expression.

Dessin au crayon noir, auquel est joint un estampage. Dans les cartons de la Société archéologique se trouvent également deux épreuves lithographiques, dans le même sens et de méme dimension que le dessin original Par qui et quand ont été exécutées ces lithographies, nous ne saurions le dire, puisqu'elles ne portent aucune indication. Elles sont très jolies et fort bien réussies.

10. Mathurin Crucy, architecte.

La tête seule, découverte, de profil à gauche.

Excellent dessin au crayon noir, plein de vigueur et certainemen de vérité.

11. Tardiveau, avocat.

Une honnête figure d'homme de robe, avec perruque à

marteau. Il est vu de profil à gauche, le corps jusqu'aux épaules seulement.

Dessin à la sanguine, auquel un estampage est joint.

12. Gulmann(Henri-Albert), président de la chambre de commerce. Il est vu de profil à gauche, la tête inclinée.

Dessin au crayon noir, auquel est joint un estampage.

13. Tardiveau, avocat, président du Conseil de préfecture.

La tête seule, vue de profil à droite; figure intelligente.

Dessin au crayon noir, auquel est joint un estampage.

14. Le Boyer (Jean), professeur.

Tête seule, de profil à droite.
Estampage d'un dessin au crayon noir.

15. Châteaubourg (le père), peintre.

Tête de profil à gauche.

Estampage d'un dessin à la sanguine.

16. Châteaubourg (le fils, peintre.

La tête seule; il est vu de profil à gauche. Figure pleine d'expression.

Dessin au crayon noir, auquel est joint un estampage.

17. Paris, négociant.

Un bonhomme à larges lunettes, dont les extrémités reposent sur une vieille perruque. Il est vu de profil à droite.

Dessin au crayon noir, avec un estampage.

18. Lamaignière, négociant.

La tête seule; il est vu de trois quarls, presque de profil, à gauche.

Dessin à la sanguine, auquel est joint un estampage.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Tels sont les seuls dessins qu'il nous ait été donné de reconnaitre malgré toutes les recherches auxquelles nous nous sommes livré. Est-il dommage que notre artiste n'ait pas songé à écrire au bas de toutes ces effigies si remarquables par la facilité et l'ampleur de leur exécution, le nom des personnages qu'elles représentaient!....

Le dossier de la Société archéologique de Nantes contient encore quarante dessins originaux et cinquante-deux estampages auxquels on ne pourra plus désormais songer à assigner des noms Nous n'en faisons point le détail, il n'aurait aucun intérêt'.

La même Société possède encore bien des dessins, dus au crayon de Sablet; pour terminer la description de l'ouvre de notre artiste, nous nous bornerons à en décrire deux, qui sont des pièces fort remarquables.

Vuo des bords du Tibro par la porte du peuple à Rome.

Sur un pont rustique, au premier plan et vers la gauche un berger est debout, avec son chien à ses pieds à gauche un âne et des moutons; plus loin des bâtimens, au centre desquels est une tour ronde peu élevée, à droite des montagnes.

Vuo du pont Emola près Rome,

Un violent orage est déchaîné sur la campagne romaine ; la nue est sillonnée d'éclairs, les arbres sont courbés par le vent. Sur le Tibre, deux pêcheurs, dans une barque légère, n'en pêchent pas moins à la seine, tandis que sur le pont passe, de gauche à droite, une charrette attelée de deux chevaux.

Ces deux dessins, qui se font pendant, sont signés dans le bas, à gauche : F. Sablet et leurs dimensions sont les suivantes ; L. 0", 420 ;

+ Un de ces portraits a été lithographié par la même main qui a exécuté la lithographie de M. Brillaud-Laujardière. Nous ne savons pas davantage à qui attribuer cette reproduction.

H. 0«,277. A l'encre de chine, sur papier bleu, avec rehauts de gouache, ils sont vraiment du plus bel effet. Autant la campagne apparait calme et tranquille dans le premier, autant, par contre, la nature est violemment secouée par les élémens dans le second. L'artiste qui a signé ces deux pièces avait certainement étudié la nature et, qui plus est, il l'avait comprise.

(La suite prochainement).

Le marquis DE GRANGES DE SURGÈRES.

NOTES SUR LE DIOCÈSE DE VANNES

AU XVIII SIÈCLE

Extrait d'un manuscrit de Cillart de Korampoul

Notice de tous les bénéfices du diocèse de Vannes en Bretagne.

(Suite').

IHI

VANNES. Guinétt, qui est le nom breton de la ville de Vannes, vient du beau froment que son territoire produit ; et son ancien nom, Darioric, dit qu'elle est sise sur la Petite Mer. Cette capitale de la Basse-Bretagne devait être, au temps de César, empereur romain, à Locmariaquer, vers l'embouchure du golfe du Morbihan. Elle est depuis bien des siècles à trois lieues et demie de Locmariaquer, sur le ruisseau de Plaisance. Vannes est port de mer, un des trois grands bras du Morbihan venant baigner ses murs. Les ducs de Bretagne y ont fait leur séjour ordinaire. Cinq tours de leur château de l'Hermine subsistent encore.

Il y a à Vannes quatre paroisses.

Un séminaire, dirigé par les prêtres réguliers de la Mission, dits Lazaristes.

Un collège de Jésuites.

Une maison de retraite pour les hommes, dirigée par les Jésuites.

1 Voir la livraison de mai 1888.

« PrécédentContinuer »