Memoirs De L'academie Des Science, Belles-Lettres & Arts

Couverture
1874
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 201 - Je vous ai assemblés pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref, pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend guère aux rois, aux barbes grises et aux victorieux.
Page 287 - Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée Ne peut plaire à l'esprit, quand l'oreille est blessée.
Page 289 - Si vous avez en vous, vivantes et pressées, Un monde intérieur d'images, de pensées, De sentiments, d'amour, d'ardente passion, Pour féconder ce monde, échangez-le sans cesse Avec l'autre univers visible qui vous presse! Mêlez toute votre âme à la création!
Page 233 - Origine du monde, origine de l'espèce, question des races, destinée de l'homme en cette vie et en l'autre, rapports de l'homme avec Dieu, devoirs de l'homme envers ses semblables, droits de l'homme sur la création, il n'ignore rien; et quand il sera grand, il n'hésitera pas davantage sur le droit naturel, sur le droit politique, sur le droit des gens; car tout cela sort, tout cela découle avec clarté et comme de soi-même du christianisme.
Page 77 - D'un peuplier voisin on abat le branchage. Mais le bruit au hameau s'est déjà répandu : " Monseigneur est ici !" chacun est accouru. Chacun veut le servir. De bois et de ramée Une civière agreste aussitôt est formée, Qu'on tapisse partout de fleurs, d'herbage frais; Des branches au-dessus s'arrondissent en dais ; Le bon prélat s'y place, et mille cris de joie Volent au loin : l'écho les double et les renvoie.
Page 99 - Il. la brise, et la' mort en sort avec furie. Avec plus d'art encore, et plus de barbarie, Dans des antres profonds on a su renfermer Des foudres souterrains tout prêts à s'allumer. Sous un chemin trompeur, où, volant au carnage, Le soldat valeureux se fie à son courage, On voit en un instant des abymes ouverts, De noirs torrents de soufre épandus dans les airs, Des bataillons entiers, par ce nouveau tonnerre, Emportés, déchirés, engloutis sous la terre.
Page 368 - Il parut une lueur qui nous annonçait, non le retour du jour, mais l'approche du feu qui nous menaçait : il s'arrêta pourtant loin de nous. L'obscurité revient, et la pluie de cendres recommence, et plus forte, et plus épaisse. Nous étions réduits à nous lever de temps en temps pour secouer nos- habits, car sans cela, elle nous eût accablés et engloutis.
Page 367 - Presque aussitôt la nue tombe à terre, et couvre les mers; elle dérobait à nos yeux l'île de Caprée qu'elle enveloppait, et nous faisait perdre de vue le promontoire de Misène. Ma mère me conjure, me presse, m'ordonne de me sauver, de quelque manière que ce soit; elle me...
Page 71 - Fontaines, qu'on voyait porté dans sa chaise, et, malgré ses infirmités, montrer qu'une âme guerrière est maîtresse du corps qu'elle anime; mais enfin il faut céder. C'est en vain qu'à travers...
Page 280 - Ci-gisent deux amants : l'un pour l'autre ils vécurent : L'un pour l'autre ils sont morts , et les lois en murmurent. La simple piété n'y trouve qu'un forfait; Le sentiment admire, et la raison se tait.

Informations bibliographiques