Images de page
PDF
ePub

THE NEW YORK PUBLIC LIBRARY

ASTOR, LENOX AND TILDEN FOUNDATIONS R

1916

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

v. Molière.

ACTEURS.

HARPAGON, père de Cléante et d'Élise, et

amoureux de Mariane. ANSELME, père de Valère et de Marianne. CLÉANTE, fils d'Harpagon, amant de Ma

rianne.
ÉLISE, fille d'Harp: oon.
VALÈRE, fils d’An me et amant d'Élise.
MARIANE, fille de elme.
FROSINE, femme cigue.
MAITRE SIMON, courtier.
MAITRE JACQUES, cuisinier et cocher d'Har-

pagon.
LA FLÈCHE. de Cleante.
DAME CLE Je, servante d'Harpagon.
BRINDAVOINE,

valets d'Harpagon.
LAMERLUCHE,
UN COMMISSAIRE.

(La scène est à Paris, dans la maison d'Harpagon.)

[ocr errors][merged small]

SCÈNE PREMIÈRE.
VALÈRE, ÉLISE.

VALÈRE. Hé quoi! charmante Élise, vous devenez mélancolique, après les obligeantes assurances que vous avez eu la bonté de me donner de votre foi! je vous vois soupirer, hélas, au milieu de ma joie ! Est-ce du regret, dites-moi, de m'avoir fait heureux? et vous repentez-vous de cet engagement où mes feux, ont pu vous contraindre?

ÉLISE. Non, Valère, je ne puis pas me repentir de ce que je fais pour vous; je m'y sens entraîner par une trop douce puissance, et je n'ai pas même la force de souhaiter que les choses ne fussent pas. Mais, vous dire vrai, le succès me donne de l'inquié. tude; et je crains fort de vous aimer un peu plus que je ne devrais.

VALÈRE. que pouvez-vous craindre, Élise, dans les que vous avez pour moi?

[ocr errors]

Hé!

bontés

ÉLISE. Hélas! cent choses à la fois : l'emportement d'un père, les reproches d'une famille, les censures du monde, mais , plus que tout, Valère, le chan. gement de votre cour, et cette froideur criminelle dont ceux de votre sexe paient le plus souvent les témoignages tropardens d'un innocent amour.

VALÈRE. Ah! ne me faites pas ce tort de juger de moi par les autres : soupconnez-moi de tout, Élise, plutôt que de manquer à ce que je vous dois. Je vous aime trop pour cela ; et mon amour pour vous durera autant que ma vie.

ÉLISE. Ah! Valère, chacun tient les mêmes disconrs. Tous les hommes sont semblables par les paroles, et ce n'est que les actions qui les découvrent différens.

VALÈRE. Puisque toutes les actions font connaître ce que nous sommes, attendez donc, au moins, à juger de mon cæur par elles; et ne me cherchez point des crimes dans les injustes craintes d'une fàcheuse prévoyance. Ne m'assassinez point, je vous prie, par les sensibles coups d'un soupcon outrageux; et donnez-moi le temps de vous convaincre, par mille et mille preuves , de l'honêteté de mes feux.

Élise.
Hélas ! qu'avec facilité on se laisse persuader

« PrécédentContinuer »