Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][merged small]

Le Médecin Pédant, à Monsieur Conrart Secretaire du Roy.

SA TYRE I I.

Les Marchands, à Monsieur de Marolles Abbé de Villeloin.

SA TYRE

III.

Les Poëtes, à Monsieur l'Abbé Ménage.

SA TYRE

IV.

Le déjeuner d'yn Procureur, à Monsieur Pélisson Sécrețaire du Roy:

SA TYRE V.

Le leu de boule des Procureurs, à Monfieur Maucroix Chanoine en l'Eglise Cathédrale de Rheims.

[ocr errors]

siacao

LE

MEDECIN PED ANT

SATYRE PREMIERE

A MONSIE VR CONRA RT

Secretaire du Roy.

ON, la fiéure me quitte, allons,

fortons de lit,

(tir, De deux maux à la fois le Ciel me guarenEt ie me tiens heureux de ressentir son ayde Moins pour eftre fauué du mal, que du reméde: Pardonnez-moy, grand Dieu , fii'ay par fois juré, Ma maladie belas!.ie la prendrois en gré;

Mais ie ne trouue pas la constance facile
Lors qu'un vieux Médecin pour me purger la bile,
Me fait encor fouffrir cent persecutions ,
Tant par les fots discours, que par ses potions.

Moy qui depuis trois ans jouis du priuilége
Dene voir ni Latin , ni Pédants, ni Collége,
Et qui méttrois au rang des pires accidents
De reuoir ou Collége, ou Latin,ou Pédants:
CONRART, eus-je pas droit de me mettre en furie?
Vn parent qui sans doute aspire à mon hoyrie
Et qui trop volontiers pairoit mon assassin,
Me fit pour ce sujet venir un Médecin;
Médecin si Pédant qu'il semble à sa maniére
Que l'Vniuersité marche en luy toute entiére.

Son abord, il est vray, soulagea mes douleurs; Voyant fon habit long fait d'vn damas à fleurs, ( Hormis fon long manteau fait de simple étamine) Vne barbe en Trapése allant sur la poitrine, Sur sa teste pointuë un ample es vieux caftor Faisant une goutiére en l'vneg

l'autre bord: Ses gans hors de ses mains tortillez auec force Faits en forme de vis , ou de colonne tor

orse,
Caractére infaillible, 60 maintien affecté
A quoy l'on reconnoift ceux de la Faculté ;
Certes tous ces objets en dépit de mes fiéures
Mirent un ris forcé sur le bord de mes lévres,

Et qui vint presque au point de surmonter mon mal,
Lors que ie me souuins d'un certain animal
Sur qui le long du jour ce Pédant déambule;
Or on deuine assez que c'estoit vne mule,
Mais mule non fantasque , & qui deuers les Cieux
Ne haussoit fiérement la teste ni les yeux ;
Qui modefte en la marche, 6 de foy-mesme guide,
Toufiours defus fon cou sentoit lache la bride
Liberté dont pourtant elle n'abusoit pas ;
Malgré gaule & talon elle alloit petit pas,
Mesme elle n'euft faire une grande ajambée,
Car c'étoit à vray-dire une mule Pigmée,
Et ce Pédant crotté qui piquoit en Latin
Sembloit n’estre monté que deslus un patin.

Ce ne fut pas long-temps que dura cette joye,
Car bien-toft en tournant la ceinture de foye,
Il m'aborde , es me dit : sálué mon cher enfant,
D'où vient qu'estes ainsi dans vostre lit iacent?
Donnez-moy vostre bras , que vostre poux bat ferme !
O Dieux ! mainte pustule est sur votre Epiderme!
Je vois à vostre jouë ainsi baute en couleur
Que vostre fiévre vient d'inteftine chaleur,
Qui peut auec le temps se tourner en quartane;
C'est pourquoy sécétur ce soir la Médiane,
Qu'on prépare un chistére, auec Catholicon,
Violiers, Mélilot, Mauues , Taraxacon

Et puis récipiat demain au crépuscule
De Cafe dracmes huict , en bolus ou pilule;
le viendray voir apres quel en fera l'effet.
Moy ie pense desia que m'on voila défait,
Quandie voy qu'il s'affied, puis à perte d'haleine
Il cite Mathiole ; Oribafe , Auicenne,
Le Conciliateur, Paracelse, Cardan,
Du Laurens, Fracastor, Fallope, Riolan,
Arnaut de Ville-neufue , Albert, Erafiftrate,
Theophraste, Sennert, Galien, Hippocrate,
Et pour le faire court, il cite tant d' Autheurs,
Vieux, modernes,nouueaux, Bacheliers, 86 Docteurs;
Des gens le moins connus,des gens le plus en vogue,
Que ie creus qu'il vouloit en faire un catalogue.
En fuite fon discours passe aux disparitez
Des Docteurs de Paris,

Es d'autres Facultez:
Mais il blâme sur tout les Docteurs de Chymie,
Qui médisent si fort de la Phlebotomie ;
Et c'est pour ce sujet qu'il traite d'écolier
L'homme le plus sçauant, s'il vient de Montpelier.
Il dit qu'ils sont bourreaux de la nature humaine ;
Sils ne font pas ouurir à tous momens la veine,
Qu'ainsi, quoy qu'on ait dit, en vsoit Galien,
Et qu'en Terapeutique il reuffisoit bien
Appliquant à tous maux cette double recepte,
La fréquente saignée, ou la longue diette.

« PrécédentContinuer »