Petite bibliotheque des théatres: Chef-d'œuvres de la Drevetiere de l'Isle. Le dieu Mars désarmé

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1786
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 7 - II faut donc s'immoler à tout ce que vous faites Et parce que sur lui vous avez du pouvoir, Est-ce assez pour qu'il soit victime du devoir ? -'!;i sœur, en fait de choix, le devoir doit se taire LA MARQUISE, ironiquement.
Page 45 - N'exigent qu'un regard. Non ; on me rit au nez. FRUNTIN. Cela n'est pas poli, je crois. LA MARQUISE Allez, sa flamme Peut-être avec le temps pourra naître... LE CHEVALIER, l'interrompant. Madame, Quand revient donc Julie? LA MARQUISE. A quel propos, mon fils, Me parler d'un objet, qui, voyant vos mépris, S'en venge, en vous fuyant ? Et j'eusse agi comme elle.
Page 36 - A présent je le gage. Voyez comme le rouge accommode un visage ! Vous n'en mettiez jamais. Cet art officieux, De bien que vous étiez, vous rend quatre fois mieux. Mais quel sujet ainsi vous a donc travestie? JULIE. Ignorant le dessein, ou plutôt la manie Du pauvre chevalier, mon père, ainsi que moi, Fut reçu dans ces lieux, et tu sais bien pourquoi.
Page 37 - Et le guérir enfin de son bizarre goût. Que j'ai plaint son tourment! que j'ai souffert moi-même, De ne pouvoir tantôt dire ce je vous aime, Qu'il m'a tant demandé ! Mon cœur en palpitait. Que dis-je? hélas! tout bas il le lui répétait. Qu'il en coûte, en aimant, pour feindre d'être ingrate...
Page 40 - ... ensuite il dit avec violence : Parle donc, parle donc... (Bas.) Je m'égare. FRONTIN, effrayé. Quoi ! quoi ! monsieur ! Eh bien ! oui, le penchant bizarre Qui fait que votre étoile... est un sort... du destin. Dont... Je m'embrouille aussi... De manière qu'enfin... Pour trop vous imiler, monsieur, je déraisonne LE CHEVALIER.
Page 38 - Seigneurs me fcroient bien raison De la froideur d'un seul. Ils veulent qu'on les mène» Et de les bien mener on n'est jamais en peine Lorsque l'on sait tromper. JULIE. Tromper ! LISETTE. Il le faut bien. C'est unicmedesûr.
Page 12 - Le nez Américain, et la bouche Chinoise. S'il dit vrai, je crois fort qu'en mêlant tout cela, Je pourrai bien avoir un air de Canada. • L'habit au par-dessus soutiendra l'équivoque. Tout va bien jusqu'ici : miis certain point me choque Quel est-il ? LA MARQUISE.
Page 28 - Il n'en était pas digne. Elle cause, babille. . LISETTE. Elle a de qui tenir. DORIMONT. Ensemble ils seront bien. LA COMTESSE. En un mot, c'est son goût. ' . DORIMOM. Oh ! chacun a le sien. Mais je voudrais savoir...
Page 17 - ... à mw à kis 6 :tràlàbàryè:rl (Mlle II, le 22 octobre 1930.) Cf. déjà dans Vadé les phrases suivantes mises par l'auteur dan!:i !> uclip des jfi-us du vulgaire : C'est moi qui sera ton mari. (Vadé. Les Troqueurs. Se. III, t. II, p. 7.) VoiU une lettre en façon de Lettre-de-change qu'on a tirée sur l'amour d'une fille de ce canton: et c'est moi qui en est ('endosseur. (Vadé. Niçoise. Se. VII, t. IV, p. 15.) Néanmoins, à notre époque même, il arrive que l'on rencontre « tour dans...
Page 42 - CHEVALIER, levant. if trouve,., que... Zinca... FRONTIN. Eh bien! vous lui trouvez?. LE CHEVALIER, Avec notre Julie un air de ressemblance. FRONTIN. Bon ! vous n'y pensez pas. LE CHEVALIER. Quelque faible nuance...

Informations bibliographiques