Images de page
PDF
ePub

DES MINES,

OU

RECUEIL

DE MÉMOIRES SUR L'EXPLOITATION DES MINES,

ET SUR LES SCIENCES QUI S'Y RAPPORTENT ;

Roedigeesparle Conseil general des Mbines,

PUBLIÉES

Sous l'autorisation du Conseiller d'Etat, Directeur géwéral des

Pouts et Chaussées et des Mines.

TOME IX.

A PARIS,

Chez TREUTTEL et WURTZ, Libraires, rue de Bourbon ,

no. 17; et même Maison de Commerce,
A LONDRES, 30 Soho-Square ; et à STRASBOURG, rue des

Serruriers, no. 3.

NOUVEL AVERTISSEMENT

A MM. LES SOUSCRIPTEURS.

LES Annales des Mines, ainsi que le porte l'avertissement placé en tête du volume de 1816, formant le tome ser, de ce Recueil, devaient paraître, de trois mois en trois mois, par livraisons de sept à huit feuilles d'impression chacune. Cependant, à cause de l'abondance des matières, on s'est toujours vu forcé de s'étendre bien au-delà des limites dans lesquelles on avait d'abord pensé pouvoir se renfermer, mais qui étaient trop resserrées pour permettre, à temps, la publication de tous les mémoires qui intéressaient l'art des mines. Pour cette raison, le nombre des feuilles d'impression a été continuellement augmenté, et même, quelquefois, plus que doublé.

Les Annales des Mines continueront à être rédigées sur un plan plus étendu que celui qui avait été adopté dans leur origine; autrement elles ne pourraient remplir le but d'utilité qu'on se propose. Mais toutes les feuilles d'une même année seront distribuées de manière à former six livraisons, au lieu de quatre.

Conformément à cette nouvelle disposition, dont MM. les Souscripteurs apprécieront, sans doute, les avantages, les Annales des Mines paraîtront, à commencer du jer, janvier 1824, de deux mois en deux mois , par livraisons de sept à huit feuilles d'impression chacune , avec des planches. Le prix de la souscription restera fixé à douze francs, par an , pour Paris, et sera porté à quinze francs , pour les Départemens, en raison de l'augmentation des frais de port.

linprimerie de Madame HUZARD (née VALLAT LA CHAPELLE),

rue de l'Eperoni , n'. 7.

SUR LES MINES DE SCHISTE CUIVREUX

ET

SUR LES USINES DU PAYS DE MANSFELD (D;

Par M. MANÈS, aspirant au Corps royal des Mines.

Le schiste cuivreux, qui donne lieu à cette No- Introduction, tice, fait partie de la formation du calcaire ancien. Ce schiste forme une couche qui se montre nonseulement en Thuringe, mais enveloppe presque tout le Hartz. Primitivement, il fut exploité dans la plupart des points de son affleurement, aujourd'hui il n'est plus guère suivique dans les états du roi de Prusse, et à l'exception d'une production de cui

(1) Les mesures dont nous avons fait usage dans cette Notice sont celles mêmes du pays. Ce sont:

1°. La livre = 2 marcs de Cologne 32 lots = 467gram.,50.

2°. Le quintal, de 114 liv. = 53k.30.

3o. Le foudre, de 48 quintaux ( pour les schistes ) = 2558 kil. · 4°. Le foudre de charbon = 12 masses = 3mét. cub. 49.

5o. La masse de charbon = 14 pieds cubes du Rhin = 0,m. cub., 291.

6o. La tonne de coak = 2 boisseaux et demi de Silésie = p.cub. , 110 = 0m, cub., 148.

8o. La corde de bois fendu = 53 pieds cubes = im. cub., 10.

80. Le pied du Rhin = 0m.,275.
yo. L'écu de Prusse = 24 gros = 4 francs à-peu-près.

vre assez peu considérable qui a lieu à Camsdorf, et de quelques autres exploitations de Bottendorf et du comté de Stolberg, autrefois assez importantes, mais maintenant presque totalement abandonnées, la quantité de cuivre et argent que fournit encore cette couche se retire toute du comté de Mansfeld et de l'ancien district saxon de Sangerhausen.

Le district actuel de Mansfeld comprend plusieurs arrondissemens de mines, dont autrefois ceux seulement de Rothenbourg et Friedbourg appartenaient au roi de Prusse, tandis que les autres, beaucoup plus productifs, appartenaient à l'électeur de Saxe. Par suite de la cession de ces derniers, faite par la Saxe à l'ancien royaume de Westphalie, ces divers arrondissemens, qui dans le fait ne doivent être administrés qu'en commun pour l'être avec avantage, se trouvent aujourd'hui au pouvoir d'une même puissance, de la Prusse.

L'ancienne partie prussienne était administrée pour le compte immédiat du souverain, par un conseil, siégeant à Rothenbourg, lequel, avant la paix de Tilsitt, avait le nom de conseil de Basse-Saxe.

La partie saxonne était administrée par un conseil des mines, dépendant de l'électeur, pour le compte de différentes sociétés, réunies cependant entre elles par plusieurs points, et ne formant, pour ainsi dire, qu'une société unique. En 1810, celles-ci achetérent les mines de Rothenbourg, de sorte que maintenant toutes les mines du comté de Mansfeld sont dans une même main; elles sont exploitées pour le compte des

la paix delegeant à Recliat du sou

sociétaires, mais demeurent toujours sous l'influence des officiers des mines.

Le district de Sangerhausen, beaucoup moins important que celui de Mansfeld , est exploité en société par la ville même de Sangerhausen et la maison Bethman de Francfort sur le Mein. Les mines de cette partie, d'une extraction plus difficile et plus coûteuse que celles de Mansfeld, se trouvent aussi dans une position beaucoup moins avantageuse.

Les deux districts de Mansfeld et de Sangerhausen sont maintenant sous la dépendance du conseil supérieur prussien des mines de BasseSaxe et de Thuringe, établi à Halle depuis 1816. Celui de Mansfeld est administré par un conseil : siégeant à Eisleben, celui de Sangerhausen par un conseil particulier établi dans la ville de ce nom. Les mines de ces deux districts sont divisées en plusieurs arrondissemens partiels, à la tête de chacun desquels est un juré, un payeur et un maître mineur. Toutes ces mines paient au roi la vingtième partie du cuivre qu'elles livrent.

La couche de schiste cuivreux est par-tout trèsmince; elle a rarement au-delà de deux pieds d'épaisseur, et encore sur cette épaisseur sont-ce seulement des veines de trois à cinq pouces au plus, qui sont métallifères, tandis que les autres sont des roches stériles; enfin, dans ces veines mèmes, le minerai y est tellement disséminé, que par quintal de schiste on peut rarement compter sur plus de quatre livres de cuivre. C'est surtout vers Eisleben, Gerlstadt et Sangerhausen qu'ont lieu les plus grands travaux.

La réduction des schistes s'opère dans dix usines appartenant aux compagnies d'action

« PrécédentContinuer »