Petite bibliotheque des théatres: Le sabotier, ou, Les huit sols. Le rival par amitié, ou, Frontin Quakre

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1789
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 1 - A PERRUQUE, ou LE BAILLI, PETIT CONTE DRAMATIQUE, EN UN PETIT ACTE ET EN PROSE, DE COLLÉ.
Page 63 - ... ami. . . ( Bas, à la présidente). Allons, madame , un petit coup de collier... C'est qu'il sera délicieux qu'il vous croie... cela vaudra de l'or... cela sera divin. . . ( Haut. ) Je te demande en grâce de ne rien croire. . . LE PRÉSIDENT, d'un air d'humeur. Eh ! non , monsieur, ne plaisantons pas... je n'ai pas envie de rire;... je reprends mon bon sens, moi... D'abord,... c'est que vous êtes un coquin , si cela n'est pas ; ... et si cela est. . . et cela n'est pas,... car je commence...
Page 49 - Si c'étoit de vous dont il fût question et dont on dît des choses aussi agréables , vous ne nous menaceriez pas de vous enfuir ! Madame GA SPARIN. Ce n'est point cela , Messieurs ; mais c'est que cela devient trop fort!... (Bas, oM^Comit.) Cessez donc cette badinerie; elle m'inquiète"!
Page 62 - Vous me ferez justice de monsieur l'abbé ; vous ne le reverrez de votre vie, vous le chasserez de chez vous, ou je ferai un éclat. — Je vais de ce pas me réfugier chez mon oncle, le conseiller de grand'chambre ; je prendrai avec lui des mesures pour nous faire séparer. .. Et nous verrons si , sans raison et sans preuves , sans prétextes même , on peut attaquer la réputation et l'honneur d'une femme comme moi! L'ABBÉ, en riant.
Page 18 - LA PRÉSIDENTE , en fureur. Non, monsieur , vous ne sortirez pas comme cela... Je veux que vous me disiez par où une honnête femme,... une femme comme moi, . . . qui s'est toujours respectée, a pu s'attirer. . . L'ABBÉ, déclamant. Madame, il lut un temps où mon âme charmée.
Page 6 - Que voulez-vous que je réponde?... Elle appartient à un petit collet,... à un capellan.... Cela a grand air!... voilà un beau ridicule ! ... Oh ! ce serait tout autre chose si c'était quelqu'un de marque... qui eût une maison,... qui tînt un état. LA PRÉSIDENTE. Comment, un état? MADAME DUPUIS. Oui, madame, un état;... oui, un état. En un mot, il faut qu'un amant ait quelque consistance , cela excuse tout. Et cela est si vrai, que lorsque...
Page 28 - ... que dites-vous ? Où va , s'il vous plaît , cette belle plaisanterie? LE PRÉSIDENT , avec l'air satisfait. Ce n'est point une plaisanterie. La mort de son aîné , qui s'est laissé tuer comme un sot , produit ce changement. Oui , je vous dis que l'abbé quitte le petit collet , et qu'on a obtenu pour lui, à la cour , une compagnie de dragons. LA PRÉSIDENTE , d'un ton aigre. Cela est sérieux? LE PRÉSIDENT, avec une joie marquée. Oui, très-sérieux ; et, pour achever de vous surprendre,...
Page 58 - Tu vois bien que c'est par moi-même... que je suis certain que tu es ce que tu ne mérites sûrement pas d'être; et surtout de la façon d'un ami comme moi. LE PRÉSIDENT, confondu. Je n'en reviens point!... je n'en reviens point! L'ABBÉ, pleurant. Mais, cher ami, est-ce ma faute?... Mets-toi en ma place;,., pouvais-je faire autrement?
Page 54 - Voilà une femme que j'estime, par exemple! Voilà une femme qui a des mœurs, celle-là. LE COMTE : Oh dame, mon roi, voilà la grande manière de forcer les femmes à rendre, ou à ne pas prendre d'argent.
Page 60 - Quand on a un ami... un fidele ami, un ami sûr... comme roi, il faur vivre érernellemenr avec lui ! ^, sCENE XVI.

Informations bibliographiques