Images de page
PDF
ePub

LIBERMA SEPTEMBER 1999 17636

NOTICE

SUR LES DIFFÉRENTES ÉDITIONS

DU

DISCOURS SUR L'HISTOIRE UNIVERSELLE,

ET SUR LES CORRECTIONS ET ADDITIONS QUE L'AUTEUR Y A FAITES'.

Le DISCOURS SUR L'HISTOIRE UNIVERSELLE fut publié dans les premiers mois de 1681, à Paris, chez Sébastien Mabre-Cramoisy, en 1 vol. in-4° de 561 pages. Le privilége du roi pour l'impression, daté du 11 février 1681, est accordé pour quinze ans. Cette édition, ornée de vignettes en taille-douce au commencement et à la fin du livre, est fort bien exécutée. On la contrefit en Hollande la même année.

La seconde édition, qui n'est qu'une réimpression de la première, avec quelques corrections, parut en 1682, chez le même libraire, en un vol. in-i2 de 639 pages. On a mis à la première et à la dernière page les mêmes vignettes, réduites , qu'à l'édition in-4o. Il se trouve des exemplaires de cette édition qui portent la date de 1691, chez Roulland; mais le frontispice seul est changé.

Le même Roulland obtint, le 2 septembre 1695 , un nouveau privilége pour six ans, à compter du jour de la réimpression. La troisième édition , faite en vertu de ce privilége, fut mise au jour à la fin de mars 1700, en un vol. in-12 de 607 pages. On lit au frontis. pice : Troisième édition, revue par l'auteur. La vignette de la pre. mière page a été seule conservée.

! Cette Notice est extraite de l'édition des OEuvres complètes de Bossuet, Versailles, 1815 à 1819, 43 vol. in-8°. Ayant adopté le texte établi par les éditeurs de Versailles, nous reproduisons leur Notice. Cette édition-ci est augmentée d'une Notice biographique sur Bossuet, de l'Analyse du Discours sur l'Histoire undverselle , par L.-S. Auger, et, pour la première fois, d'une Table analytique. Dans l'édition de Versailles, les Variantes sont à la fin du volume ; mais nous avons cru que leur place était, en notes, au bas du texte. (LEF.... )

BOSS -- HIST. UNIV.

1

Cette édition est la dernière qui ait été donnée du vivant de Bossuet, et qu'il ait revue. Elle diffère des précédentes en ce que la seconde partie, qui n'a que treize chapitres dans les deux premières éditions, est divisée en trente chapitres dans la troisième. Le dernier chapitre de l'ouvrage a été aussi partagé en deux; ce qui donne huit chapitres à la troisième partie , au lieu de sept qu'elle avait auparavant. L'auteur, en revoyant son livre, y corrigea plusieurs fautes de dates et de citations, retoucha le style en divers endroits, et y fit beaucoup d'additions, principalement sur l'inspiration des Livres saints. On a suivi cette édition dans la collection de ses OEuvres , Paris, 1743 et 1748, in-4°, et dans les éditions faites séparément du Discours sur l'Histoire universelle, depuis 1707 jusqu'en 1741. Mais en 1753 les libraires de Paris , qui avaient le privilége de cet ouvrage, au lieu de continuer de le réimprimer d'après l'édition de 1700, reprirent celle de 1681, et ont persisté à la suivre jusqu'à présent; et l'on y a omis les additions et les corrections faites par Bossuet dans la troisième.

Mais l'abbé Ledieu, son secrétaire, nous apprend que dans les dernières années de sa vie l'évêque de Meaux ne cessait de revoir son ouvrage. Le fruit de ce dernier travail est un grand nombre d'additions importantes, qu'on a entièrement écrites de sa main, et dont le but est de mettre dans un nouveau jour les preuves de l'authenticité des Livres saints, et la liaison qu'ont entre eux l'Ancien et le Nouveau Testament. Le morceau le plus considérable est un chapitre entier, le xxixe de la seconde partie , ayant pour titre : Moyen facile de remonter à la source de la religion, et d'en trouver la vérité dans son principe.

Ces fragments étaient restés , jusqu'à nos jours, ensevelis dans un profond oubli. Ils furent imprimés pour la première fois sous le titre assez impropre de Variantes , et confondus avec les additions faites en 1700, à la fin de l'édition stéréotype d'Herhan, en 4 vol. in-18, Paris, 1806'. Mais ce n'était point remplir le veu de Bos.

'Le même imprimeur publia la même année, en 2 vol, in-18, une Continuation du Discours sur l'Histoire universelle, qu'il donna comme l'ouvrage de Bossuct.

suet, qui, bien évidemment, voulait qu'ils fussent iusérés dans le corps du Discours, puisque, après chaque morceau , il a marqué les premiers mots qui commencent la phrase qui doit suivre immédiatement.

Pour nous conformer à son intention, nous avons exactement suivi le texte de la troisième édition', en insérant, aux endroits indiqués dans le manuscrit, les différents passages ajoutés ; ils se lient très-bien avec ce qui précède et ce qui suit , comme on peut le remarquer à la lecture. Cette insertion n'a exigé d'autres changements, dans le texte ancien, que la substitution d'un petit nombre de mots marqués par l'auteur même, et la suppression de quelques lignes concernant les Samaritains, dans la vie Époque; parce que Bossuet a réuni un peu plus bas, sous un même point de vue, tout ce qui concerne l'histoire de ce peuple.

Enfin, désirant donner à cette édition toute l'exactitude possible , nous avons vérifié les dates mises en marge de la première partie, ce qui nous a donné lieu d'en rectifier plusieurs ; et partout oi nous nous sommes aperçus que les années ne correspondaient pas aux événements, nous avons rétabli la correspondance en plaçant les dates vis-à-vis des faits auxquels elles se rapportent. Nous avons aussi confronté avec soin les passages cités, à l'exception de quelques rabbins et d'un très-petit nombre d'auteurs dont nous n'avons

C'est une table chronologique qui commence au couronnement de l'empereur Charlemagne, et finit en 1661. Il est vrai que Bossuet avait rédigé, en tout ou en partie , cet abrégé d'histoire; les manuscrits qui ont scrvi à l'impression, et où l'o:1 voit des pages entières et plusieurs corrections de sa main, ne permettent pas d'en douter. Mais il faut avouer aussi que ce n'est qu'un canevas informe, sur lequel le savant prélat se proposait de travailler quand il en aurait le temps, et qu'il ne l'aurait jamais donné au public dans l'état où il est resté.

Nous n'avons pas osé mettre cette Continuation à la suite du Discours sur l'Histoire universelle. On nous aurait reproché, avec raison, d'avoir placé un cquelette auprès d'un corps plein de vie, de force, et de grâce.

Nous nous sommes permis de corriger uniquement un nombre inexact à la page 21, ligne 29*. Au lieu de Trente ans après, qu'on lit dans toutes les éditions, nous avons mis : Quarante ans après, afin que le texte fût d'accord avec les dates citées à la marge, et avec le livre des Juges, qui porte, chap. v, ¥. 32: Quieritque terra per quadraginta annos.

* Dans cette édition ci, la correction se trouve page 3€, ligne 2.

pu avɔir les livres. En général, tout est exact. Mais pour faciliter la vérification, si quelqu'un était curieux de la faire, nous avons ordinairement ajouté le chapitre, etc., quand Bossuet n'indiquait que le livre. Nous nous sommes servis, pour les Pères de l'Église , des éditions des Bénédictins; pour Flav. Josèphe , de l'édition d'Havercamp; et comme la division des livres et des chapitres n'est pas la même dans cette édition que dans les anciennes, nous avons cité les deux manières. Pour Eusébe, on a suivi l'édition de Henri de Valois; pour Aristote, celle de Duval; pour Hérodote, celle de Larcher; pour Denys d'Halicarnasse, celle de Bellanger ; pour Diodore de Sicile, celle de Terrasson; pour Polybe, l'édition Variorum ; pour Tacite, celle de Brotier : nous nous bornons à ces auteurs, qui sont ceux qui reviennent plus fréquemment.

« PrécédentContinuer »