Annales de chimie et de physique

Couverture
Louis-Bernard Guyton de Morveau, Joseph Louis Gay-Lussac, François Arago, Michel Eugène Chevreul, E leuthe re E lie Nicolas Mascart, Marcellin Berthelot, Éleuthère Élie Nicolas Mascart, Albin Haller
Masson., 1849
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 129 - ... point de variation sensible, la conservation de la chaleur animale est due, au moins en grande partie, à la chaleur que produit la combinaison de l'air pur respiré par les animaux avec la base de. l'air fixe que le sang lui fournit.
Page 325 - ... aux gris dont j'ai donné la composition plus haut, pour atténuer le ton de la couleur, pour obtenir des gris de plus en plus clairs. Or les bleus se font avec des oxydes de cobalt et de zinc , et ces couleurs sont d'autant plus vives que les oxydes employés renferment moins d'oxyde de fer. Les rouges sont fournis par l'oxyde de fer, les ocres par l'oxyde de fer et l'oxyde de zinc, et ces nuances sont d'autant plus pures, que les oxydes de fer et de zinc sont eux-mêmes plus dépouillés d'oxydes...
Page 325 - ... de fer, de cobalt et de zinc, dont la couleur est noire et dont il ne peut prévoir ni l'intensité ni la nuance qu'avec une très-grande habitude; et d'ailleurs, comme le ton après la cuisson n'est nullement celui qu'il a appliqué sur sa peinture, puisque le ton bleuâtre et le ton rouge sont altérés et peuvent même disparaître entièrement, il ne peut donner à sa peinture crue l'aspect qu'elle prendra quand le vernis sera développé par le feu.
Page 327 - ... de précipiter une solution de chlorure de platine par du sel ammoniac en excès, et de chauffer jusqu'à évaporation complète de ce dernier sel ; on obtient ainsi le platine en poudre grise , qu'on peut mêler immédiatement au fondant dans la proportion indiquée plus haut, et qui se laisse facilement broyer. Le platine n'est pas le seul métal qui, employé dans ce sens, fournirait une couleur utile. Tous les métaux qui l'accompagnent ordinairement dans sa mine pourraient, comme lui, réduits...
Page 327 - Depuis longtemps déjà , M. Frick avait indiqué l'usage du sesquioxyde d'iridium comme pouvant fournir un noir supérieur à tous les noirs connus. M. Malaguti, à la manufacture nationale de Sèvres, a vérifié les données de M. Frick ; ML Robert en fit plus tard une petite quantité, et moimême, en 1845, j'avais livré, pour le service de...
Page 326 - ... ocres sans qu'on ait à craindre qu'il communique aux ombres, par l'effet de la cuisson, une trop grande vigueur. Comme il ne contient pas d'oxyde de fer, on ne doit pas craindre qu'en le mélangeant avec les bleus , il les fasse noircir au delà de ce qu'on veut obtenir; il n'entre dans le mélange que pour le ton qui lui est propre , et qu'il conserve avant comme après la cuisson. Considéré sous le rapport de sa fabrication , c'est une couleur facile à faire et à reproduire , toujours...
Page 457 - ... fluide est sans odeur caractéristique; placé sur la langue, il donne la sensation tactile d'un liquide visqueux ; son goût a quelque chose de salé qui est très-analogue à la saveur du sérum du sang.
Page 332 - Chaque bocal a été arrosé, afin de rendre le sable humide , l'un avec de l'eau chargée de son volume d'acide carbonique, l'autre avec la même eau tenant en solution du phosphate et carbonate de chaux extraits d'os désagrégés par une décomposition spontanée dans la terre. 2°. Les deux bocaux en verre ont été placés sur une assiette creuse de porcelaine qu'on a eu le soin de recouvrir d'une cloche en cristal de six litres de capacité, afin de les abriter du contact de toute -poussière...
Page 96 - ... à l'arséniure d'étain, pour qu'en attaquant l'alliage par l'acide nitrique, tout l'arsenic soit retenu par l'acide stannique qui se précipite à l'état d'arséniate. On réduit ensuite l'arséniate d'étain par l'hydrogène qui sépare déjà une partie de l'arsenic, puis l'arséniate d'étain qui reste est traité par l'acide chlorhydrique, et le gaz hydrogène arsénié qui se dégage est reçu dans une solution d'argent. Il reste un peu d'hydrure d'arsenic en suspension dans la liqueur...
Page 89 - Le procédé que j'ai employé pour résoudre la question est simple et commode. Il est fondé sur ce que le sulfure de cobalt , préparé par voie sèche , ne s'attaque pas du tout par l'acide chlorhydrique étendu et froid, tandis qu'il n'en est pas de même pour le sulfure de manganèse. On opère de la manière suivante : Après avoir pesé le mélange des deux oxydes qu'il s'agit de séparer, on l'introduit dans une nacelle en platine ou en porcelaine , qu'on chauffe au milieu d'un courant d'hydrogène...

Informations bibliographiques