Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie, Numéro 89

Couverture
1892
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 10 - L'onneur et le preu leur seignours. Tel gent pour leur seignour morroient, Là où li vilain s'en fuiroient; Car li vilains par droit ne crient Honte quant de vilain lieu vient, Ne vilain ne sevent cremir Honte, quant il cuident morir ; Dont n'afiert pas que li vilain 150 Aient nul grant prince en leur main.
Page 8 - Qu'il n'i avoit ne lin ne lange, Einz ot a son col atachiez Deus cuirs de novel escorchiez De deus toriaus ou de deus bués.
Page 119 - Se il le roi n'en merciast. Li sens que Dieus eut en li mis Li fist avoir des bons amis. Li rois a apelé isnel...
Page 85 - N'est pas merveille, se j'ai le cuer dolent, 20 quant mes sires tient ma terre en torment. s'or li menbroit de nostre serement, que nos fëismes andui communaument, bien sai de voir que céans longuement ne seroie pas pris.
Page 26 - Quar bien sot que desmariee Fu sa fille et desvirgenee. Quar ce pas sanblant non estoit Que li buens cuens qui tant valoit 3712 (Fol. 65 r°) Deignast avoir itel moillier, Fille de vilain renevier. Li cuens ne voust plus tarder mie Por la novele qu'ot oïe, 3716 Qu'il non alast en son païs. Et quant ce vit li rois Henris, Que le conte aler en convient, Iriez i fu et a lui vient, 3720 Si li a dit : ,,Biaus sire cuens...
Page 85 - Moult m'est de moi, mes plus m'est de ma gent, Qu'après ma mort avront reprochier grant, Se longuement suis pris.
Page 85 - Quant on me lait por or ne por argent. Molt m'est de moi, mais plus m'est de ma gent, Qu'après ma mort auront reproche grant Se longuement sui pris!
Page 66 - Si s'antrevienent sanz delai. 4070 As espees notent un lai Sor les hiaumes qui retantissent, Si que lor janz s'an esbaïssent, Et sanble a ces qui les esgardent, Que li hiaume espraingnent et ardent.
Page 38 - Chascun li crolle sa potence, Li uns menace, et l'autre tence. Tristran n'en ost rien atochier Ne entrister ne laidengier. Governal est venuz au cri, En sa main tint un vert jarri Et fiert Ivain qui Yseut tient. Li sans li chiet, au pié li vient.
Page 21 - Bechon regrate et dit senz décevoir 'dex! li cuers me faudra ja, 10 tant la désir avoir.' Quant j'oi lo pastorel si durement correcier, sor mon palefroi inel vers lui vois lo droit sentier. 15 bien se sot en piez drecier et je l'ai mis a raison 'bergier, es tu se bien non?

Informations bibliographiques