Dictionnaire breton-français de Le Gonidec, précédé de sa grammaire bretonne, et enrichi d'additions par T. Hersart de la Villemarqué

Couverture
1850
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 26 - II ya trois personnes : la première est celle qui parle, la seconde celle à qui l'on parle, et la troisième celle de qui l'on parle.
Page 30 - Auxiliaires. Les verbes auxiliaires sont ainsi appelés , parce qu'ils aident à conjuguer les autres, qui , par opposition , sont appelés verbes principaux. Les Celto-Bretons ont trois verbes auxiliaires , qui sont béza , ÊTRE ; kaout , AVOIR et ôber , FAIRE.
Page 1 - Z. Les lettres se divisent en voyelles et en consonnes. Les voyelles sont au nombre de six, a, e, i, o} u, w. On les appelle voyelles, parce qu'elles forment une voix ou un son d'elles-mêmes, sans l'appui d'autres lettres.
Page 22 - Il ya donc trois degrés de comparaison; le premier est appelé positif, le second comparatif, et le dernier superlatif. Le degré positif est l'adjectif dans son état primitif ; le comparatif compare la qualité, etc. , soit qu'il diminue ou augmente la valeur ; et le superlatif transporte l'état du positif au plus haut ou au plus bas degré de tous.
Page 26 - Les pronoms possessifs sont ainsi appelés parce qu'ils indiquent que la chose dont on parle appartient à la personne ou à la chose qu'ils servent à désigner : ils sont.de deux sortes, le conjonctif et V absolu.
Page 239 - Fond est la partie la plus basse de ce qui contient ou peut contenir quelque chose (le fond de la mer) ; fonds est preprement la terre, et figurément tout ce qui rapporte du profit.
Page 22 - ... ya trois degrés de comparaison ; le premier est appelé positif, le second comparatif , et le dernier superlatif. Le degré positif est l'adjectif dans son état primitif; le comparatif compare la qualité, etc. , soit qu'il dimiminue ou augmente la valeur , etc.
Page 225 - Attacher une chose en haut par une de ses parties , de manière qu'elle ne touche point en bas.
Page 143 - Cette partie de l'eau ou de quelque autre liqueur, qui s'élève en rond au-dessus de sa surface par l'action du feu. Faire bouillir de l'eau à petits bouillons, à gros bouillons.
Page 414 - J'étais au combat des Arbrisseaux". » XV LE GUERRIER NOIR DU LER'II. « En haut Léon, en basse Bretagne, dit dom Le Pelletier * , on donne par excellence le nom de lec'h ou leac"h à certaines grandes pierres plates, un peu élevées de terre, sous lesquelles on peut être à couvert, et qui donnent lieu à des fables parmi les paysans.

Informations bibliographiques