Oeuvres complètes de Molière, Volume 4

Couverture
Imprimerie nationale, 1878

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 222 - N'y at-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent , ou en m'apprenant qui l'a pris? Euh! que dites-vous?
Page 223 - Eh! de quoi est-ce qu'on parle là? de celui qui m'a dérobé? Quel bruit fait-on là-haut? Est-ce mon voleur qui y est? De grâce, si l'on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l'on m'en dise.
Page 542 - Lui, marchand! C'est pure médisance, il ne l'a jamais été. Tout ce qu'il faisait, c'est qu'il était* fort obligeant, fort officieux ; et, comme il se connaissait fort bien en étoffes, il en allait choisir de tous les côtés, les faisait apporter chez lui, et en donnait à ses amis pour de l'argent.
Page 465 - Jourdain. Je vous en prie. Au reste, il faut que je vous fasse une confidence. Je suis amoureux d'une personne de grande qualité; et je souhaiterais que vous m'aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses pieds.
Page 3 - L'alliance qu'ils font est petite avec nos personnes. C'est notre bien seul qu'ils épousent; et j'aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m'allier en bonne et franche paysannerie, que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi, s'offense de porter mon nom, et pense qu'avec tout mon bien, je n'ai pas assez acheté la qualité de son mari. George Dandin f George Dandin ! vous avez fait une sottise la plus grande du monde.
Page 466 - JOURDAIN. Par ma foi ! il ya plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien ; 29 et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela.
Page 185 - ... celui d'avant moi, vous donna, dans l'obscurité, je ne sais combien de coups de bâton dont vous ne voulûtes rien dire.
Page 445 - Tous les malheurs des hommes , tous les revers funestes dont les histoires sont remplies, les bévues des politiques, et les manquements des grands capitaines , tout cela n'est venu que faute de savoir danser.
Page 226 - Qu'on me l'égorgé tout à l'heure ; qu'on me lui fasse griller les pieds ; qu'on me le mette dans l'eau bouillante, et qu'on me le pende au plancher.
Page 351 - Le roi, qui ne veut que des choses extraordinaires dans tout ce qu'il entreprend, s'est proposé de donner à sa cour un divertissement qui fût composé de tous ceux que le théâtre peut fournir...

Informations bibliographiques