L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 1

Couverture
1776
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 310 - Mathan, de nos autels infâme déserteur, Et de toute vertu zélé persécuteur. C'est peu que, le front ceint d'une mitre étrangère. Ce lévite à Baal prête son ministère ; Ce temple l'importune, et son impiété Voudrait anéantir le Dieu qu'il a quitté.
Page 83 - Telle qu'une Bergère , au plus beau jour de fête, De fuperbes rubis ne charge point fa tête . Et fans mêler à l'or l'éclat des diamans , Cueille en un champ voifin fes plus beaux or»
Page 310 - C'est peu que, le front ceint d'une mitre étrangère, Ce lévite à Baal prête son ministère ; Ce temple l'importune, et son impiété Voudrait anéantir le Dieu qu'il a quitté. Pour vous perdre il n'est point de ressorts qu'il n'invente : Quelquefois il vous plaint, souvent même il vous vante...
Page 83 - Doit éclater fans pompe une élégante Idylle. Son tour fimple & naïf n'a rien de faftueur, Et n'aime point l'orgueil d'un Vers préfomptueux.
Page 211 - Son exemple eft pour nous un précepte excellent. Soyez plutôt Maçon, fi c'eft votre talent, Ouvrier eftimé dans un Art néceflaire , Qu'Ecrivain du commun, & Poète vulgaire.
Page 243 - Ecrivains fameux ! c'eft donc pour la gloire que vous travaillez , lorfque vous proftituez vos talens & vos veilles au triomphe de l'incrédulité : mais, puifque vous nous forcez à abandonner le langage de l'Evangile pour parler avec vous celui de l'amour- propre, dites-nous du moins fi cette gloire à laquelle vous afpirez eft bien entendue, & fi vous avez mieux compris les intérêts de votre réputation , que ceux de votre falut i Hélas ! avec l:s riches • préfens que vous aviez reçus de...
Page 251 - N'espérez plus de paix : une voix terrible s'est élevée contre vous; elle a retenti d'un bout de l'Europe à l'autre; et l'Europe ne voit plus en vous que les plus ridicules et les plus méchants des hommes. Vos cris de fureur n'excitent plus que la risée, et on les entend avec plaisir, comme les rugissements d'un tigre à qui on a enlevé sa proie.
Page 323 - Savant hâbleur, dit-on, et célèbre assassin. Lui seul y fit longtemps la publique misère : Là le fils orphelin lui redemande un père ; Ici le frère pleure un frère empoisonné. L'un meurt vide de sang, l'autre plein de séné ; Le rhume à son aspect se change en pleurésie, Et par lui la migraine est bientôt frénésie.
Page 79 - Et fe fait de fa peine un noble amufement. Mais je ne trouve point de fatigue fi rude, Que l'ennuyeux loifir d'un Mortel fans étude, Qui jamais ne fortant de fa ftupidité, Soutient dans les langueurs de fon oifiveté, D'une lâche Indolence efclave volontaire, Le penible fardeau de n'avoir rien à faire. Vainement offufqué de fes penfers épais, Loin du trouble & du bruit, il croit trouver...
Page 123 - Tout lecteur a droit de vie ou de mort Sur nos écrits, dès que du portefeuille Nous les tirons, tant mieux s'il les accueille.

Informations bibliographiques