Images de page
PDF
ePub

- La sangsue mise à sec sous le récipient de la machine pneumatique, et privée d'air pendant cinq jours entiers , meurt donc six à sept jours avant celle qui est placée à sec dans un bocal tenu débouché au milieu d'un air libre, pur et tempéré, p | o | | . : » Une sangsue exposée à sec sous le récipient de la machine pneumatique, et privée d'air pendant quatre jours, étant jetée dans un vase rempli d'eau pure et communiquant avec l'air libre, aussitôt elle s'étend , se balance, et prend une nouvelle vigueur ; sa bouche adhère aux parois du vase pour se transporter d'un endroit à l'autre; car son disque ne peut plus adhérer , et l'extrémité postérieure ne, donne aucun signe de vie depuis la portion étranglée jusqu'au disque. Le lendemain on voit autour de cette extrémité une espèce d'auréole muqueuse qui annonce la mort de cette partie : le cinquième, sixième, septième et huitième jour la sangsue perd graduellement de sa vigueu r, naturelle, malgré la précaution de , changer d'eau tous les,jours : l'auréole muqueuse gagne insensiblement toutes les parties du corps, et à mesure qu'elles sont attaquées de cette mucosité, ellés se trouvent dans un

état de mort ou de gangrène : enfin le neuvième jour la sangsue meurt enveloppée en grande partie de l'auréole muqueuse, et corrompt l'eau avec beaucoup de promptitude. , Ce n'est pas à la privation de l'air qu'on doit attribuer la mort si prompte de la sangsue mise à sec sous le récipient de la machine pneumatique, mais à la privation de l'humidité tant intérieure qu'extérieure de son corps, humidité enlevée en même temps que l'air dont la sangsue est environnée. o14 l Jo , 1.a c : o 18i la sangsue meurt,en peu de temps dans un vase entièrementirempli d'eau pure et hermétiquement fermé, rapportez cette mort plutôt à la corruption de l'eau qu'au manque d'air : car étant mise sous le récipient de la machine pneumatique dans une capsule contenant de l'eauipure, elle jouit de toute sa vigueur, parceque, l'eaui pendant ce temps ne souffre aucune, décomposition nuisible à la sangoueii , orpa ii o . .. • Il est donc bien important de changer souvent l'eau du vase où les sangsues sont contenues, et de la, remplacer par l'eau la plus Pure t oil , oii i toi ... ;o

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Expériences sur les sangsues avec la

[ocr errors]

| o o o pile galvanique.

• i o oo ; ::: , roto,oo o o oro'i i :: . o PREMIERE ExPÉRiENcE.-Soumettezunesangsue vigoureuse à l'action des conducteurs de la pile galvanique, la sangsue se raccourcit, s'agite et se replie sur elle-même en forme de cercle; la bouche s'efface, il en sort une mucosité blanchâtre; l'extrémité de la queueise resserre et forme une espèce de petit godet : ces phénomènes sont d'autant plus sensibles qu'on réitère par intervalles très courts l'appli'cation'd'un des conducteurs sur la bouche de la sangsue, tandis que l'autre conducteur tou'che'l'extrémité de la queue; si on répète longtemps cette expérience, la sangsue reste contractéé, dùre et presque immobile; mais laisset-on six ou huit secofidés sans toucher la sangsué avec les condiréteurs, elle commence à s'alonger, puis elle reste presque immobile uné ou deux minutes; ensuite alle salonge davantage | et jodit de plus grands mouvements.Si on jette dans feau la sangsue étant encore raccourcie, dure et presque immobile, elle reprend peu à peu SeS mOUlVeImentS COmme une sang

sue qui a souffert et qui souffre encore ; au bout de quelques secondes elle s'agite beaucoup, enfin elle paroît revenir à son état naturel. Coupez une sangsue transversalement en deux parties égales, soumettez premièrement la portion antérieure de la sangsue à l'action des conducteurs de la pile galvanique, un des conducteurs sur la partie coupée, tandis que l'autre touche la bouche ; aussitôt toute cetté portion antérieure se rapetisse et se roule sur elle-même, elle reste long-temps contractée et sans mouvement, principalement si on l'a touchée plusieurs fois avec le conducteur; alors il sort par la bouche et la plaie beaucoup de sérosité muqueuse et transparente ; jetez dans l'eau cette portion lorsqu'elle est fortement rapetissée, elle ne tarde pas à se mouvoir et à s'alonger. Agissez de même avec les conducteurs sur la portion postérieure, vous obtiendrez presque les mêmes résultats; seulement elle ne se contracte pas avec autant de force et de - promptitude que la portion antérieure où se trouvent le cerveau, la vésicule générative, les vésicules prolifères et la matrice : si vous jetez dans l'eau pure la portion postérieure au moment où le conducteur l'a vivement frappée , elle ne s'alongera pas autant et ne fera pas des mouvements aussi grands que la portion antérieure. Ouvrez une sangsue dans toute sa longueur, faites agir les conducteurs sur les parties ouvertes, à l'instant la sangsue se rapetisse, mais moins que la sangsue entière et que chacune des portions ci-dessus de la sangsue coupée en traVerS. Divisez une sangsue dans toute sa longueur, appliquez les conducteurs sur l'une ou l'autre portion coupée, elles se contracteront chacune beaucoup moins que la sangsue ouverte dans sa longueur ; seulement la portion où se trouvent les deux lobes du cerveau, la vésicule générative, etc., se contracte et se roidit beaucoup plus que l'autre portion longitudinale de la sangsue. Le fluide galvanique, bien loin de donner de la vigueur à la sangsue pour mordre un vais- seau sanguin et en sucer le sang, la rend très foible et même la fait promptement périr lorsqu'on le fait agir avec force sur elle.

« PrécédentContinuer »