Images de page
PDF
ePub

tunique adhère à la troisième par un tissu cellulaire très délié; la face interne de cette troisième tunique est par-tout recouverte d'un épiderme d'une finesse extrême.

Des estomacs.

Les estomacs, au nombre de vingt-six, situés régulièrement le long du canal alimentaire, les uns au-dessus des autres, au nombre de treize de chaque côté ; de couleur blanchâtre ; d'une texture forte, presqu'opaque; doués de beaucoup de sensibilité; susceptibles de contraction et de relâchement, et pour l'ordinaire contenant plus ou moins de sang, s'ouvrent tous en particulier dans le canal alimentaire.

Chaque estomac a la forme d'un panier de pigeon : on y distingue l'ouverture et le fond. L'ouverture qui regarde la tête est la partie la plus évasée de l'estomac; elle a trois lignes environ de diamètre dans une sangsue de quatre pouces de long et qui n'est point gorgée de sang : les bords de l'ouverture sont plus forts et plus épais que le reste des parois de l'estomac; ces parois ont presque par-tout la même épaisseur : l'espace intérieur qu'elles laissent entre elles a une forme circulaire, et va toujours en diminuant jusqu'au fond. Le fond , la partie la plus étroite de l'estomac, est tourné vers l'extrémité postérieure de la queue; il est arrondi, et il s'emboîte dans l'ouverture de l'estomac située derrière lui, sans cependant la boucher : ainsi les estomacs s'emboîtent les uns dans les autres. Les estomacs admettent dans leur composition quatre tuniques ; deux tuniques membraneuses , une musculaire, et l'épiderme, des vaisseaux sanguins , des nerfs, des vaisseaux exhalans et des vaisseaux absorbans. Les deuxtuniques membraneuses de chaque estomac sont formées par un repli de la troisième tunique membraneuse du canal alimentaire. Entre chaque tunique membraneuse, on voit des fibres musculaires blanchâtres très fines; je les dis musculaires quoique blanches, parceque dans la sangsue il n'est pas de la nature de la fibre musculaire d'être toujours brune, ou brune rougeâtre, ou d'un gris brun. Un tissu cellulaire unit ces trois tuniques les unes aux autres ; dans ce tissu on remarque des ramifications très fines des vaisseaux sanguins et des fibrilles nerveuses : selon toute vraisemblance il s'y trouve encore des vaisseaux

absorbans et des vaisseaux exhalans. Les deux tuniques membraneuses de chaque estomac sont intérieurement et extérieurement lubréfiées d'une humeur limpide et séreuse. Les estomacs qui se correspondent sont d'égale grandeur : le premier estomac, soit du côté du canal alimentaire, soit de l'autre côté, est petit proportionnellement aux suivans ; le second augmente de capacitéjusqu'au troisième: le quatrième, le cinquième, sixième, septième, huitième et neuvième paroissent être égaux entre eux pour la force, la structure et l'étendue : le diamètre du dixième , onzième, douzième et treizième estomacs et de ceux qui leur correspondent va toujours en diminuant ; cé dernier est même extrêmement petit. Tous ces estomacs renferment du sang ; il varie pour la quantité , la qualité, la fluidité, la couleur ; korsque la sangsue a ouvert depuis peu de temps un vaisseau sanguin, et a sucé beaucoup de sang, les estomacs en restent longtemps remplis sans qu'il change bien sensiblement de couleur et de fluidité, au moins dans les huit premiers estomacs : le troisième et quatrième mois après la déglutition du sang , les trois premiers estomacs contiennent moins

de sang proportionnellement que les estomacs suivans ; mais lorsque la sangsue a demeuré fort long-temps sans avaler du sang, à peine en trouve-t-on dans les trois premiers estomacs, tandis que dans les autres estomacs il est plus abondant, et qu'il commence à y perdre de sa couleur et de sa fluidité ; c'est particulièrement dans les derniers estomacs qu'on le rencontre souvent d'un rouge foncé, quelquefois noirâtre et d'une consistance épaisse.

Des petits conduits excrémentiels.

Les trois dernières paires d'estomac donnent, chacun vers le fond, du côté du dos, un conduit très grèle, assez court, seulement visible à la loupe, lorsque la sangsue n'a pas sucé de sang depuis un certain temps, pour lors ordinairement noirâtre ; il va s'aboucher avec le grand canal excrémentiel où il dépose le résidu de la matière digérée dans l'estomac.

L'air, l'eau, ou le mercure, ou autre substance d'une grande fluidité, injecté dans le conduit alimentaire ne pénètre dans aucun de ces petits conduits excrémentiels.

Du grand canal excrémentiel.

Le canal excrémentiel est un conduit d'un diamètre inégal dans son cours, de couleur brune noirâtre, de six à huit lignes de longueur dans une sangsue longue de trois à quatre pouces, et plus tortueux vers son extrémité postérieure que vers l'extrémité antérieure; couché au milieu et le long de la face interne et postérieure du dos, il s'abouche avec l'ouverture nommée anus, ouverture que nous avons déjà décrite, et qui est située sur le dos entre l'extrémité postérieure de la queue et le disque.

Le canal excrémentiel parcourt son chemin entre la première tunique membraneuse externe et la tunique musculeuse du canal alimentaire; il adhère à ces tuniques par un tissu cellulaire assez lâche.

L'extrémité antérieure du canal excrémentiel forme une espèce de sac plus dilaté que les autres portions du même canal : suivant la quantité de matière excrémentielle contenue ,

« PrécédentContinuer »