Images de page
PDF
ePub

LA

BELGIQUE

REVUE DES REVUES.

-1856

LA

BELGIQUE

REVUE DES REVUES.

RELIGION, PHILOSOPHIE,

POLITIQUE, HISTOIRE, LITTERATURE,

ÉCONOMIE SOCIALE, SCIENCES, BEAUX-ARTS.

DIRECTEUR, M. A. GRAVEZ.

TOME PREMIER.

Bruxelles,

LIBRAIRIE DE J.-B. DE MORTIER,

TIPRIMEUR DE L'ACADÉMIE DE MÉDECINE,

RUE DE NAMUR, 50.

AP 27

aby'

vil

1

[ocr errors][merged small][merged small]

La Revue des Revues qui compte déjà une existence de quatre années, va entrer dans une période nouvelle.

Après la reconnaissance de la propriété littéraire internationale consacrée par le traité franco-belge de 1854, les fondateurs de cette publication ont compris qu'ils ne pouvaient plus remplir que fort imparfaitement le but qu'ils s'étaient proposé, celui de servir d'écho dans notre pays à la presse périodique étrangère. Ils ont songé dès lors à une transformation impérieusement commandée par les circonstances, et c'est cette transformation que nous venons annoncer au public.

L'utilité d'une revue n'a pas besoin d'être démontrée.

Notre époque a des exigences si multiples que l'immense majorité d'entre nous ne dispose que du strict loisir nécessaire pour ne pas laisser se rouiller notre intelligence dans une déplorable inertie; et par un phénomène étrange, au moment même où les soins matériels nous absorbent, le champ des recherches intellectuelles va sans cesse s'élargissant. Les livres ne sont plus lus et jamais on n'a remué tant d'idées, soulevé de si nombreux problèmes, déployé au service de la science cette dévorante activité.

Pour ne rien laisser ignorer de tout ce qui l'intéresse à un siècle qui semble presser le temps plutôt qu'il ne le suit et en jouit, il faut une publication intermédiaire entre les ouvrages de longue haleine qui exigent tout à la fois trop d'études et de loisirs, et le journal qui, tout entier à la polémique de chaque jour, constate bien plus qu'il n'étudie et n'approfondit le mouvement intellectuel et social.

Aussi voyez ce qui se passe, non-seulement à l'étranger, mais même au milieu de nous. L'ancienne Revue de Bruxelles, dont le déclin prématuré ne doit pas nous faire oublier la période de splendeur, n'était pas sitôt disparue, qu'elle se relevait à Louvaiu et à Liége, animée d'une séve nouvelle. Ce qui prouve qu'elle

« PrécédentContinuer »