Histoire philosophique: politique et critique du Christianisme et des églises chrétiennes, depuis Jésus jusqu'au dix-neuvième siècle, Volume 8

Couverture
Librairie historique, A. Leclaire et cie., 1837
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 270 - C'est cet état d'inaction absolue, que Molinos appelle quiétude, ou voie intérieure. 3° L'âme ne doit plus alors penser, ni à la récompense ni à la punition , ni au paradis ni à l'enfer, ni à la mort ni à l'éternité.
Page 342 - Il est libre à chaque citoyen , ou à des citoyens associés dans un but religieux ou philosophique quel qu'il soit . de professer leurs opinions comme ils l'entendent , et de les répandre par tous les moyens possibles de persuasion et de conviction.
Page 147 - Jansénius admet encore que l'essence de la liberté en général ne consiste pas dans la balance intérieure, dans une certaine indifférence qui permet de se porter ici ou là, mais dans l'exemption de contrainte et dans le pouvoir de vouloir.
Page 342 - Art. 3. Les lois générales et particulières entravant le libre exercice d'un culte quelconque et assujettissant ceux qui l'exercent à des formalités qui froissent les consciences et gênent la manifestation de la foi professée sont également abrogées.
Page 330 - ... l'état, l'affranchir de la dépendance qui entrave son action, l'associer au mouvement social qui prépare au monde des destinées nouvelles -, à la liberté pour l'unir à l'ordre et redresser ses écarts , à la science pour la concilier, par une discussion sans entraves, avec le dogme éternel, au peuple pour verser sur ses immenses misères les flots intarissables de la charité divine.
Page 330 - En résumé et pour conclure, le catholicisme languit et tend à s'éteindre en Europe : les peuples s'en détachent , les rois ou l'attaquent d'une manière ouverte, ou le minent sourdement. Quel moyen de le ranimer, de lui rendre la vigueur que de jour en jour il semble perdre? Tel étoit le problème à résoudre, et il offroit deux solutions.
Page 277 - La félicité de l'âme dans cet état consiste à se laisser ensevelir, enterrer, écraser, marcher, sans se remuer non plus qu'un mort ; à souffrir sa puanteur, et se laisser pourrir dans toute l'étendue de la volonté de Dieu, sans aller chercher de quoi éviter la corruption. Non, non, laissez-vous telles que vous êtes, pauvres âmes, sentez votre puanteur : il faut que vous la connaissiez, et que vous voyiez le fond infini de corruption qui est en vous.
Page 331 - On pouvait aussi resserrer l'ancienne alliance avec les pouvoirs absolus, leur prêter secours contre les peuples et contre la liberté, afin d'obtenir d'eux une tolérance telle qu'elle, souder l'autel au trône, s'appuyer sur la force, tourner la croix vers le passé, la confier à la protection des protocoles diplomatiques, la confier à la garde des soldats chargés de contenir, la baïonnette sur la poitrine, les nations frémissantes. Rome a choisi ce dernier parti , elle en avait le droit...
Page 298 - Jeune, j'étais trop sage Et voulais tout savoir. Je n'ai plus en partage Que badinage, Et touche au dernier âge Sans rien prévoir.
Page 149 - ... et scandaleuse, et, dans le cas qu'elle signifiât que Jésus-Christ n'est mort que pour les prédestinés, comme impie, blasphématoire, injurieuse, dérogeant à la bonté de Dieu et hérétique.

Informations bibliographiques