L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 8

Couverture
1782
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 52 - Monseigneur, et nullement pour le pénible avantage d'être votre précepteur ; et afin que vous n'en doutiez pas, je vais vous conduire chez Sa Majesté, pour la supplier de vous en nommer un autre, dont je souhaite que les soins soient plus heureux que les miens...
Page 92 - ... plaisir qu'à ceux qui ont de l'aisance et qui devient un métier pour ceux qui n'en ont pas, ce droit de justice qui s'avilit sous l'infortune et s'exerce mal?
Page 327 - ... au feu , qui, par une longue abftinence, a fanctifié fon efprit, en le purifiant de tout defir terreftre. Non, Sanballad, il s'en faut bien encore que vous foyez parvenu au fublime degré de 'fainteté qu'exige ce miniftère facré. Vous avez encore plufieurs années à paffer dans les exercices & les épreuves d'une vie pénitente, vous y devez perfifter pendant un grand nombre de foleils, avant que d'être admis à l'emploi le plus noble & le plus grand dont l'homme foit capable. Attendez...
Page 207 - ... auteurs qu'elle couronne. En conféquence , l'académie annonce que dans une féance publique qui fera tenue , uniquement pour cet objet , dans le mois de novembre de l'année prochaine, elle adjugera, le prix au meilleur ouvrage fur le plan d'éducation publique le plus convenable à Marfeille , confidérée comme ville maritime & commerçante. Les ouvrages...
Page 293 - Turquie , entrelaçoit des lauriers pour en former une couronne qu'elle devoit mettre fur fa tête. Au milieu de cette augufte Aflemblée...
Page 123 - N'ajoutons pas , at-il dit souvent , au malheur qu'ils ont d'avoir des procès celui d'être mal reçus de leurs juges; nous sommes établis pour examiner leurs droits, et non pas pour éprouver leur patience.
Page 320 - Mogol , on empoifonna mes leçons : on les interpreta malignement : on me fuppofa des vues dont mon cœur & mon efprit étoient bien éloignés. Je retirai toutes les copies que je pus trouver...
Page 51 - ... que vous faviez ce que vous » êtes & ce que je fuis. Il eft de mon devoir » de vous apprendre que vous ignorez l'un & » l'autre. Vous vous imaginez donc, Monfieur, » être plus que moi : quelques valets fans » doute vous l'auront dit, & moi je ne crains A 4 * pas de vous dire , puifque vous m'y forcez» *
Page 235 - S'accorde.... Allons, Sophie, allons, fois bonne fille, Obéis à ton père.... . LADY BELLASTON. Approchez donc , Milord. FELLAMAR. Si je plais à Monfieur , je rends grace à mon fort. L'honneur d'être fon gendre eft le feul où j'afpire ; Mais il faut , quelque temps , que fa fille refpire. M. WESTERN, avec une furprïfe brutale.
Page 337 - Ecneps , je reflens une vraie fatisfa&ion de vous voir pénétré de ces fentimens religieux. Mais les accès de votre ferveur me font foupçonner qu'elle ne vous eft pas ordinaire. Mon bon ami , la vraie dévotion eft calme & tranquille : elle n'eft ni paffionnée , ni emportée : elle ne fe livre ni aux tranfports de la joie , ni à l'accablement du défefpoir : elle eft confiante & uniforme , cette chafte fille de la vérité, cette douce compagne de la raifon , née pour habiter dans tous les...

Informations bibliographiques