Images de page
PDF
ePub

SCENE I V.

DOM JUAN, SGANARELLE,

S GANARELLE. M

Onsieur , quel diable de style prenez-vous-là ?

Ceci est bien pis que le reste , & je vous aimefois bien mieux encore comme vous étiez auparavant. J'espérois toujours de votre salut ; mais c'est maintenant que j'en désespére , & je crois que le ciel, qui vous a souffert jusqu'ici , ne pourra souffrir du tout cette derniére horreur.

D. JU A N. Va, va , le ciel n'est pas si exact que tu penses ; &, si toutes les fois que les hommes....

[ocr errors]

SCE N E V.

DOM JUAN, SGANARELLE,

UN SPECTRE en femme voilée.

SGANARELL E apercevant le spectre. A vous parle , & c'est un avis qu'il vous donne.

D. J U A N. Si le ciel me donne un avis, il faut qu'il parle un peu plus clairement , s'il veut que je l’entende.

LE SPECTRE. Dom Juan n'a plus qu'un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du ciel ; & , s'il ne se repent ici , la perte est résolue. Tome III,

Dd

VOIX.

[ocr errors]

S GANARELLE, Entendez-vous , Monsieur ?

D. JU A N. Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connoître cette

S GANAR ELLE. Ah! Monsieur, c'est un spectre , je le reconnois av marcher.

D. JU A N. Spectre, fantôme , ou diable , je veux voir ce que c'eft.

( Le speare change de figure , & représente le Temps (

avec sa faulx a la main.)

SG AN ARELL E. O ciel ! Voyez-vous, Monsieur , ce changemem de figure ?

D. JU A N. Non, non, rien n'est capable de m'imprimer de la terreur ; & je veux éprouver , avec mon épée, fi c'est un corps ou un esprit. (Le spectre s'envole dans le temps que Dom Juan veut

le frapper.)

S GANAR ELLE. Ah! Monsieur , rendez-vous à tant de preuves , & jettez-vous vîte dans le repentir.

D. JU A N. Non, non, il ne sera pas dit , quoi qu'il arrive, que je sois capable de me repentir. Alloas , fui-moi,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

LA STATUE du Commandeur, D. JUAN,

SGAN ARELL E.

L A S T A TU E.

A parêtez de DemImanger avec marez hier donné

moi.

D. JU A N. Oui. Où faut-il aller ?

L A S T A T U E. Donnez-moi la main.

D. JU A N. La voilà.

LA STATUE. Dom Juan l'endurcissement au péché traîne une mort funeste ; & les graces du ciel que l'on renvoie, ouvrent un chemin à sa foudre.

D. JU A N. O ciel ! Que sens-je ? Un feu invisible me brûle , je n'en puis plus , & tout mon corps devient un brafier ardent. Ah ! ( Le tonnerre tombe avec un grand bruit & de grands

éclairs sur Dom Juan. La terre s'ouvre & l'abîme ; & il sort de grands feux de l'endroit il est tombé. )

SCENE DERNIERE.

SGAN ARELL E seul. V

Oilà , par sa mort, un chacun fatisfait. Ciel déshonorées , parens outragés, femmes mises à mal,

[ocr errors]

maris poussés à bout , tout le monde eft content. TI n'y a que moi feul de malheureux , qui , après tant d'années de service, n'ai point d'autre recompense que de voir à mes yeux l'impiété de mon maître punie par le plus épouvantable châtiment du monde.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
« PrécédentContinuer »