Le Roman de Rou et des ducs de Normandie, Volume 1

Couverture
E. Frère, 1827
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xi - La première , écrite en vers de huit syllabes , et paraissant destinée à servir d'introduction, comprend l'histoire des irruptions des premiers Normands en France et en Angleterre; la seconde , en vers alexandrins , l'histoire de Rou , ou Rollon ; la troisième , en vers de même mesure, l'histoire de Guillaume-Longue-Épée et de Richard i...
Page xiv - Se l'en demande ki co dist, Ki ceste estoire en romanz mist : Jo di è dirai ke jo sui Wace, de l'isle de Gersui, Ki est en mer vers occident, Al fieu ' de Normendie apent. En l'isle de Gersui fu nez , A Caem fu petis portez, Iloec fu à letres mis, Puis fu lunges en France apris.
Page 107 - E liante d'Espaigne o un escuier garder : Ne sai noient de co, n'en poiz noient trover; Quant jo n'en ai garant, n'en voil noient conter (4). Wace, au contraire, se complaisait à recueillir et à s'approprier les traditions populaires (5). Beaucoup de détails épisodiques ne peuvent avoir une autre origine : tels sont l'aventure du moine qui se noie en allant voir sa dame pour la première fois, et la contestation au sujet de son...
Page xviii - JRou, qui, comme je l'ai déjà dit, est la plus longue et la plus importante. M. Petrie, gardien des Archives de la Tour de Londres, pense qu'il est de la fin du douzième siècle, ou des premières années du treizième. L'orthographe a une couleur anglaise ; elle est précisément la même que celle des poésies de Marie de France, dont M. De Roquefort nous a donné une si belle et si exacte édition. Malheureusement l'humidité a dégradé ce précieux manuscrit, et ses ravages y ont donné lieu...
Page 306 - A saietes et à tineus , As arcs , as haches , as gisarmes , Et as pierres ki n'ara armes. Od la grant genz que nus avum , Des chevaliers nus desfendum. Einsi porum aler as bois , Abres trenchier e prendre à chois ; Es vivers prendre li peissuns , Et as forez li veneisuns : De tut ferum nos volentez , De boiz , de ewes e de prez.
Page 279 - N'i aveit gaires demuré, Ni gaires n'i aveit esté, Kant al mustier oi ariere Moveir li cors, cruistre là biere ; Turna sei pur li curs veir ; — ' Gis tei ! ' dist-il, ' ne te moveir ! Se tu es bone u male chose, Gis tei en paiz, si te repose ! ' Dune a li Quens s'urisun dite, Ne sai se Fu grant u petite. Puiz dist, kant il seigna sun vis fer hoc signum Sanctœ Crucis Libera me de malignis, Domine Deus salutis l Al returner d' iluec dist tant :
Page xiii - Francheiz rie voudrent as Normanz fei porter, Ne por fiance fere, ne por sur sainz jurer; Ne porquant ' bien les saivent Normanz refrener, Non mie par traïsons , mez par granz colps doner.
Page 278 - Ne nuit ne jor poor nel prist. Pur ceo k'il errout par nuit tant Aloent la gent de li disant ; . K'autresi cler par nuit veeit Cum nul altre par jor faseit.
Page 286 - Ne seit decéu ne sorpris ; De sor la planche reseit ') mis, Iluec tut dreit dune il chaï, Quant il tresbucha è péri ; E se il vait plain pié avant U pié, u pas, u tant u quant, Aul2) li déables, si la prenge Sainz cuntredit è sainz chalenge;() 5020.
Page xii - Il commence ainsi : Mil chent è seisante ans out de tems è d'espace, Pois ke Dex en la Virge descendi par sa grace , Quant un clerc de Caem , ki ot nom mestre Wace , S'entremist de l'estoire de Rou è de s'estrace. * '• . Le passage suivant peint bien la haine qui existait entre les Français et les Normands : Les boisdies...

Informations bibliographiques