Genève, ses institutions, ses moeurs, son développement intellectuel et moral: esquisse historique et littéraire

Couverture
Cherbuliez, 1867 - 368 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 237 - La première éducation est celle qui importe le plus, et cette première éducation appartient incontestablement aux femmes...
Page 300 - Si est-ce qu'en passant je leur annonce qu'il vaudrait beaucoup mieux qu'ils pensassent quelle horrible vengeance est apprêtée à tous ceux qui convertissent la vérité en mensonge. Que les docteurs de chambre et de table ne prennent point...
Page 212 - II est venu un homme en cette ville qui veut enseigner à lire et à écrire en français dans un mois, à tous ceux et celles qui voudront venir, petits et grands, hommes et femmes, même à ceux qui ne furent jamais en école. Et, si dans le dit mois ne savent lire et écrire, ne demande rien pour sa peine.
Page 301 - C'est un abus trop lourd de se faire accroire qu'en me prenant à partie, ils n'auront plus Dieu pour juge. Qu'ils raclent mon nom de leurs papiers en ceste...
Page 345 - ... de la figure, et qu'enfin, riche de matériaux, d'observations , de sujets, il s'essaie à peindre , se fait sa manière, et produit ce grand nombre de compositions, qui toutes portent le sceau d'un esprit original, fin, gai, inventif, ami de la grâce, amant du pittoresque, et qui, dans le spectacle journalier des marchés , des foires , des hôtelleries , dans le commerce aimé des attelages, des curés, des noces et des marchands forains, s'est profondément imprégné de tout ce qui attache,...
Page 299 - ... comme on le croit. Autant en dis-je de tous les philosophes qui en prononcent leur sentence sans savoir comment : car puisqu'ils ne veulent escouter Dieu lequel parle à eulx pour les enseigner, je les adjourne devant son siège judicial, là où ils oiront sa sentence, contre laquelle il ne sera plus question de replicquer.
Page 300 - ... mener la danse en la condamnation que Dieu fera. Si messieurs les courtisans ont accoustumé de contenter les hommes par leur eau beniste, qu'ils n'attendent pas de faire le semblable à Dieu.
Page 303 - Dieu est au ciel; et bien, je suis en terre. Dieu fait la paix ; et moi , je fais la guerre. Dieu règne en haut; et bien, je règne en bas; Dieu fait la paix , et je fais les débats. Dieu a créé et la terre et les cieux ; J'ai bien plus fait , car j'ai créé les Dieux.
Page 186 - écrivait-il, dans une brochure publiée à ce sujet, « comment pourrions-nous ne pas craindre lorsque nous voyons des jeunes gens travailler sans passion, s'amuser sans plaisir, faisant leurs études, dansant leurs valses de la même manière, comme deux tâches, qu'un homme bien né doit remplir régulièrement? Grand Dieu ! qu'est-on à...

Informations bibliographiques