Revue de Gascogne, Volume 7

Couverture
1866
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 157 - En lieu favorable — nous étant postés , — chacun ( de nous' ferme — a le courage. « Petite (est notre) frayeur — au mesurer des armes ; — (mais), ô notre arche au pain , vous — (êtes) mal pourvue. « Si dures cuirasses — ils portent (eux), — les corps sans défense — (sont) agiles. » Cinq ans durant , — de jour et de nuit , — sans aucun repos, — le siège dure. « Quand un de nous — eux tuent, — quinze d'eux — (sont) détruits. « (Mais) eux (sont) nombreux, et...
Page 53 - Académie des sciences et des arts, contenant les vies, et les éloges historiques des hommes illustres, qui ont excellé en ces professions depuis environ quatre siècles...
Page 263 - Combien sont- ils? enfant, compte-les bien : Vingt, dix-neuf, dix-huit, dix-sept, seize, quinze, quatorze, treize, Douze, onze, dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un. Un ! il n'y en a même plus un.
Page 298 - UN Astrologue un jour se laissa choir Au fond d'un puits. On lui dit : « Pauvre bête, Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir, Penses-tu lire au-dessus de ta tête?
Page 262 - Et qu'avaient-ils à faire dans nos montagnes, ces hommes du Nord ? Pourquoi sont-ils venus troubler notre paix? Quand Dieu fait des montagnes, c'est pour que les hommes ne les franchissent pas.
Page 51 - J'aurois menty moy-mesme en le faisant paroiStre, Francus en rougiroit, et les neuf belles Sœurs, Qui trempèrent mes vers dans leurs graves douceurs, Pour un de leurs enfans ne me voudroyent cognoiStre.
Page 262 - Oh! combien d'os broyés! quelle mer de sang! Fuyez, fuyez, ceux à qui il reste de la force et un cheval. Fuis, roi Carloman, avec tes plumes noires et ta cape rouge! Ton neveu, ton plus brave, ton chéri, Roland, est étendu mort là-bas; Son courage ne lui a servi à rien.
Page 272 - Que dirais-je des chants basques, par exemple, et d'où vient à ces tribus exilées entre le ciel et la terre une telle franchise de rhythme et d'intonation? Tout ce que je connais d'airs basques est d'un ton grandiose et décidé ; mais aucun n'est plus frappant sous ce rapport que le chant national des Escualdunac, comme ils se nomment euxmêmes dans leur idiome.
Page 89 - ... pour augmenter de plus en plus l'affection et bonne volonté que je vous porte, et vous donner occasion de persévérer en la dévotion que vous avez de me faire service 1.
Page 268 - De là se précipitant sur la queue des bagages et sur l'arrièregarde , destinée à protéger ce qui la précédait , ils la culbutèrent au fond de la vallée, tuèrent, après un combat opiniâtre, tous les hommes jusqu'au dernier, pillèrent les bagages , et , protégés par les ombres de la nuit , qui déjà s'épaississaient , s'éparpillèrent en divers lieux avec une extrême célérité. » Les Basques avaient pour eux, dans cet engagement, la légèreté de leurs armes et l'avantage de...

Informations bibliographiques