Répertoire du Théâtre français ...

Couverture
J. Didot ainé, 1822

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 281 - Écoute, mon cher Comte, Si tu fais tant le fier, ce n'est pas là mon compte. Ma fille te plaît fort, à ce que l'on m'a dit; Elle est riche, elle est belle, elle a beaucoup d'esprit; Tu lui plais; j'y souscris du meilleur de mon...
Page 273 - Pasquin lit la lettre.) LE COMTE, après avoir lu ce qu'il écrivait . Tu ne partiras point; et c'est une bassesse Dans les gens de mon rang d'outrer la politesse. Un homme tel que moi se feroit déshonneur Si sa plume à quelqu'un donnoit du Monseigneur.
Page 176 - Prétend, en plein midi, faire voir des étoiles; Toujours après l'erreur courant à pleines voiles , Quand il croit follement suivre la vérité ; Un bavard , inutile à la société , Coiffé d'opinions, et gonflé d'hyperboles, Et qui , vide de sens , n'abonde qu'en paroles.
Page 294 - Nous ne le prenons pas d'une gentilhommière, Mais d'un château fameux. L'histoire en cent endroits Parle de mes aïeux et vante leurs exploits. Daignez la parcourir...
Page 329 - D'un bourgeois anobli, fier de son opulence? Si le faste et l'éclat ne soutiennent le rang, II traite avec dédain le plus illustre sang. Mesurant ses égards aux dons de la fortune, Le mérite indigent le choque, l'importune, Et ne peut l'aborder qu'en faisant mille efforts Pour cacher ses besoins sous un brillant dehors.
Page 6 - ... laissoit disposer de moi-même ; mais à peine suisje arrivée , qu'on parle de me marier , et avec qui? avec un provincial. Que dis-je, un provincial ? un campagnard; et, qui pis est, un campagnard bel esprit. Quelle société pour une fille comme moi , élevée dans le grand monde , et accoutumée au commerce des gens de la cour et de Paris , les plus polis et les plus spirituels! LE RARON.
Page 282 - L'heure du dîner presse ; allons, veux-tu venir? Nous aurons le loisir de nous entretenir Sur nos arrangements ; mais commençons par boire. Grand'soif, bon appétit, et surtout point de gloire, C'est ma devise. On est à son aise chez moi ; Et vivre comme on veut , c'est notre unique loi. Viens , et , sans te gourmer avec moi de la sorte , Laisse , en entrant chez nous , ta grandeur à la porte.
Page 281 - Moi, je ne l'aime point, car c'est une traîtresse Qui fait dire souvent ce qu'on ne pense pas. Je hais, je fuis ces gens qui font les délicats, Dont la fière grandeur d'un rien se formalise...
Page 305 - PHILINTE. C'est ce qu'il faudra voir. Du moins je vous assure Que de cette maison si quelqu'un peut m'exclure Ce ne sera pas vous. ' LISIMON. Non, mais ce sera moi. PHILINTE. Je prends la liberté de vous dire....
Page 230 - C'est l'homme le plus vain qu'ait produit la nature. Pour ses inférieurs plein d'un mépris choquant , Avec ses égaux même il prend l'air important. Si fier de ses aïeux , si fier de sa noblesse , ' Qu'il croit être ici-bas le seul de son espèce. Persuadé d'ailleurs de son habileté , Et décidant sur tout avec autorité. Se croyant en tout genre un mérite suprême ; Dédaignant tout le monde, et s'admirant lui-même.

Informations bibliographiques