Images de page
PDF
ePub

eloquentius dici, quàm mente concepisti et calamo expressisti. Prophetiis lucem intulisti gratissimam; et quidquid ex Daniele pro religione nostrâ confici potest, tantâ rationis evidentiâ confecisti, Antistes eruditissime, ut vix judaica perfidia ei possit resistere. Et quia ex istâ tuâ lucubrationé maximum fructum animo prævident ii omnes qui illum legere potuerunt, hinc librarii nostri eum suis typis subdiderunt,

Dum hæc tibi, Antistes illustrissime, significo, non possum non rogare ut, dum otium feret , fasa tuosum Stricturarum auctorem cogas detumescere, et modestiùs de se ipso sentire. Hoc si ejus typhus discere nequeat, erunt tamen hic: quamplurimi quibus lucubrationes tuæ facem præferent, ut ad catholicam, à quâ devulsi sunt, redeant unitatem. , 21 Augusti 1681.

དགག་
4 EPISTOLA LXXXII.
DOR

Sest Startoder smile ...
CONDOMENSIS GASTORJENSI.

basili De laudibus ipsi à Castoriensi collatis, Spanhemii confutatione, fructibus Expositionis in Suecià, Ecclesiæ Batavicæ Gallicani coetu mox futuro, plyribusque aliis rebus.

Accepi saavissimam Epistolam tuam, et quidem jucundissimum mihi fuit probatum tibi opus illud,

02 quod ad te transmiseram. Sic enim placet, non ipsum quidem , ut ita dicam, laudari, sed incitari. Sanè Spanhemii Stricturas non perstringendaş , sed

(1) Oratio in Universalem Historiam.

[graphic]

pace, Cleri

[ocr errors]

configendas; esse arbitror ; et facerem id confestim, Deo duce, nisi me multa alia ab hoc studio avocarent. Arripiam tempus, ubicumque se dederit, et ingentes illos viri spiritus comprimam. Tu me sanctis tuis precibus adjuva.

Jam video curarum tuarum aliquos in Suecia fructus. Nostram enim Expositionem eò pervenisse Legatus noster testatur; et aliquot è Suecis, viri primarii, eâ commoti ad nos venerunt sacram exquisituri doctrinam. Utinam aliquando tot populi fodissimâ ac deformišsimâ reformatione delusi, catholicæ Ecclesiæ , sub pellibus licet ac tentoriis peregrinantis, decorem cum Balaamo respiciant, eamque admirati exclament: Qui benedixerit tibi, erit et ipse benedictus : qui maledixerit, in maledictione reputabitur (1).

Quòd illustrissimi Ordines nullâ ratione adduci possint ut vos malè habeant, legi equidem in tuis litteris eo lubentiùs , quod mihi aliud renuntiatum erat. Adsit Omnipotens, teque tanto studio pro animarum salute laborantem tueatur. Tu quoque nos et Ecclesiam Gallicanam, mox jussu regio congregandam, commendare velis assiduis precibus optimo Patri, uti nos pacem sectari donet, atque Ecclesiæ vulnera curare, non multiplicare. Id futurum spero; nec sine timore spes. Unum id dixero, quod preces tuas et sollicitudinem quam pro Ecclesia geris acuate solicita :: Mitto ad-te aliqua errata libri mei (2), quæ typo(1) Num. xxiv..9.

(1) Oratio in Universalem Historiam, quam prælo jam subdiderant Batayi typographi.

grapho dare possis, ut ea quam apparat editio sit ornatior.

Ego te, Præsul illustrissime, Ecclesiæ flagrantissimum amatorem, impendiò amo, meque à te amari vehementer lætor, tibique sum addictissimus; utque inter nos sancta libertas ac familiaritas vigeat, peto.

P. S. Errata quæ dixeram non vacat mittere. Nihil magni momenti est, quodque non facilè adverti possit.

Datum in Regià Fontis-Bellaquei, 22 septembris 1681.

EPISTOLA LXXXIII.

EIDEM.

De emendandis in novâ libri sui editione.

Ad te mitto, illustrissime Antistes, typographorum errata quæ superiore Epistolâ promiseram , nec per otium eo die præstare potueram; ut si nova adornetur editio, emendatior esse queat. Te autem rogo uti ea errata non ut à me accepta des typographo, quicumque ille sit qui novam editionem apparat. Sanè

spero si minore volumine eam fecerit, eam nostris quoque hominibus gratam fore. Hæc babui

quæ dicerem : id addo, quod tibi certissimum esse velim, me tibi esse addictissimum. Res nostras sanctissimis tuis commendo precibus. In Regià Foutis-Bellaquei, mense septembri 1681.

LETTRE LXXXIV.

A M. DIROIS, DOCTEUR DE SORBONNE.

Sur l'expédition de ses bulles, les approbateurs et le traducteur de son Exposition, et sur la prochaine assemblée du Clergé de France.

La grande affaire du consistoire de lundi a ab: sorbé les petites, et il faut, Monsieur, que je me donne patience. Je suis persuadé que monseigneur le cardinal d'Estrées et M. l'ambassadeur feront pour moi tout ce qui sera possible, tant pour la diminution de la somme, que pour la diligence : ainsi je me repose sur leurs bontés, et je ne les importunerai pas par cet ordinaire.

Je prends la liberté de vous adresser seulement ces deux lettres, pour les mettre entre les mains de son Eminence, et les rendre ensuite, ou faire rendre à leur adresse, s'il le juge à propos. Ce sont, comme vous savez, les deux approbateurs de mon livre de l'Exposition, à qui je dois ce compliment, après la manière honnête dont ils ont agi avec moi. J'ai oui dire qu'ils ne sont pas de nos amis : je les renonce à cet égard. Mais le Roi ayant eu la bonté de me permettre d'écrire à qui je trouverois à propos, et mes lettres étant d'une si petite conséquence, j'ai cru être obligé à ce compliment.

Vous ne sauriez me faire un plus grand plaisir, que de faire faire un présent honnête à M. l'abbé

Nazzari (1). Si vous voulez faire mettre mes armes sur ces pièces d'argenterie dont vous me parlez, je vous en envoie une empreinte. Je vous prie de faire de ma part toutes les honnêtetés possibles à M. l'abbé Nazzari, et de faire mettre la somme que coûteront les pièces d'argenterie, avec celles dont je suis redevable à M. de la Flageole, que j'acquitterai à son premier ordre; mais pressez-le, s'il vous plaît, de me l'envoyer.

Il y a quelque apparence que je pourrai être de l'assemblée. Vous pouvez me mander confidemment vos vues, persuadé que vous saurez considérer ce qui convient à des évêques. De notre part, nous devons entrer dans l'esprit de la négociation qui est entamée. J'aurai encore le loisir d'apprendre vos sentimens avant qu'on fasse rien de considérable. Je voudrois bien être un quart-d'heure avec monseigneur le cardinal, et un autre quart-d'heure avec vous ; nous aurions bientôt posé les principes. Il me paroît qu'on ira avec une bonne intention d'avancer ou faciliter l'accommodement : mais il faut être sur les lieux pour bien juger des moyens. Je suis à vous de tout mon cour. A Paris, au mois de septembre 1681.

zon (1) Il avoit traduit l'Exposition en italien.

[graphic]
« PrécédentContinuer »