Images de page
PDF
ePub

311064 TABLE DU TOME XLI.

NoticE SUR LE MANUSCRIT FRANÇAIS 11594 DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE : La Croi

SADE PROJETÉE PAR PHILIPPE LE BON CONTRE LES Turcs, par M. Georges Doutrepont.

NOTICE SUR LE MANUSCRIT LATIN 4788 du Vatican CONTENANT UNE TRADUCTION FRANÇAISE,

AVEC COMMENTAIRE PAR MAÎTRE PIERRE DE PARIS, DE LA COYSOLATIO PhilosoPHIAE
DE Boèce, par M. Antoine Thomas..

29

LA COLLECTION MARTEAU, À LA

NOTICES SUR LES MANUSCRITS PERSANS ET ARABES DE

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE, par M. E. Blochet..

67

DES

DE LA BIBLIOTHÈQUE RARE

.

NOTICE

SUR

LE MANUSCRIT FRANÇAIS 11594

DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE :
LA CROISADE PROJETÉE PAR PHILIPPE LE BON

CONTRE LES TURCS,

PAR M. GEORGES DOUTREPONT.

Pour peu que

l'on soit familier avec l'histoire du xve siècle, l'on sait

que l'un des grands projets politiques de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, fut, suivant une expression répandue alors, le « saint voyage de Turquie », autrement dit la

guerre à l'Infidèle, la croisade contre l'Islam qui menaçait la chrétienté. Celle-ci se sentit particulièrement en danger le jour où Constantinople tomba au pouvoir des Turcs (29 mai 1453). Le a grand duc d'Occident », Philippe de Bourgogne, dut en ètre surtout ému, et c'est ce que prouve la solennelle déclaration de guerre qu'il fit, le 17 février 1454, dans son splendide hôtel de Lille, au cours du fastueux banquet resté célèbre sous le nom de Banquet des væux du Faisan. L'on connaît l'ordonnance et l'éclat de ce festin gargantuesque et féerique qui fut en même temps une imposante déinonstration politique. Ainsi que déjà nous l'avons noté ailleurs, « lorsqu'on en lit la description chez les mémorialistes de l'époque, Olivier de la Marche et

[ocr errors]

NOT. ET EXTR.

T. XLI.

IMPRIMERIE NATIONALE.

2

[ocr errors]

ce ,' GEORGES DOUTREPONT. Mathieu d'Escouchy (2), on dirait d'un récit inventé par quelque habile faiseur de romans chevaleresques, ou l'on se croirait transporté en un pays de rêve, chez quelque fabuleux monarque d'Orient. Ce fut, en effet, un déploiement de pompes et de magnificences que nos imaginations modernes ne se représentent pas sans un certain effort et qui, d'ailleurs, éblouit les assistants eurraèmes, dont les regards étaient pourtant habitués aux joyeusetés les plus luxueuses » (2). Des détails seraient peut-être nécessaires ici pour montrer l'intérêt du document qui forme l'objet de la présente notice; mais le lecteur voudra bien sans doute se reporter aux narrations mêmes des chroniqueurs précités. Toutefois, nous croyons devoir lui rappeler qu'à un moment donné de la cérémonie de Lille, Jean Le Fèvre de Saint-Remy, roi d'armes de la Toison d'or, pénétra dans la salle, portant un faisan vivant et orné de pierreries et que, sur ce faisan, Philippe le Bon et environ cent dignitaires de ses États et familiers de sa cour vouèrent ou jurèrent d'aller guerroyer contre les mécréants. Tels de ces væux offrent tout à fait l'allure des défis lancés

par

de téméraires coureurs d'aventure dans les romans de chevalerie. Leur ton osé, provocateur, apparaît surtout lorsqu'on les met en regard d'autres

engagements de croisade qui sont encore inédits et que nous voudrions faire connaître : ils ont été demandés à des sujets du duc, par son ordre, à Arras, Mons et Bruges (pendant les mois de mars et d'avril 1454) et en Hollande (mais ici à une date et dans une ville que notre manuscrit n'indique pas). Ces engagements, notons-le dès maintenant, ne furent pas prononcés devant des tables plantureusement servies ou bien rédigés soit en vue d'un banquet à grand spectacle, soit quelques jours après. Nous disons : a

après. Nous disons : « rédigés en vue de ce banquet ou dans les jours suivants »; c'est que tous les veux cités par

le

(1) Mémoires d'Olivier de la Marche,

p. P:

H. Beaune et J. d’Arbaumont (Société de l'Histoire de France, París, 1884), t. II, p. 340394; Chronique de Mathieu d'Escouchy, par G. Du Fresne de Beaucourt (ibid., 1863), t. II, p. 116-237.

(") La Littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Paris, Champion, 1909, p. 106-107. Voir ibid.,

p. 116-117 et p. 356-360, sur le caractère scé-
nique du banquet. Pour la bibliographie rela-
tive à cette même fête, je me permets de ren-
voyer à mon étude : Les Historiens du Banquet
des væux da Faisan, dans les Mélanges d'His-
toire offerts à Charles Moeller, I, p. 654-670
(Recueil des travaux p. p. les... Conférences
d'histoire et de philologie de l'Université de Lou-
vain, Louvain, Bureaux du Recueil ; Paris,
Picard, 1914).

« PrécédentContinuer »