Images de page
PDF

et de Bouquenom, pour son entretien. pas de souffrir dans leurs états la religion L'autre moitié échut à Catherine sa mère, catholique, qui y est encore dominante. Il à condition qu'après leur mort le tout re- y a à Sarwerden une église paroissiale , tournerait à l'évèque de Metz.

qui était autrefois collégiale. L'ancien cháJean-Jacques étant mort en 1527, An-teau de Sarwerden est anjourd'hui rainé. toine duc de Lorraine, demanda l'investi- SAUDRUX. - Saudrux , village sur ture des comtés de Sarwerden , Bouque- la Saulx, grande route de Bar à Saintnom et Wibersviller, à Jean de Lorraine Dizier, à deux lieues au sud-ouest de évêque de Metz son frère, qui la lui ac-Bar, diocèse de Toul, baronie d'Ancercorda, par leltres palentes datées de Com-ville, office de Morley, recette de Bar. piègne le 26 septembre 1527.

Mademoiselle de Cressole en est dame, En 1670, le comte de Nassau profitant

haute, moyenne et bassse justicière; baildes troubles de la Lorraine et de l'absen

liage de Bar , présidial de Châlons, par

lement de Paris. L'église a pour patron ce du duc Charles IV, se mit en possession du comié de Sarwerden; mais le duc

saint Martin.

1 SAULNE-LA-HAUTE. - Saulne-lade Lorraine en fit cession au prince Henri

Haute, ou Sone, Alla-Sona, village du de Vaudémont son fils, qui en jouit pai

diocèse de Trèves, office et bailliage de siblement pendant plusieurs années,

Villers-la-Montagne; cour souveraine de moyennant l'hommage rendu à l'évêque

Nancy; le roi en est seul seigneur ; il y a de Melz: el ce prince ayant cédé la propriété de ses biens au duc de Lorraine

environ 22 habitans.

| Saulne-la-Basse , ou Sone , Sona-InLéopold I, celui-ci et le duc François son fils, ont possédé le comté de Sarwerden?

ferior, petit village ou hameau du diocèse

de Trèves, près de Saulne-la-Haule: recette jusqu'à la cession de la Lorraine faite à la France en 1735.

et bailliage de Villers-la-Montagne; seigneur

M. de Souleuvre. Le comté de Sarwerden renferme envi- SAULNOY. Le Saulnoy, en latin ron 21 villages, non compris Sarwerden | Salinensis pagus. tire son nom de la riet Boucquenom, qui en sont les chefs-lieux.'vière de Seille, Salia ou Sallia , qui a sa Sarwerden est du diocèse de Metz, On dis- source dans l'étang de Lindre, et se détingue deux villes de Sarwerden , la vieille gorge dans la Moselle, au milieu de la vilet la nouvelle; la vieille a titre de comté, le de Metz. Le nom de Salia ou Sallia, prévolé royale , unie à celle de Bouque- i lui vient des sources d'eaux salées, qui nom, qui est à un quart de lieue au-dessus. se trouvent dans cette rivière et sur ses Le neuf Sarwerden est vis-à-vis, sur la bords, où l'on voit les plus fameuses salirive gauche de la Sare, appartenant à la nes de la Lorraine : comme celles de Vic, maison de Nassau.

autrefois très-fréquentées, celles de SaloC'est au prince de Nassau-Weillbourg, ne, celles de Moyenvic, celles de Marqu'appartiennent le vieux et le nouveau Sar- sal , et celles de Dieuze. Il y a aussi sur werden et leurs dépendances, depuis le 1 cette rivière , la ville et le marquisat do partage fait des terres et seigneuries , qui Nomeny, et plusieurs villages considéraétaient à la maison de Nassau. Le prince bles. de Nassau-Sarbruck a eu dans son loul SAULNY.- Saulny, village à trois Sarbruck, Harchkirich et leurs dépen-lieucs et demie au sud-est de Briey, et à dances. Le prince de Nassau-Weillbourg une lieue et demie de Metz, diocèse de a fait bâtir au nouveau Sarwerden, un Metz, office, recelte et bailliage de Briey; magnifique château à la moderne. Quoique la paroisse a pour patron saint Brice. Seiles princes de Nassau fassent profession gneurs hauts, moyens et bas justiciers, MM. de la religion protestante , ils ne laissent le marquis de Raigecourt, de Serinchamp, de Landonchamp, de Mercy, et Mme de source dans le pays d'Ornes, entre la MarRascange. Ce village contient environ 70 ne et la rivière d'Ornes, assez près de l'anhabitans.

cienne ville de Grand, et se décharge dans - SAULX.-Saulx, ou Saux, Saltus et la Marne, après avoir arrosé un assez grand non Salix , village en Barrois, du diocèse espace de pays; on voit sur ses bords pe Toul; comté, prévôté et office de Li-|Moutier-sur-Saulx, l'abbaye d'Ecurer, gny, recette et bailliage de Bar, présidial Morlaix, Dammarie, Rupt-aur-Node Châlons, parlement de Paris ; le roi en nains, l'abbaye de Jandeure , Robertest seul seigneur. Le duc Léopold acquit Espagne, etc.: elle passe par Viiri-le-Brulé, ce village et ses dépendances avec le comté dans le Perlois, et se jelle peu après dans de Ligny, de M. le duc de Montmorency- la Marne. Luxembourg, le 6 novembre 1719. Saulx SAULXEROTTE. - Saulxerotte, vilest situé entre Ligny, Commercy et Void; la lage à une liene el demie au couchant de paroisse est dédiée sous l'invocation de St. Vézelise : bailliage dudit lieu, dans le Cbristophe. Il y a dans ce lieu quarante comté de Vaudéinont; cour souveraine de ou quarante-deux habitans. A l'extrémité Nancy. Le roi en'est seul seigneur. La padu village est une maison fief, avec de roisse est dédiée à St. Maurice. belles dépendances, appartenant à M. Dépend l'ermitage de Saint-Amon, Collot, comme héritier de M. de la Reau- célèbre par la retraite de ce saint évêque, derie.

successeur de saint Mansui, premier évêque La maison de Saulx porte d'azur au lion de Toul. La tradition veut que saint Amon d'or, armé et lampassé de gueules. consacra lui-même cette chapelle,

SAULX-EN-VOIVRE. - Saulx-en-1 SAULXURES-LES-BULGNÉVILLE. Voivre, village sur le rupt de Longeau , à Saulxures-les-Bulgnéville , village qui est quatre lieues de Saint-Mihiel, diocèse de traversé par un ruisseau, à trois lieues de Verdun, érigé en cure en 1750. Recette la Marche, et à pareille distance de Bouret bailliage de Saint-Mihiel ; cour souve-mont; annexe de Bulgnéville, bailliage de raine de Nancy, marquisat d'Hatton-chå- Bourmont, diocèse de Toul; l'abbé de St.tel ; le roi en est seul seigneur. Saulx était Evre en est seigneur , haut, moyen et bas ci-devant annexe du village des Esparges , l justicier : l'église du lieu est dédiée à saint dont l'église dédiée à St. Martin est siluée Martin. sur une montagne voisine nommée Mont- SAULXURES. — Saulsures , village, ville.

annexe de Ranconnières ; diocèse de LanOn lit dans une ancienne étendue des gres, bailliage de la Marche. M. Sallant limites du comte de Verdun (1), tirée de Malleroy en est seigneur; le village est d'un manuscrit de l'abbaye de Saint-France, du présidial de Langres, parleVanne: et in longitudine superius usque ment de Paris ; l'église est sous l'invocaad fontem apud Auncurtem, et inde tion de saint Jacques et de saint Christousque ad quercum saldey, ce qui pour- phe. rait bien signifier notre Saulx près des SAULXURES-LES NANCY. - SaulEsparges.

xures-les-Nancy, village à nne lieue au Il y a encore un autre Saulx ou Sault, levant de Nancy, sur la rive droile de la village à deux lieues et demie de Remire- Meurthe; l'église paroissiale est dediée à mont, du ban de Lonchamp, bailliage de saint Martin. Le R. P. D. Augustin CalRemiremont.

met, abbé de Senones , céda en 1734, la SAULX, rivière. – La rivière de dime de ce village , pour le nouvel établisSaulx , Saltus et non Salix, prend sa sement d'une maison religieuse de l'ordre

(1) Histoire de dc Verdun, page 11. Preu- de saint Benoît, au Ménil-lez-Lunéville, ves.

se réservant seulement et à ses successeurs, la nomination à la cure. Cette paroisse est ! SAULXURES-VAL-DE-SENONES du doyenné de Port, diocèse de Toul; sei. - Saulxures au val de Senones ; princigneur, M. de Rutant de Saulxures; baillia- pauté de Salm, annexe de Plaine ; l'église ge de Nancy.

est dédiée à saint Michel; seigneur, le prin. SAULXURES - LES - BEAUCHAR-ce de Salm. MOIS. – Saulxures-les-Beaucharmois, SAUVEUR (St.). - Saint-Sauveur, village à quatre lieues au sud-ouest de petit village à trois lieues au sud-est de Blåla Marche, à trois de Nogent-le-Roi; bail- mont, à deux lieues et demie de Badonviller: liage de la Marche. Ce village est du dio-bailliage de Blåmont. L'abbaye de Domèvre, cèse de Langres, enclavé dans la Cham- de l'ordre des chanoines réguliers de la pagne; il y a une forte maison avec fossés. congrégation de saint Sauyeur, était au

SAULXURES -- LES -- VANNES. - trefois en ce lieu ; il reste encore une Saulxures-les-Vannes , village à cinq lieues église. Voyez ce que nous avons dit ailau sud-est de Commercy, à trois de Toul; leurs en parlant de Bonmoutier et de Dobailliage de Commercy.

mèvre. SAULXURES. - Saulxures, village SAUVIGNY. – Sauvigny, Sauoisitué vers le Neufchâteau et Gerbonval : gneium , village du diocèse de Toul, l'église est dédiée à saint Martin.

chátellenie de Brixey , présidial de Toul, Dépendent le château de Marigny, qui parlement de Metz. La paroisse a pour est à M. de Bailliyy, la cense de Comey, patron saint Loup évêque de Troyes. Seiet les moulins de la Haye et de l'Escou-gneur, M. l'évêque de Toul. teux. SAULXURES (LA POIRIE DE).- La

Clairey-la-Coste, Annexe, Poirie est le nom du village, Saulsures ce-l Clairey-la-Coste village à quatre lieues lui de l'église paroissiale, près de laquelle de Gondrecourt, à deux et demie de Neufest le presbytère ; diocèse de Toul, doyen-château : saint Mathieu est le patron. Seiné et bailliage de Remiremont, ban de Vagneur l'évêque de Toul pour un jour , qui gney, situé sur une branche de la Moselle, est le lendemain de la fête de saint Maà trois lieues de Remiremont. Patron de thieu ; les autres seigneurs sont le roi l'église , saint Priest , Sanctus Projectus. I haut-justicier , madame Longeaux, maTous les moulins doivent au curé un paia, dame la baronne de Maipas et M. de Domle lendemain de Noël ; savoir: ceux quis marlin qui ont les justices moyenne et basse sont sur la grande rivière , un pain d'une ou foncière : bailliage de la Marche dequarte de blé, et ceux qui sont sur les puis 1751. Il y a en ce lieu environ trente ruisseaux, un pain d'une demi-quarte. habitans. Les paroissiens de Saulxures doivent trois Dépend Tréveron , Travero : patron corvées, et chaque charrue une charelle St. Martin. Bailliage de Chaumont , parde bois ; et le curé leur doit donner à lement de Paris, officialité de Vaucouchacun deux petits pains; chaque con- leurs , intendance de Champagne. duit lui doit une corvée à bras en les Dépend Moncourt, ermitage et métainourrissant. Le roi et le chapitre de Re-rie. C'était autrefois un village. miremont sont seigneurs de la Poirie de SAUVILLE. —Sauville, village sur un Saulxures.

ruisseau à deux lieues au nord de la MarAnnese, Cornimont; saint Barthe che, à deux de Bourmont; office, recette lémy est le patron de l'église : dépendent et bailliage de Bourmont : le roi en est aussi de l'église de Saulxures , Ventron, seigneur pour trois quarts, la justice exeroù il y a une chapelle dédiée à saint cée pour le roi en la sénéchaussé de BourClaude, les Avia, les Gravières , Bémont, mont. Feu M. de Beaufremont curé du Sousse.

lieu , était seigneur pour l'autre quart, la

justice exercée pendant trois mois par ses ; Ugny, et Montinianus, Montigny. Le officiers ; la paroisse a pour patron saint même P. Benoit ne doule pas que le nom Brice. Il y a dans Sauville, qui est du de Silvianus n'ait été donné au lieu dont diocèse de Toul, environ soixante el quinze nous parlons, à cause des bois, comme habitans.

qui dirait Silvarum vicus, village des Dépend de la paroisse un ermitage, bois. Le roi Charles-le-Gros, dans une dit de saint Brice.

chartre donnée à l'église de Toul, donne La maison de Sauville porte de gueules le nom de Vidus au ruisseau qui passe à trois aiglons d'argent, la tête tournée à Sauvoy, et les villages de Voicon et vers le col élevé.

de Void en ont pris le nom. Il ne faut SAUVOY. - Sauvoy, en latin Sal- donc pas s'étonner , ajoute-t-il, si la forêt vianus , village du diocèse de Toul ; sou- est aussi appelée Silva Vedogiensis, ou veraineté de France, prévôté de Vaucou-|Silva Vedogii. leurs, bailliage de Chaumont, parlement On trouve à un quart de lieu de San. de Paris : l'église de Sauvoy a pour pa-voy, un petit village appelé Villeroy , tron saint Aubin.

Villa-regia. Ce village est annexe de Ce village est situé sur un ruisseau Sauvoy, et est situé entre Tusey et Morpommé Vidus dans les titres latins, I lay , qui sans contredit étaient des mai' lequel enflé des eaux du Mohola , se jette sous royales : il y avait près de Silvianus, dans la Meuse , après avoir passé à Voi- une forêt nommée Vedogiensis, trèscon et à Void. Sa situation est des plus commode pour la chasse. Ce même lieu agréables. On connait uu palais des rois de Silviacus élait voisin de Codiciacus, de France nommé Silvacus, Silviacus , où Charles-le-Chauve étant, invita Hinc ou Silvagium, que le P. Mabillon (1) a crů mar archevêque de Reims, de le venir être le village de Servais au diocèse de trouver , et que le lendemain il se rendrait Laon ; mais le père Benoit Picart capucin à Silviacus. Or ce dernier lieu, d'est de Toul, donne de très-bonne raisons éloigné du village de Choloy , Coliacus, pour prouver que Salvianus , est le vil-lou Coliciacus , ou même Codiciacus, dont lage de Sauvor dont nous parlons. Le pa-nous parlons, que de trois lieues, et est lais royal dont il est question , était situé presque contigu á Savonières, Saponasur le ruisseau ou la petite rivière de riæ, autre maison royale. Ainsi Hincmar Vidus , qui donne son nom à Void ; partant de Reims, suivant la grande sa situation agréable, son territoire en- route , a pû venir à Savonières, de Savironné de grands bois et de fontaines vonières à Choloy , à Tuser , et de Tusemblent favoriser cette conjecture. sey , à Sauvor. Le P. Mabillon dans sa

L'empereur Henri II, surnommé le diplomatique, cite trois ou quatre disaint, accorda à Berthold évêque de Toul, plômes datés de Siloacus, Siloiacum, la permission de chasser sur le ruisseau ou Siloagjum Palatium. Vidus, depuis Mauvage jusqu'à Void. SAVERNE. - On connait plus d'un Sauvoy se trouve entre ces deux lieux ; { lieu du nom de Saverne ou Zabern, c'est ce qui fait conclure au P. Benoit, comme l'écrivent les allemands, ou Taque cetic forêt était du fisc royal et un bernæ, comme l'expriment les latins. 1.• lieu de plaisir des rois. Le même empe-Saverne en Alsace aux pieds des montareur dans le dénombrement qu'il fait des gnes de Vôges, sur le chemin de Lorlieux où il permet de chasser, y comprend raine à Strasbourg, au couchant de cette Sauvoy , qu'il nomme Salvianus. Il place dernière yille , dont elle est distante de 7 entre Mauvage, Malvagia, Unnianus , lieues. 2.° Saverne , dans la basse-Alsace,

I pas loin de Landau , sur la rivière de (1) Diplomat. lib. 6, c. 132, p. 324 et 325. I Sorre, nommée en allemand Berg-Za

bern, en latin Tabernæ montance, Sa-traint de se soumettre à Rodolphe ou verne de la montagne. 3.° Saverne sur le Raoul, qui avait pris de force la ville de Rhin, Tabernæ Rhenanæ, qui est située Metz , ne voulut s'y soumettre qu'à consur le chemin de Bingen à Trèves. dition que Rodolphe lui ferait restituer la

Je me borne à Saverne, située vis-à-vis ville et forleresse de Saverne, ce qu'il fit; Strasbourg, au pied des montagnes de et l'ayant tirée des mains de Henry-l'OiseVöges, nommée par les auteurs latins Ta- leur , qui s'en était emparé, il la rendit à bernæ Triboccorum, Saverne des Tri- l'évêque Wigeric, qui la fit démolir , boccins. Elle entre dans mon dessein , pour arrêter les courses et les brigandages comme ayant autrefois dépendu des évê-que Henry exerçait sur les terres de l'évêques de Metz , tant pour le temporel que ché de Metz. pour le spirituel ; même depuis l'érection Sigebalde évêque de Metz , fonda l'abde Strasbourg en évêché.

baye de Neuvillers en Alsace vers l'an 750, Cette ville de Saverne est des plus an- et Drogon un de ses successeurs, en 846, ciennes. L'itinéraire connu sous le nom fit présent à la même église du corps de d'Antonin, met Tabernæ à dix mille de saint Adelphe, ancien évêque de Metz. L'évêStrasbourg , et à vingt mille de Decem- que de Metzétait donc considéré en ce tempspagi , ou Dicuze. La carte de Peutinger là comme prélat diocésain de Neuviller.. met sur le chemin de Metz à Strasbourg Saverne étant aussi ancien et aussi célèDecempagi ou (Dieuze ), Pons Saravi bre qu'il l'est(1), on ne doit pas être surpris Sarbourg, ou Kaufmann-Sarbruck, (le d'y voir des monumens de la plus haute pont de la Sare). Tabernæ, (Saverne), antiquité. On y montre entr'autres une et Argentauralum (Strasbourg ). inscription consacrée au Dieu Vogesus,

Ammien Marcellin (1) dit que l'empe- qui y était adoré. Le culte des montagnes, reur Julien, connaissant l'importance de des rochers , des rivières, des arbres, ce poste, le fit fortifier , pour empêcher n'est que trop reconnu chez les payens. les barbares de pénétrer dans les Gaules. Nous igaorons le temps et la manière En effet; c'était alors le principal et pres-dont les évêques de Strasbourg sont deque le seul passage de l'Alsace dans la venus maitres de Saverne: mais il y a assez Lorraine et dans la France par les monta- long-temps qu'ils possèden: cette ville, et gnes de Vöges. Cluverius et quelque autres qu'il y a un château, où ils font souvent entendent le passage d'Ammien Marcellin leur résidence , surtout depuis que les lude Saverne du Rhin, Tabernæ-Rhenance, thériens sont devenus les plus forts dans mais on l'entend plus ordinairement de no- Strasbourg. M. le cardinal Egon de Furstre Saverne. Julien répara donc cet en-temberg y a bâti un beau château. droit, qui avait été détruit par les alle M. le cardinal de Rohan son sucmans , et y mit une bonne garnison pour cesseur, y a fait des augmentations et garder cet important passage.

des embellissemens, qui rendent cette J'ai dit que Saverne dépendait ancien- maison une des plus belles du royaume. nement de l'évêque de Metz. La chose est Dans un coin de ce palais en entrant, on reconnue par les historiens de Metz , et voit une ancienne tour , qu'on dit être par l'histoire de Strasbourg. Wigeric évê-l'ouvrage des Romains. J'en ai vu une paque de Metz en 923 , s'étant attaché à reille à Grand-en-Bassigny , qu'on croit Charles-le-Simple , contre Rodolphe ducêtre du temps de l'empereur Julien , qui a de Bourgogne (2), qui s'était emparé du été en ce lieu , autrefois grande ville, augouvernement du royaume de France; ljourd'hui vaste village; et une autre à BriWigeric, dis-je, ayant ensuite été con- sach, qui a été démolie depuis peu d'années. (1) Ammianas Marcellin. L. xyu.

(1) Schapflin. Alsatia illustrata. I. 1. pago () Floduard Hist. Remens.

1 459, 486.

« PrécédentContinuer »