Images de page
PDF

venu homme-lige du comte de Bar en forces, lui livrèrent bataille , en un lieu 1216. En 1247, Heary comte de Vau- nommé Saint-Blin sur les frontières de démont fit hommage à son cousin Thié- Champagne. Le comte de Vaudémont baut comte de Bar, pour Vaudémont, remporta la victoire, et fit mille rayaChâtel-sur-Moselle et lears appartenances, ges dans les terres de ses ennemis. Il excepté les bans de Charigny et de Len- entra en l'hommage du comte de Bar le dilly devant Châtel.

onzième août 1363. Quelques années après, la guerre s'é- Henri V, comte de Vaudémont avait tant allumée entre Ferri II, duc de épousé Marie de Luxembourg , fille de Lorraine et Edouard comte de Bar, le Guy comte de Ligny, dont il eut deux comte fut fait prisonnier dans un com- fils, qui moururent en bas âge, et Marbat donné près de Dieulouart (1) ; et guerite qui épousa en premières noces après avoir demeuré en prison six ans, Pierre de Genève, en secondes noces Louis roi de Navarre , comte palatin de Jean de Bourgogne ou de Neufchâtel, Champagne, qui fut depuis roi de France, sire de Montagu , et en troisièmes noces sous le nom de Louis-Hutin , arbitre Ferri de Lorraine , fils puiné du duc choisi par les parties, les fit convenir que Jean I, et frère du duc Charles II. la rançon du comte de Bar serait de Ferri de Lorraine mari de Marguerite quatre-vingt-dix mille livres

de Vaudémont, fit hommage au duc de Pour s'acquitter d'une partie de cette Bar pour le comté de Vaudémont, sur somme, le comte de Bar engagea au duc la fin de 1394. Ferri la mouvance du comté de Vau- On peut voir l'établissement de la grande mont pour vingt mille livres. En 1316, féauté du comté de Vaudémont parmi les le lundi après l'exaltation de Ste.-Croix, pièces de 1290. Cette féauté était un réle comte de Bar dégagea la mouvance de glement ou coutume particulière que l'on Vaudémont.

a suivie long-temps dans le comté de Depuis ce temps-là les comtes de Vau- Vaudémont, et qui avait été autorisée démont continuèrent à faire hommage par les états, ainsi que les usages de aux comtes de Bar.

Châtel-sur-Moselle ; mais le duc LéoHenri IV du nom, comte de Vau- pold ne les regarda que comme de simdémont fut le dernier måle de la race ples projets de coutumes , et les abrogea du comte Gérard ; il mourut sans enfans par édit du 10 mas 1723, et soumit et eut pour héritière sa sœur Margue- la dépendance de Châté et de Vézelise rile, qui avait épousé Anselin de Join- à la coutume générale de Lorraine. ville.

1 Le duché de Bar ayant passé à la maiAnselin de Joinville succéda à son son d'Anjou , René d'Anjou envoya ses beau-frère Henri IV, dans le comté de baillifs de Bar et de St.-Mihiel, pour Vaudémont en 1346 et mourut en 1349, se faire reconnaître pour seigneur-suzelaissant de sa femme la comtesse Mar- rain par Antoine de Lorraine comte de guerite, Henri V, sire de Joinville et Vaudémont l'an 1431. sénéchal de Champagne; celui-ci eut de Ferri II du nom, fils d'Antoine, comie grands démêlés avec Jean duc de Lor- de Vaudémont, épousa Yolande d'Anjou raine, Robert comte de Bar, et les évè- fille de René I, duc de Lorraine et de ques de Toul et de Verdun. Henri aidé Bar, roi de Naples et de Sicile, héritière des troupes étrangères qu'il avait fait ve- des duchés de Lorraine et de Bar :: nir à son secours , fit irruption dans la leur fils René II , réunit ces deux duchés Lorraine et le Barrois. Le duc de Lor- avec le comté de Vaudémont, dont les raine et le comte de Bar ayant réuni leurs ducs de Lorraine ont depuis ce temps-là

(1) Histoire de Lorraine, l. 3. p. 255 et suiv. donné le titre à leurs cadets.

Henri III, comte de Vaudémont et Lorraine, qu'il déposa dans l'église de Isabelle de Lorraine sa femme, fondèrent Vézelise. à Vaudémont en 1325, une collégiale Huit jours après le comte de Vaudans leur château et y mirent dix cha- démont alla mettre le feu dans les terres noines.

de Jean de Haussonville, en haine de ce Je n'entre point ici dans le détail de la que ce seigneur avait fait dans cette ocguerre du duc René I du nom, contre casion. Il en usa de même envers les Antoine comte de Vaudémont; cette guerre terres et seigneuries de Ferri de Savigni est devenue fameuse dans l'histoire de maréchal de Lorraine ; ensuite il brúla le Lorraine par la bataille qui se donna bourg d'Ormes. à Bulgnéville en 1431, où le duc René Non content de ces petites expéditions, fut fait prisonnier. On en peut voir l'his-Antoine se ligua avec plusieurs seigneurs, toire dans le tome V, de l'Histoire des et prit à son service quantité de Picards, Lorraine , nouvelle édition, p. 16 et 17. de Bourguignons, de Français, d’Al

En 1438, pendant que le duc René I, lemands et d'autres aventuriers , dont il était occupé en Italie à faire valoir ses pré-composa une armée nombreuse , pour se tentions sur le royaume de Naples (1),venger des régens de Lorraine. Dans cette les régens de Lorraine, avec l'évêque de extrémité les gouverneurs de Lorraine euMetz, l'abbé de Gorze, etc, entrepri- rent recours à Charles VII, roi de France, rent par le moyen des intelligences qu'ils beau-frère du roi René I, qui leur enavaient dans la ville de Vaudémont, de voya un secours considérable, avec le s'en rendre maitre et de la surprendre. quel ils délivrèrent le bâtard de Vertus Jean de Haussonville sénéchal de Lor- qui était prisonnier à Amance, prirent raine, ful chargé de l'exécution. Pour Vaudémont, Vézelise et Charmes , qui mieux couvrir leur entreprise, les ré-apparlenaient au comte de Vaudémont. gens ordonnèrent aux troupes des duchés Mais les troupes dont on vient de de Lorraiue et de Bar de se tenir prêtes, parler , après avoir saccagé le comté de pour marcher , disait-on , coutre les gens Vaudémont et chassé les troupes d'ARdu bâtard de Vertus , qui était prison-toine des terres de Lorraine et du Barnier en Lorraine, mais en effet pour se rois, se jelèrent partie du côté de Metz, saisir de la ville et forteresse de Vaudé-et l'autre partie en Alsace. Les Lorrains mont. Quand on fut arrivé devant la place, continuèrent leurs hostilités contre le ceux qui devaient la leur livrer, leur comté de Vaudémont pendant l'été de manquèrent , et les Lorrains pour n'a-| 1439. Tello, Frauconcourt et Montiervoir pas la honte de se retirer sans avoir sur-Saulx furent abaltus , les blés et les rien fait, brûlèrent et ravagèrent les terres moissons de ce comté furent coupés et des environs.

ravagés. Les peuples du comté se défenAntoine comte de Vaudémont était dirent et tuèrent bien des Lorrains; enalors à Commercy. Dès qu'il fut informé fin l'on convint le 15 août d'une trève de ce qui se passait, il accourut avec qui devait durer jusqu'à Pâques. les troupes de Robert damoiseau de Com- L'année suivante 1440, Antoine comle mercy et la compagnie du capitaine Fort- de Vaudémont, à la tête des troupes de ses d'Epice, ce qui faisait environ cent hom- états et de 2,000 soldats Picards, que lui mes ; et avec ce peu de gens , il attaqua avait envoyé le seigneur de Croy son genles Lorrains pendant la nuit entre Ormes dre, recommença ses courses dans la Loret Charmes, les défit leur tua soixante raine et le Barrois , y faisant de grands déhommes et prit le grand étendard de sordres ; celte irruption dura environ 26

jours. (1) Hist. dc Lorr. t. 2, p. 55, 66. | Les régens de Lorraine entreprirent de

[ocr errors]

nouveau de surprendre la ville de Vaudé- La maison de Deuilly si ancienne et aumont, par le moyen d'un homme qu'ils trefois si puissante en Lorraine , fut fonavaient gagné, et qui devait les y intro- due dans celle de Vaudémont de fort bonne duire. Les troupes Lorraines arrivèrent de- heure; puisque dès l'an 1162, Olry de vant la ville le 22 janvier 1441, quel- Vaudémont, frère de Gérard II, se disait ques - uns même gagnèrent le haut des seigneur de Deuilly. murailles ; mais la chose ayant été décou- Le comté de Vaudémont vint à la maison verte, ils furent obligés de se retirer, I de Joinville , par le mariage d' Anselin ou après avoir perdu quelques-uns de leurs Anceau de Joinville avec "Marguerite de hommes. Cette guerre fut terminée le 27 | Vaudémont, sæur de Henri IV du nom mars de la même année, par le roi Char- comte de Vaudémont , tué à la bataille de les VII, qui rendit à Reims une sentence Crecy, en 1346. arbitrale , par laquelle il accommoda les Les comtes de Vaudémont avaient autredifférents qui étaient entre René duc de fois leur monnaie particulière, du moins Lorraine, et Antoine comte de Vaude- ils donnaient le prix à la monnaie qui avait mont.

cours dans leur comté. Dans le testament Pendant la guerre du duc Charles de de Ferri de Lorraine, comte de VaudeBourgogne contre le duc de Lorraine René mont , fils d'Antoine et père de René II, II, la forteresse de Vaudémont fut prise le duc de Lorraine, de l'an 1370, il est 21 octobre 1475, après seulement un jour porté qu'on donnera à l'ermitage de Notrede siége par les Bourguignons, qui y mi - Dame de Sion près Vézelise, la somme de rent une bonne garnison.

100 florins, monnaie de la comté de VauEn 1476, le bâtard de Vaudémont, démont. En 1444, il y avait à Vaudémont Gratien de Guerre, Henri et Ferri de une maison de la monnaie, marquée dans

Tantonville, l'écuyer Gérard , Jean d'Ai-la vente d'une maison , sise près ladite gremont et Petit-Jean de Vaudémont , maison de la monnaie. Cependant je n'ai se mirenl en armes la nuit de Pâques de vu jusqu'ici aucune monnaie de Vaudecelle année, et par le moyen d'une intel-mont. ligence qu'ils avaient ménagée avec le clià. Nous avons dit au commencement de Telain de Vaudémont, ils escaladèrent la cet article, que le nom de Vaudémont tiplace pendant la nuit, la prirent et firentrait son origiue du dieu Wodan ou Wiprisonniers Amé de Valperg, qui y com-sodan ou Vonsda , qui était la plus célèmandait avec ses gens. Heori de Valperg , bre divinité des anciens Germains et des son frère, qui était à Vézelise , ayant été Gaulois. C'était le grand Dieu de ces peuaverti de ce qui était arrivé à Vaudémont, ples, car Goth, ou Gotha, ou Wotha , prit incontinent la fuite avec ses gens, ou Woda , ne sont que la même chose. abandonna cetic place; les Bourguignons Dars un titre de l'abbaye de Beaupré, qui étaient à Tello et au Pont-Saint-Hugues comte de Vaudémont est nommé Vincent , en firent de même et se retire-Hugo Comes de Gademonte. Vaudémont rent à Nancy. Le nommé Pelit-Jean de était anciennement le chef-lieu du SainVaudémont, entra darts ces lieux, et s'en tois, érigé en comté par l'empereur Henremit en possession au nom nom du duc ri IV. Aujourd'hui il est réduit à peu de René II.

chose, et n'a plus que l'apparence de vilOn remarque que le comie de Vaude-le. Une partie du comté de Vaudémont est mont prétendait avoir droit de présider encore appelée Saintois, et l'église de aux duels des nobles, dans l'étendue de son Toul en conserve toujours le nom au comié, de même à proportion que les ducs doyenné qui comprend toutes les paroisde Lorraine, dans les terres qui étaient en-ses du comté de Vaudémont, sous l'artre le Rbin ei la Mouse.

chidiacôné de Vitel. Depuis la ruine dų

château de Vaudémont, Vézelise est deve-| En ce lieu gît une comtesse de Vaunu la capitale et le siége du bailliage de ce

démont, comté.

Dame et Princesse , Dame Isabelle Le duc Charles IV fit donation du comté l'appelait-on, de Vaudémont, à Charles-Henry de Lor Pleine de grande devotion; raine, qu'il avait eu de la comtesse de Fille fut du duo de Lorrehegne , Cantecroix, en faveur duquel ce comté fut Homme bien famé par tout régne. érigé en principauté, dont ce prince mort Epouse au vaillant comte Henry, à Commmercy, le 14 janvier 1723, porta Bon chevalier, preux et hardi, le titre.

Elle premièrement fonda, En 1760, le roi de Pologne duc de Lor Cette église et édifia; raine, supprima le chapitre de Vaudé Puis à Dieu son ame rendit , mont, et le réunit avec tous ses droits au Au mois de tous le plus joli , chapitre des chanoinesses de Bouxières, De féte saint Gegoult le jour, près Nancy. M. Chassel avocat en la cour L'an de grace Notre-Seignour, souveraine , pourvut au transport des ti Mille trois cens avec trente-cing, tres , papiers , meubles, etc., du chapitre Si prions Jesu le begnin, supprimé, ainsi qu'à celui des tombeaux ! Qu'il la veuille garandonner, des princes et anciens comtes de Vaude Et tous ses méfaits pardouner. mont,

Les anciens du lieu dirent à M. ChasIl rapporte qu'il a trouvé dans l'église de sel, que sous ce tombeau il y avait autreVaudémont, deux tombeaux remarquables. fois un caveau, où devaient être les corps Le premier dans une chapelle à main gauche des susdits fondateurs; lequel caveau on au haut du collatéral, entre la sacristie et la se souvenait encore d'avoir vu ouvert il y a chambre où les chanoines tenaient chapi- environ quarante ans, auquel temps on rétre, joignant le mur près de l'autel , au- para l'église; mais on ne se souvenait plus de dessous d'une fenêtre. On voit sur ce ce qu'on y avait trouvé ; sinon qu'en re tombeau deux figures couchées : celle du muant la terre on avait découvert un pecomle représente un chevalier armé, te- tit soulier très-bien conservé ; mais que le nant au bras gauche l'écu des armes de pavé s'étant enfoncé en cet endroit , on ne Vaudémont, qui sont fascées ; il y a au remarquait plus de vestiges dudit caveau. pied de la figure un lion couché. L'autre M. Chassel fit creuser en sa présence sous figure est celle de la comtesse, ayant un le pavé de la chapelle , et on découvrit un chien couché à ses pieds. On voyait au- petit caveau sous la longueur du tombeau, trefois sur les vitraux qui sont au-des-dont une partie de la voûle subsistait ensus du tombeau , plusieurs armoiries , qui core, mais le tout était comblé par les tersont aujourd'hui presqu'effacées; celles qui res éboulées. On ne trouva que deux morse remarquent encore sont de Lorraine.ceaux de bois de sapin pourris , avec des Quelques-uns de ces verres peinls portaientossemens que l'on reconnait être d'un une inscription ; après les avoir rassem. homme et d'une femme, seuls restes du blés on a lu ces mots : Comte de Vaude-comte Henry et d'Isabelle son épouse, que mont et Isabeau sa femme, Fondateurs l'on recueillit avec soin. de céans.

Il y avait un autre tombeau au milieu A quatre pieds au-dessus du tombeau, du chour, sur lequel étaient deux figures, on lit sur le mur en lettres gothiques, l'é- d'un homme et d'une femme couchés l'un pitaphe d'Isabeau de Lorraine, épouse près de l'autre, le visage tourné vers legrand de Henry, comte de Vaudémont, fonda-autel. Le tombeau n'avait aucune inscripteur de la collégiale. Nous la rapportion. La tradition du lieu veut que ce soit tons ici.

| le tombeau d'Antoine comte de Vaudémont

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »