Histoire de la Révolution de France, pendant les dernières années du règne de Louis XVI, Volume 10

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 536 - Louis étoit monté sur le .trône à vingt ans; et à vingt ans , il donna sur le trône l'exemple des mœurs-, il n'y porta aucune faiblesse coupable , ni aucune passion corruptrice ; il y fut économe, juste , sévère ; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple
Page 225 - vous n'êtes point des juges; vous êtes, » vous ne pouvez être que des hommes d'état et » les représentans de la nation. Vous n'avez point » une sentence à rendre pour ou contre un. » homme, mais une mesure de salut public à » prendre, un acte de providence nationale à
Page 496 - La loi doit être la même pour tous, soit qu'elle protège , soit qu'elle punisse [Déclaration des Droits, art. VI] ; et les mêmes délits doivent être punis des mêmes peines,
Page 450 - de mauvais exemples on des scandales, de me pardonner le mal qu'ils croient que je peux leur avoir fait. Je prie tous ceux qui ont de la charité', d'unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes pe'che's. Je pardonne de tout mon cœur
Page 78 - chair humaine.... Les rois sont dans l'ordre » moral, ce que les monstres sont dans l'ordre » physique. Les cours sont l'atelier des crimes »» et la tannière des tyrans. L'histoire des rois » est le martyrologe des nations
Page 78 - Grégoire ? Certes personne de nous ne » proposera jamais de conserver en France la » race funeste des rois. Nous savons trop bien » que toutes les dynasties n'ont jamais été que » des races dévorantes qui ne vivoient que de » chair humaine.... Les rois sont dans l'ordre » moral, ce que les monstres sont
Page 159 - » même les coupables victimes réservées à la » vengeance des lois, et qui sont tombées sous le » glaive de la justice populaire; mais que votre » douleur ait un terme, comme toutes les choses » humaines ; pleurez aussi cent mille patriotes
Page 274 - pas tenu. Bientôt vous avez essayé de corrompre l'esprit public, à l'aide de Talon, qui agissoit dans Paris, et de Mirabeau, qui devoit imprimer un mouvement contre-révolutionnaire aux provinces. Vous avez répandu des millions, pour effectuer cette corruption, et vous avez voulu faire de la popularité même, un moyen d'asservir le peuple. Ces faits résultent d'un
Page 273 - nationale fût foulée aux pieds, la cocarde blanche arborée, et la nation blasphémée ; enfin vous avez nécessité une nouvelle insurrection, occasionné la mort de plusieurs citoyens, et ce n'est qu'après la défaite de vos gardes, que vous avez changé de langage, et renouvelé des promesses perfides. Les preuves de ces faits, sont dans
Page 451 - avoient le malheur de perdre la leur. Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu'elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrois lui avoir donnes dans le cours de notre union; comme elle peut

Informations bibliographiques