L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 7

Couverture
1782
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 206 - Les auteurs ne fe feront connoître ni directement , ni indirectement ; ils mettront une devife à la tête de l'ouvrage , & y joindront un billet cacheté , qui contiendra la même devife , leurs noms & le lieu de leur réfidence.
Page 314 - Un auteur qui a trop d'esprit et qui eu veut toujours avoir lasse et épuise le mien : je n'en veux point avoir tant. S'il en montroit moins , il me laisseroit respirer et me feroit plus de plaisir : il me tient trop tendu , la lecture de ses vers me devient une étude. Tant d'éclairs m'éblouissent ; je cherche une lumière douce qui soulage mes foibles yeux. Je demande un poète aimable, proportionné au commun des hommes, qui fasse tout pour...
Page 138 - Si elle a produit des maux , quels font les moyens d'y remédier ? Vu l'importance du fujet , l'académie n'a point fixé l'étendue des mémoires, & s'eft contentée d'inviter les auteurs à les écrire en François ou en latin. Aucun ouvrage ne fera admis au concours , paffé le premier avril 1783.
Page 190 - Si les Graces font chez elle, Mais les Mufes n'y font plus. Sans glofer fur le myftére Des Madrigaux qu'elle a faits , Ne lui parlons déformais Qu'en la langue de fa meré.
Page 193 - Ici gît , ou plutôt frétille Voisenon , frère de Chaulieu. A sa Muse vive et gentille Je ne prétends point dire adieu ; Car je m'en vais au même lieu , Comme un cadet de la famille.
Page 66 - Raynal a fait les fonds , l'académie a reçu deux mémoires , très-eftimables , par les * recherches & plufieurs des vues qu'ils renferment ; mais l'objet lui a paru d'une trop grande importance, pour ne pas fufpendre fon jugement , & ne pas defirer que la matiere foit encore plus approfondie.
Page 65 - L'Auteur eft M. FR. Jos. GARDINI , Docteur-Médecin en l'Univerfité de Turin, à Sainc-Damiens , près d'Afti en Piémont, le même qui, en 1779 , partagea avec M. Bertholon un des Prix concernant l'électricité des animaux. L'Académie invite ce Savant, s'il eft dans l'intention de publier fon Mémoire, de le terminer par des Tables analytiques, qui, en rapprochant particulièrement les faits nouveaux , indiquent , d'une manière précife , les conféquences qui en réfultent.
Page 188 - Celui qui cy maintenant dort Fit plus de pitié que d'envie, Et souffrit mille fois la mort Avant que de perdre la vie. Passant, ne fais ici de bruit, Garde bien que tu ne l'éveille; Car voici la première nuit Que le pauvre Scarron sommeille.
Page 190 - Dès qu'il eut la bouche clofe , Sa femme ne dit plus rien : Elle enterra vers & profe Avec le pauvre chrétien. En cela je plains fon zèle, Et ne fais au...
Page 283 - L'académie a prorogé , à la même année & à la même époque, la diftribution du prix de 600 livres , dont M. l'abbé Rsynal a fait les fonds ; il fera décerné au meilleur mémoire fur le fujet fuivant : Quels ont été les principes qui ont fait...

Informations bibliographiques