Images de page
PDF
ePub

VIES

DES PERES,

DES MARTYRS,

ET DES AUTRES

PRINCIPAUX SAINTS,

Tirées des Ades originaux, & des Monuments
les plus authentiques; avec des Notes
hiftoriques & critiques.

Ouvrage traduit de l'Anglois.
TOME

I.

[ocr errors]

M. D C C. LXIII.

Avec Approbation & Privilege du Roj,

A VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE,
Chez PIERRE VEDEILHIE, Libraire-Imprimeur,
A PARIS,

Chez BARBOU, rue Saint Jacques, aux Cigognes

TH

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

AVERTISSEMENT.

L'OUVRA

'OUVRAGE dont nous offrons lä Traduction au Public, a été imprimé depuis peu à Londres, où le dernier Volume doit paroître inceffamment. Il y fut reçu d'abord de la maniere la plus favorable; & il y acquiert tous les jours une nouvelle célébrité, même parmi les Protestants: Un mérite fi reconnu nous a déterminés à le donner en notre langue, & nous a perfuadés qu'on n'applaudiroit pas moins en France, qu'en Angleterre, à la fageffe des réflexions, à la profondeur des recherches, à la modération & à la jufteffe de la critique, qui forment le caractere principal & diftinctif de cet Ouvrage.

L'Auteur y a confacré trente années d'une application continuelle. Il a voulu tout voir, tout examiner par lui-même. Il a interrogé les monuments les plus authentiques de tous les temps, & de prefque toutes les Nations. Le travail des Savants des derniers fiecles lui a été d'un grand secours; il l'avoue avec reconnoiffance: mais il ne les a point fuivis aveuglément. Il les a comparés les uns avec les autres, & furtout avec les Auteurs contemporains, qui

ont été fes principaux guides. C'étoit-là le moyen de donner des Vies de Saints, qui puffent mériter l'approbation des perfonnes vertueufes, & éclairées : mais cela ne fuffifoit pas. Il falloit de plus une grande fagacité pour démêler le vrai d'avec le faux; une parfaite connoiffance des regles de la véritable critique; l'exactitude la plus fcrupuleufe dans l'application de ces regles; un amour fincere pour la vérité. Notre Auteur poffede-t-il ces qualités effentielles à un Hagiographe? Nous ne préviendrons point à cet égard le jugement du public; ou plutôt, le fuffrage des Étrangers femble nous répondre d'avance de celui de nos Compatriotes.

L'Ouvrage eft diftribué fuivant l'ordre des jours du mois. On trouve fous chaque jour la Vie du principal Saint; elle eft terminée par une inftruction morale, qui n'est fouvent qu'un tiffu des maximes du Saint, ou qui du moins dérive naturellement de fes vertus. Viennent enfuite les Vies des plus célebres d'entre les Saints que l'Eglise honore le même jour. On infifte peu fur celles qui font prefque inconnues, ou dont les Auteurs n'ont pas travaillé d'après des Mémoires authentiques.

Les Notes que l'Auteur a répandues dans Je corps de fon Ouvrage, & que nous

avons confervées dans la Traduction, intérefferont les Gens de Lettres d'une maniere particuliere. Elles ont pour objet l'éclairciffement de plufieurs points concernant la Chronologie, la Géographie, l'Hiftoire, les Ouvrages des Peres, & les Antiquités Eccléfiaftiques. On y trouvera des choses très-curieuses fur l'établissement: du Chriftianisme, & fur la fondation des Monafteres, dans les trois Royaumes d'Angleterre, d'Écoffe, & d'Irlande. Ces notes font encore employées quelquefois à relever les fautes de divers Auteurs. Mais on n'y verra point de ces critiques ameres que défavouent la politeffe, & la modération chrétienne. L'aigreur ne fervit jamais la vérité.

3

Nous n'avons rien négligé pour bien faifir le fens de notre Auteur: mais nous nous fommes affranchis de cette gêne qui compte fervilement le nombre des mots; nous nous fommes même permis des changements qui nous ont paru indifpenfables. Nous avons étendu quelques idées, & nous en avons refferré d'autres. De temps en temps, nous avons donné plus de développement à certains faits dont la fimple indication n'auroit pas fuffi au commun de nos lecteurs. Lorfque nous avons trouvé dans le Texte, des difcuffions criti

« PrécédentContinuer »