Images de page
PDF
ePub

tionnels, légitimes, et dont il considérait la réalisation comme nécessaire, pour assurer le bien-être futur des populations moldo-valaques. Il ajoutait que son Gouvernement était prêt à adhérer à la réunion, si la conférence voulait l'adopter (Protocole, no 1. 22 mai).

Ce n'est pas que le représentant de la Russie ne fit aucune réserve. Au contraire, le protocole du 10 juin témoigne que, sur sa proposition, il était entendu que la convention à intervenir contiendrait une définition précise des situations respectives de la cour suzeraine, des principautés et des puissances garantes. » Le comte de Kisséleff développa dans une séance subsequente (15 juillet) sa manière de voir sur cette définition ramenée à cos termes. Quant aux relations entre les Principautés et la Cour suzeraine, il les trouvait déterminées par le traité du 30 mars. Elles pouvaient se résumer de la manière suivante : « Droit de la Cour suzeraine de recevoir le tribut, de confirmer l'élection du prince, de combiner avec les Principautés les mesures de défense de leur territoire en cas d'agression du dehors, et de provoquer une entente avec les puissances garantes en cas de nécessité pour le maintien de l'ordre dans les Principautés ; enfin, droit de la Cour suzeraine, d'appliquer aux Principautés les traités internationaux dans tout ce qui ne porte pas atteinte aux immunités du pays.

Droit des Principautés de régler, sans l'ingérence de la Cour suzeraine, toute l'administration intérieure dans les limites stipulées par l'accord des puissances garantes avec la Cour suze

raine, et droit de recours à cette puissance elle-même ainsi qu'aux · puissances garantes en cas de violation de leurs immunités.

Droit réservé aux puissances garantes de régler par voie diplomatique, et par une entente avec la Porte, toutes contestations qui seraient survenues entre elle et les Principautés.D

Sur un autre point, les abus de la juridiction consulaire dans les Principautés, la politique du Tzar, par l'organe de son plénipotentiaire, ne s'expliquait pas moins clairement (séance de la Conférence, 16 août). En effet, M. de Kisseleff fit à ce sujet unc proposition dont il demanda l'insertion au protocole. Elle tendait à ce que la Commission émit le væu, « à la presque unanimité, o de la prompte suppression de la juridiction consulaire dans les Principautés. « La cour de Russie, ajoutait son plénipotentiaire, est disposée à accéder dès à présent à la réalisation de ce veu, si les autres puissances y consentent. » Dans le cas où cette mesure ne paraîtrait pas encore opportune, l'organe de la Russie, se fondant sur le rapport même de la Commission, jugeait urgent, « surtout pour assurer le succès des nouvelles institutions dont le pays sera doté, » de faire cesser les abus dont on se plaignait. Il n'échappait à personne qu'en demandant la suppression de la juridiction consulaire dans les Principautés, c'est l'Autriche que l'organe de la Russie avait en vue, puisque sous le couvert de la juridiction consulaire, le Gouvernement de Vienne avait de nombreux avantages dans les provinces danubiennes. A Bucharest et à lassy, les consuls autrichiens, s'il fallait en croire les écrivains russes, s'immiscaient ouvertement dans l'administration, comme aussi dans les affaires judiciaires au moyen des sentences qu'ils prononçaient. Quant à la question principale, celle de l'union ou de la séparation des Principautés, il était évident, par toutes les paroles et déclarations de l'envoyé du Tzar, qu'on ne songeait en aucune façon à Saint-Pétersbourg à empêcher la réunion, Quelle pouvait être la raison d'agir du cabinet impérial en cette circonstance ? Les inconvénients, il les voyait; mais peut-être calculait-il qu'il serait plus aisé de faire entrer quelque jour dans ses vues un Gouvernement un et non divisé, que deux Gouvernements séparés. Peut-être aussi, tenait-il à témoigner de la sorte sa bonne entente avec la France en particulier. Dans une autre question léguée à l'avenir par le traité de Paris, la rectification des frontières asiatiques de la Russie et de la Turquie, la première donna à l'Autriche une leçon diplomatique, en soumettant tout d'abord à la Conférence de Paris le projet d'arrangement rédigé par une commission spéciale, et signé à Constantinople le 5 décembre; tandis que le cabinet de Vienne se refusait absolument à soumettre à la sanction de la Conférence le règlement relatif à la navigation du Danube. L'entente du Gouvernement du Tzar avec la France, dans une autre grande difficulté qui intéressait encore l'Autriche et la Porte, nous voulons parler du Montenegro, ap

parat de la façon la plus évidente. Lorsque la question fut posée au congrès de 1856, le représentant de la Russie répondit à M. de Buol, qu'il n'existait entre le Gouvernement russe et les Monténégrins que des rapports de sympathie réciproque. Quand, en 1857, le prince Danilo se tourna vers la France, la Russie ne fit aucun acte significatif. Mais lorsque, à la suite des démonstrations hostiles faites par les armées ottomanes dans le district de Grahovo, le Gouvernement français eut déclaré (Note du Moniteur) en même temps qu'il faisait entrer des bâtiments de guerre dans les eaux de l'Albanie et de la Dalmatie, qu'il ne souffrirait pas que l'on se portåt à une entreprise quelconque contre la montagne Noire, le cabinet de Saint-Pétersbourg se joignit aux démarches de la France à Constantinople, pendant que, pour mieux manifester qu'il adoptait les vues du cabinet français, il envoyait une frégate destinée à appuyer les opérations des navires français, que commandait l'amiral Jurien La Gravière.

Nous avons fait connaître ailleurs (Danemark et Confédération germanique) l'attitude de la cour de Russie dans le conflit germano-danois. En résumé, on y concluait qu'il s'agissait d'une question fédérale et non d'une question européenne. C'était aussi l'opinion des Gouvernements français et anglais. Toutefois, en donnant raison sur ce point à l'Allemagne, la Russie comprenait, ainsi que les deux puissances avec lesquelles elle s'entendait en cette occurrence, qu'il fallait sauvegarder, en ce qui concernait le Danemark, les arrangements de 1852.

[graphic]

CHAPITRE VIL

TURQUIE.

Question des Principautés danubiennes : encore le traité de Paris. – La

Conférence se réunit de nouveau pour régler le sort des Principautés : Convention du 19 août. Teneur de ce document diplomatique; intéressants débats auxquels il a donné lieu. Les provinces moldo-yalaques auront la dénomination de Principautés-Unies.- Loi électorale annexéc à la Convention, — Les ambitions dans les Principautés. Administration provisoire. Installation des personnages qui la composent. — Le consul général d'Autriche en Moldavie ne reconnait pas sur les passeporls la dénomination de Principautés-Unies ; c'est le consulat de France qui délivre les passes. — La convention du 19 août n'était-elle applicable immédiatement qu'en matière électorale ? Le Gouvernement soutenait l'affirmative. - Rôle des Principautés dans la convention fluviale relative au Danube. Avaient-elles le droit de prendre part à

l'échange des ratifications? La négative encore soutenue par la Turquie. SERVIE. – Impopularité actuelle du Prince : complot où figurent des

sénateurs. Leur condamnation. Le prince veut exécuter la sentence. Intervention du gouvernement suzerain. Commutation : les travaux forcés, puis l'exil. - Changement tardif de politique : Wutschitch et Garanschanine appelés à seconder le prince. Cause du malaise. Karageorgievitch accusé de népotisme et de collusion avec le parti turc. Attitude de celui-ci : les forteresses. - L'attentat commis sur le consul d'Angleterre. Réparation. La Skuptchina. Loi électorale qui la prépare. Elle se réunit et met en accusation le Prince à qui elle demande d'abdiquer. Karageorgievitch se retire dans la forteresse. Il est déclaré déchu et Milosch Obrenovitch est rappelé. Herzégovine et Bosnie. — Touchante et naïve supplique des Bosniaques

au consul autrichien. Part que prend le gouvernement russe aux souffrances de ces populations. — Insurrection. Elle est étouffée et amnistiée par Kiami-Pacha. L'Herzégovine et les Bachi-bouzouks. Plaintes amères des habitants adressées aux consuls européens. Le gouverne

ment du sultan répond par des démonstrations hostiles. LE MONTÉNÉGRO. - Le prince Danilo exécute les dernières trèves que

les Turcs cherchent l'occasion de rompre. Les avances pacifiques et de conciliation sont mal reçues. Agression des Turcs de Pogoridtza; ses suites. Affaire de Zoupci. Remontrances de la France au gouvernement ottoman. Note sévère du Moniteur de l'empire français. Envoi de båtiments par cette puissance dans les eaux de l'Adriatique. Nouveaux engagements entre les Turcs et les Monténégrins. Ces derniers l'em

portent dans une sanglante journée. Compte-rendu du prince Danilo. Intervention des puissances; la Porte consent à la paix. Commission de délimitation des frontières des deux pays, réunie à Constantinople. Un Monténégrin, le colonel Vucovic, y assiste par suite de l'insistance du gouvernement français. Le grand vizir fait des réserves au sujet des droits de la Porte. Résolutions de la Commission. Droits qu'elle reconnait au Montenegro. — Note du Moniteur de l'Empire français au sujet

de cet arrangement. POPULATIONS CHRÉTIENNES, ASIATIQUES ET MARITIMES. - Massacres

de Djeddah. Les consuls d'Angleterre et de France victimes du fanatisme musulman. Dévouement du chancelier français, M. Emerat. Bombardement de Djeddah. Action et intervention combinée de l'Angleterre

et de la France. Châtiment des coupables. LA CANÉE. — Insurrection des chrétiens sur ce point. Causes et griefs.

Le gouverneur Vély-Pacha : ce qu'il répond aux chrétiens. Conseil qu'il convoque; l'évêque de Sidonia meurt en sortant de ce conseil. Conjectures à ce sujet. - Troubles à la suite du meurtre d'un musulman par un jeune Grec. Arrivée des commissaires ottomans. Mesures

qu'ils adoptent. Sami-Pacha remplace Vély-Pacha. Situation de l'Empire à l'intérieur. Mort de Rechid-Pacha. Ses successeurs :

Aali- Pacha est nommé grand vizir.-Riza-Pacha. Les nouveaux ministres font connaitre la vérité au Sultan sur les désordres financiers.-Résolutions d'Abd-ul-Medjid, Curieuse lettre qu'il adresse à cet égard au grand vizir. Mesures qui devront être prises pour rétablir l'ordre dans les finances.-Riza-Pacha à la tête de l'artillerie. Changement dans les gouvernements des provinces. — Opposition du vieux parti musulman. - Nouveaux actes du ministère. - Conclusion d'un emprunt à Londres. A quelles conditions. - Réorganisation et réduction des cadres

de l'armée. - Institution d'une école normale à Constantinople. EGYPTE.-Mort d'Achmet-Pacha.-Détails sur cet événement.- Le vice

roi: nouvelles réformes qu'il accomplit; abus auxquels il met fin. L'administration ; la propriété. En quoi les mesures qui les concernent different de celles de Mehemet-Ali. – Protection et encouragements accordés aux travaux publics : le curage du Mahmoudié; le chemin de fer d'Alexandrie à Suez; le percement de l'isthme. Obstacles opposés par le gouvernement anglais à ce projet. Comment M. de Lesseps songe à tourner cette opposition persistante. — Souscription européenne pour le percement de l'isthme. Ses conditions. Adhésions qu'elle rencontre.

- Documents économiques et financiers sur l'Egypte. TUNIS. - Nouveaux détails sur la constitution octroyée par le Bey. Dis

positions relatives à la propriété, aux cultes. Les israélites dispensés de porter la chachia (calotte noire). — Réformes économiques promises. Les monnaies : ordonnance ayant pour objet le retrait de certaines pièces de cuivre réputées altérées. — Autre ordonnance qui institue un conseil municipal dans la capitale de la Régence. Curieuses dispositions de cette institution mi-partie européenne et orientale.

[graphic]

Il s'agissait encore cette année de régler l'arriéré du traité de Paris, c'est-à-dire de la guerre mémorable qui venait

« PrécédentContinuer »