Images de page
PDF
ePub

umettra à votre approbation les lois » Dans la période susdite, les travaux :S mines, des Sociétés minières et publics ont avancé, et mon gouvernei règlement du notariat ; quelques- ment vous proposera les moyens nécesDes de ces lois ont été dejà l'objet de saires pour que, dans l'année économi

délibération des cortès dans la der que future, ils reçoivent le développeière législature.

ment indispensable. L'établissement » Les questions dont vous aurez à du télégraphe électrique a été pourous occuper sont aussi multiples que suivi dans plusieurs districts du royauraves : mais aucune n'est au-dessus me. On a livré à la circulation publie vos forces et de votre patriotisme. que la section du chemin de fer entre In examinant avec allention et votre Virtudes et le pont de Santa-Anna, et, lévouement babituel au bien public, dans le courant de ce mois, s'ouvrira es lois qui vous seront préseniées, et une nouvelle section à partir de ce in concourant au but que je me pro- point jusqu'au pont d'Asseca. pose, de rétablir dans la nation espa- » On vous donnera prochainement znole l'unité de vues, cause un jour les éclaircissements nécessaires relatide sa grandeur et de sa gloire, Dieu vement à la réalisation du contrat bénira nos efforts, et je réaliserai l'ob- passé pour la construction du chemin jet des aspirations de mon cæur, la de fer du Nord. richesse, la force et la prospérité de » Le chemin de fer de Barreiro à la nation espagnole. »

Vendas Novas offrira au public, d'ici à peu de jours, les avantages de la circulation accélérée dans la plus grande

partie de son parcours. PORTUGAL.

» Le contrat pour la navigation à

vapeur entre le continent du royaume, DISCOURS prononcé par le Roi à l'ouverlure des chambres (8 juin).

les iles des Açores et les ports de

l'Afrique occidentale, a été approuvé. « C'est avec la plus grande satisfac- Mon gouvernement, usant de l'autotion que je me trouve au milieu de risation qui lui a été accordée, a vous pour ouvrir la présente session remédié ainsi à la déplorable irrégulégislative.

larité des communications existant jus» Je me plais à manifester, au sein qu'à ce jour entre ces mêmes points. de la représentation nationale, ma » L'époque de l'ouverture de vos profonde gratitude pour les démons- travaux a été déterminée de manière trations d'intérêt, si générales et si à ce que le recouvrement des impôts spontanées qui ont signalé l'arrivée et leur application pussent être autori. en Portugal de la reine, ma bien-aimée sés en temps opportun. Le payement et très-chère épouse. Je vous remercie des dépenses courantes a été effectué également, en son nom, de ces dé- avec ponctualité pour toutes les bran. monstrations.

ches du service de l'Etal. Vous exami. » J'ai été très-touché des preuves nerez avec l'attenlion qu'elle réclame d'affection qui, dans cette même occa. la situation des fivances publiques. sion, m'ont été données par des sou. Le ministre compétent vous présenverains étrangers auxquels m'unissent tera les projets qu'exige l'amélioration des liens d'alliance ou de parenté. de la distribution et du recouvrement

» Dans la période écoulée depuis des impôts. la dernière session législative, un évé » Mes ministres des divers déparDement s'est réalisé qui louche à mon tements vous présenteront aussi les bonheur domestique et ne sera certain mesures convenables pour servir de nement pas indifférent aux yeux du remède aux plus urgentes nécessités pays. S. A. R. le prince Georges de de l'administration publique. Saxe, après avoir obtenu mon con- » De la coopération de votre zèle sentement et celui du roi, mon bien- et de votre intelligence dépend en aimé et très-cher père, a demandé la grande partie la réalisation des amémain de ma chère sæur, l'infante dona liorations dont notre pays a tant besoin Maria Anna.

eocore.

subsides pour les besoins du servis GRANDE-BRETAGNE.

public. L'état actuel du revenu aut Discours de la rejoe, lu par com

rise S. M. à avoir le copfiant esse mission (2 août).

que les subsides que vous ata accer

dés suffiront largement aux besoins. « Milords et Messieurs,

» Milords el Messieurs, » S. M. nous a ordonné de vous ex- » La condition sanitaire de la capi primer la satisfaction qu'elle éprouve tale doit être constamment une ques de pouvoir vous décharger des tra tion d'un profond intérét pour S. L, vaux d'une session qui, bien qu'inter et la reine s'est empressée de sancrompue, a dû à votre constante assi- tionner l'acle que vous avez adopté duitė d'avoir produit plusieurs niesu- pour la purification de ce poble beure, res importantes.

dont l'éial actuel fait peu d'honneur » S. M, est heureuse de penser que à un grand pays, en negle temps qu 2 ses relations avec les puissances étran- est sérieusement préjudiciable à la gères sont de nature à lui permettre santé el au comfort des habitants de d'envisager avec confiance le maintien la capitale. de la paix générale.

» S. M. a également donné son » S. M. compte que les travaux des assentiment spontaue à un acie adi plénipotentiaires qui siégent mainte- termes duquel de plus grande facilinant dans la conférence à Paris pour les sont octroyées pour l'achat par ront conduire à une solution satisfai- les villes et districts de tout ce qui sante des diverses questious qui leur peut être nécessaire afin de secooder ont été soumises.

les travaux d'amélioration locale et » Les efforts, la bravoure et le détendre plus largement les avantages dévouement qu'ont montrés dans de l'administration municipale directe. l'Iode les troupes de S. M. et celles »S. M. compte que l'acte adople de la Compagnie des Iudes-Orientales par vous pour l'administration à venir sont au-dessus de tout éloge, et S.M. des Universités d'Ecosse sera très-gyalespère que ces efforts ont été couron- tageux à ces vénérables institutions, dés déjà de tant de succès, que la et qu'il contribuera puissamment à formidable révolle qui a sévi sur une favoriser et à étendre un système aussi grande partie de ses possessions d'enseignement salutaire, moral et reliindiennes pourra maintenant, avec la gieux en Ecosse. faveur du Dieu tout-puissant, être » Le bill relatif au transfert de la promplement éteiule, et la paix réla- propriété foncière, qui étend les poublie dans ces importantes provinces. Foirs exercės jusqu'ici par les com

» Dans cel espoir, S. M. a accordé missaires des biens grevés d'hypothèson approbation spontanée à l'acle que ques el facilite l'obiention d'un titre vous avez adopté pour lui Iransmelire von susceptible d'être attaqué, au prol'autorité directe du gouvernement de fit des acquéreurs de terres en Irlande, ses possessions de l'Inde, el S. M. ne saurait mauquer d'être très-a rautaespère èire ainsi en mesure de remplir geux aux propriétaires fonciers, et il les hautes fonctions dont elle s'est contribuera au développement de la chargée, de telle sorte que, par une prospérité de celle partie des Etats de juste et impartiale administration de S. M. la loi, elle assure ces avantages d'une » L'acle approuvé par S. M. pour manière égale à ses sujets de toutes l'établissement de la colonie de la les races et de loutes croyances, et, Colombie anglaise était réclamé d'uren favorisant leur bien-être, établisse gence par suite des récentes découverel donne plus de force à son empire les d'or dans cette possession; mais S. dans l'Inde.

M. espère que ceite nouvelle colonie » Messieurs de la chambre des Com- sur le Pacifique, pourra n'être qu'un munes,

premier pas fait dans la carriere d'un » S. M. nous a ordonné de vous ferme progrés, grâce auquel les Etats remercier de la judicieuse libéralité de S. M. dans l'Amérique du Nord, avec laquelle vous avez accordé les pourront être définitivement occupés,

dans un rayon non interrompu s'étege des murailles ni en dedans de portes ; dant de l'Atlantique au Pacifique, par il ne sera mis obstacle ni à ce qu'ils une population fidèle et industrieuse enlrent ni à ce qu'ils sortent librede sujets de la couronne d'Angleterre. ment. Les limites dans lesquelles les

» S. M. vous remercie grandement sujels anglais pourront voyager sont de la diligence et de la persévérance déterminées. Dix ri forment la limite qui vous out permis, daus une période générale dans quelque direction que comparativemcut brève, d'adopter ces ce soit ; chaque ri est de 4,275 yards. mesures et d'autres de moindre et Après le fer janvier 1862, les sujets toutefois d'aussi réelle importance. anglais pourront résider à Yedo, et à

» Vous êtes appelés pour la plupart, compter du 1er janvier 1863, à Osaca, en rentrant dans vos comtés respectifs, seulement pour des intérêts de comà exercer une large influe.ce, et les merce. Dans chacune de ces villes, devoirs que vous avez à remplir le l'agent diplomatique anglais el le cèdent à peine en importance pour le gouvernement japonais fixeront un pays aux travaux dont vous allez être district convenable pour leur résirelevés. S. M. a la confiante assurance dence et la distance jusqu'à laquelle que, sous les auspices de la Providence, ils pourront aller. celte influence sera employée et ces Art. 4. Toutes les questions qui travaux seront remplis de manière à s'élèveront entre les sujets anglais vous faire honneur et à contribuer au dans les Etats japonais ressortiront bien-être général et à la prospérité aux autorilés britanniques. Les sujets d'un peuple fidèle et couleul. » anglais qui commettront des crimes

contre des Japonais ou d'autres étrangers seront punis par les autorités

britanniques, conformément à la loi SOMMAIRE du traité conclu entre Sa anglaise.

Majesté Britannique et l'empereur Art. 5. Les Japonais qui se seront du Japon, signé à Yedo,' le 26 rendus coupables d'un crime euvers aoul 1858. (Communiqué au.rjour des sujets anglais seront punis par les naux par le Foreign-Office.) autorités japonaises.

Ari. 6. Seront réglés les griefs et Art. 1°. Paix et amitié.

plaintes des Anglais contre les JapoArt. 2. Droit réciproque de nom- nais ou des Japonais contre les Anmer un agent diplomatique à Yedo et glais. à Londres, ainsi que des agents con- Art. 7. Les autorités seront de part sulaires dans les ports ouverts. L'a- et d'autre tout ce qui dépeudra d'elles gent diplomatique anglais et le consul pour amener le recouvrement des général pourront voyager dans quel- deltes dues par leurs nationaux à ceux que partie que ce soit du Japon; de l'autre pays, sans toutefois être l'agent diplomatique et le consul gé- responsables du payement. néral japonais pourront également Art. 8. Le gouvernement japonais voyager dans la Grande - Bretagne ne mettra nulle opposition à ce que partout où ils voudront.

des sujets anglais emploient légitimeArt. 3. Les ports et villes de Ha- ment des Japonais. kodadi, Kanagawa et Nagasaki seront Art. 9. Les sujets anglais ont la ouverts aux sujets britanniques le liberté de suivre leur religion au Jaqer juillet 1859 ; Nee-e-gale, ou s'il pon el peuvent bålir des lieux de ne convient pas comme port, quel- culle. qu'autre silué sur la côte occidentale Art. 10. La monnaie étrangère aura de Nipon, le 1er jausjer 1860; Hiogo, cours au Japou ; la valeur en sera déle pe janvier 1863. Dans toutes ces terminée par le poids. L'argent monplaces, les sujels anglais pourront ré- nayé (excepté la monnaie de cuivre sider d'une manière permanente, louer japonaise) el l'or, aiusi que l'argent à bail des terres, acheler et construire étranger, pourront être ex portés. des bâliments, mais non des fortifica- Art. 11. Pourront être débarqués tions. Ils ne seront renfermés ni dans et emmagasinés à Kanawa, Hakodadi et Nagasaki, francs de droit, les ap- ponais, peut faire tel règlement qui provisionnements destinés à la marine sera jugė nécessaire à l'exécution du anglaise.

traité ainsi que des articles. Art. 12. Si un navire anglais quel Art. 21. Le traité est signé en anconque fait naufrage sur la cote du glais, en japonais el en bollandais ; le Japon, les autorités japonaises pro texte hollandais sera considéré comme cureront des secours au navire et à étant l'original. Toutes les commul'équipage, et, s'il en est besoin, elles nications officielles de l'agent diploenverront ce dernier à la station con matique et des agents consulaires ansulaire la plus rapprochée.

glais seront écrites en anglais ; mais Art. 13. Les båtiments marchands pendant un terme de cinq années elles anglais peuvent employer un pilote seront accompagnées d'une traduction pour les conduire dans le port ou les hollandaise ou japonaise. en faire sortir.

Art. 22. Chaque partie signataire Art. 14. A chacun des ports ou peut demander la révision du traité verts les sujets anglais peuvent im. le fer juillet 1872 ou après. porter et exporter, directement ou Art. 23. Le gouvernement anglais indirectement, loule marchandise li et les sujets anglais auront droit à cite, en payant les droits prescrits une égale part dans tous les avantages par le trailé.

accordés ou qui le seront par la suite, Excepté des munitions de guerre dans le Japon, au gouverue ment et qui seront vendues au gouvernement aux sujets de toute autre pation. japonais seul, ils peuvent librement Art. 24. Les ratifications seront acbeter des Japonais ou leur venire écbangées dans le délai d'une année. tous les articles qu'ils pourront avoir en vente. Les Japonais peuvent acheter el vendre de même. Art. 15. Sera déterminée la valeur

ÉTATS-UNIS. des marchandises importées.

Art. 16. Toutes les marchandises MESSAGE DU PRÉSIDENT DES ÉTATS-Unis importées au Japon par les sujets anglais, lesquelles ont payé le droit ,

« Concitoyens du sénat et de la d'importation, peuvent être transpor- chambre des representants, tées par les Japonais sur un point » Quand nous comparons la situation quelconque de l'empire, sans être as actuelle du pays avec ce qu'elle était, sujelties à d'autres droits.

il y a un an, lors de la réunion du Art. 17. Les négociants anglais qui congrès, nous avons tout lieu de ont importé des marchandises et payé rendre grâce à celle Providence dile droit, auront droit à un certificat vine dont l'intervention ne nous a jadu payement et pourront ensuite les mais fait défaut, à l'époque la plus réexporter et les débarquer dans tout critique de notre histoire. Il y a un autre port sans payer un nouveau an, la lutte sectionnaire entre le Nord droit.

et le Midi sur la périlleuse question Art. 18. Les autorités japonaises, de l'esclavage s'était reproduite avec dans chaque port, adopteront les me- assez d'intensité pour menacer la paix sures convenables pour empêcher la et la perpétuité de la Confédération. contrebande.

La demande tendant à ce que le KanArt. 19. Toutes les amendes et con- sas fût admis dans l'Union à titre fiscations faites conformément au d'Etat entretint cette malheureuse agitraité appartiendront au Tycoon du lation et ramena la question tout enJapon.

tière devant le congrès. Tous les paArt. 20. Les articles relatifs au trioles désiraient qu'il fût adopté des commerce, annexés au traité, sont mesures législatives qui fissent disconsidérés comme en faisant partie paraître des Etats celte effervescence et comme étant légalement obliga- et la restreignissent au territoire autoires. L'agent diplomatique anglais, quel elle appartenait légitimement. Il de concert avec le gouvernement ja- a été beaucoup fait, je suis heureux

de le dire, pour parvenir à ce but, qui avaient été faites au Minnesota et pendant la dernière session du con- autres nouveaux Elats. Conformément grès.

à cet acte, si une majorité rejelle la La cour suprême des Etats-Unis proposition qui lui est faite, 'il sera avait précédemment décidé que tous jugé et tenu comme certain que le les citoyens américains avaient un peuple du Kansas de désire point être droit égal à introduire dans les terri- admis dans l'Union avec ladite contoires tout ce qui est tenu comme pro stitution, aux termes contenus dans priété d'après la législation des Eiats, ladite proposition. Dans ce cas, l'acte et à le posséder sous la protection de autorise le peuple du territoire à la constitution fédérale, iant que sub- choisir des delégués chargés de forsistera la condition territoriale. Voilà mer spécialen:ent pour lui uue consti. donc une positiva bien établie, et pour tution et un gouvernement d'Etat lui donner un effet pratique, il ne aussitôt a et nou pas avant » qu'il manquait que les actes de la dernière aura été constaté par un recensement, session. Un vote presque unanime fait régulièrement et légalement , que des deux chambres du congrès a re. la population dudil territoire égale ou condu soit sous une forme, soit sous dépasse la proportion de la représenune autre le principe qu'un territoire tation exigée pour un membre de la a le droit d'entrer dans l'Union à titre chambre des représentauts du congrès d'Etat, soit libre, soit esclave, con- des Etats-Unis. Ajosi assemblés, les formément à la volonté d'une majorité délégués décideront d'abord par un de sa population. Ainsi a été main- vole si le væu du peuple de l'Etat tenue la juste égalité de tous les Etats, proposé est d'être admis dès lors dans et une source féconde en dissensions i'Union ; s'il en est ainsi, ils travailfunestes a été supprimée. »

leront à faire une constitution et prenLe message s'étend ensuite au long dront toutes les mesures nécessaires sur les relations existant entre les pour établir un gouveruement d'Elat Etats-Unis et le Kansas. Voici les couformément à la constitution fédépoints les plus saillants qui ont trait à rale. Après que cette constitution aura ce dernier pays :

été faite , le congrès vational, appli« D'après l'ordonnance qui accom- quant les principesde souveraineté popagnait la constitution Lecomplon, le pulaire et de nou-intervention, laissera peuple du Kansas avait réclamé pour à la loi le soin de preserire le mode i'entretien des écoles communes le selon lequel le peuple de l'Etat prodouble de la quantité des terres pu posé l'approuvera ou la ratisiera , et il bliques qu'il n'en avait jamais été ac sera alors admis dans l'Union comme cordé auparavant à aucun Etat à son Elat, avec la constitution ainsi faite entrée dans l'Union; il avait égale- loyalement et légalement, avec ou ment réclamé les sections alternes de sans esclavage, ainsi que pourra le terrains sur une élendue de douze prescrire ladite constitution. Il y a eu milles de chaque côté de deux che dans tout le Kansas une élection, en mins de fer qu'il s'agissail de cons confurmilé des dispositions de cet truire du nord au sud et de l'est à acte, le 2 août dernier, el il en est l'ouest de l'Etat.

résulté qu'une majorité considérable Jugeant que ces prétentions étaient a rejeté la proposition soumise au déraisonnables, le congrès, par l'acte peuple par le congrès. En cet état de du 4 mai 1858, que je viens de citer, choses, il est maintenant autorisé à décida que l'Etat du Kansas serait faire une nouvelle constitution, préaadmis sur le même pied que les an- lablement à l'admission dans l'Union; ciens Etats , mais à la condition fon- mais ce ne sera qu'autant que le damentale qu'une majorité dudit Etat chiffre de la population, tel que le à une électiou devant avoir lieu à cet constalera un recensement, égalera effet, accepterait, au lieu des con- ou dépassera la proportion exigée cessions fort considérables de terres pour élire un membre à la chambre publiques qu'elle avait demandées des députés. d'aprés l'ordonnance , les concessions Dans l'état actuel des choses, il

« PrécédentContinuer »