Images de page
PDF

SCENE V II I.
LEANDRE, LUCINDE.

i . LUCINDE. J E vous attens, Monsieur, le papier à la main.

. Secondez mon transport lirique. Executons ensemble un morceau tout divin,

J'enrens parler de la Musique.

Elle est nouvelle , elle est unique. Vous en serez charmé. :)

LEANDRE.

. Vous en étes l'Auteur

LUCINDE.
Jufte, vous venez de le dire,
1. LEANDRE. :
Sans contredit, d'avance je l'admire.

1.7.3 - LUCINDE. insti Je ne dis rien des vers, car ils sont de ma Soeur. Ils sont entre nous deux d'une misére extrême.

LEANDRE.
Tant mieux, vous savez qu'à présent
On ne prend plus garde au Poëme,

Et pour qu'il n'ôte rien à la gloire du Chant,

Il n'est pas mal qu'il soit méchant.
Mais concertons sans tarder davantage.

Je vais gouter un bonheur des plus doux.
Ah! quel plaisir pour moi de chanter votre ou-
vrage,
Et de le chanter avec vous !

LUCINDE.
Tenez , voilà votre partie.

LEANDR E.
Bon. .

LUCINDE. Le Feu de la Ville est dépeint par mes sons, Vous , vous étes Daphnis, & moi, je suis Silvie. L'un & l'autre enchantés des jeux que nous voyons, Nous admirons de compagnie.

LEANDRE
Nous ne nous quittons pas, & mon ame est ravie.
Allons, m'y voilà, commençons.

(il chante.)
Ejt-ce l'effet de la magie a.
On de l'art des Mortels est-ce l'heureux pouvoir ?
Des clartés de la nuit la vûe est éblouie ,

Et des globes des Cieux' je vois l'onde embellie.
Un spectacle plus bean jamais ne se fut voir..
Dieux ! qu'il est doux pour moi ! j'y suis près de Silvice

LUCINDE chante.
Fixez vos yeux sur ce Palais charmant,
Et regardez, Daphnis , cette étincelle ;

Vous l'allez voir dans un moment; 7 répandre l'éclat d'un vaste embrasement.

LEANDR E chante.
Ainsi le regard d'une belle
Met tout en feu dans le coeur d'un Amana

Des jeux d' Amour c'est l'image fidéle..
- LUCIN D E parle.
Souvent son coeur brûlé tout le premier

Des feux que son regard allume,
A le fort de l’Artificier ,

Qu'embrase & que consume,
Le falpêtre avec le bitume,
Que ses mains viennent d'employer.

LEANDR E parle.
De ce péril, à tort, votre esprit tremble.
Lorsque l'amour assortit nos ardeurs,
Et fait jouer la mine dans nos coeurs y •

Il est doux de fauter ensemble.

LUCIND E chante.
Quel prodige nouveau!

Le feu dispute
Les couleurs au pinceau.
Il peint, il exécute,

Il trace en bean
Le plus parfait tableau.
LEANDRE chante.
L'Amour de même en notre ame

D'un objet vainqueur ,
Avec des traits de flamme

Peint l'éclat flateur.
LEANDRE LUCINDE ensemble.

Quel vaste globe de lumière
De fes feux répand les amas !
Du Dieu du jour eft-ce la fphere
Qui vient de descendre ici bas a

De feux quelle ferace brillante !
Quels jets de Jeanime étincelante !
De l'Olimpe c'eft lerableriu.

. Abi Rien n'eft fa beau!

LEANDR E parle. Et vraiment cet Ab me ravit , m'enchantes:

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »