Images de page
PDF
[subsumed][ocr errors]

Ce pas de Loure vous exprime
La plus parfaite & la plus tendre estime.

MELANIE.
Et je répons à cet aveu difçręt ,
Par quatre pas de menuet.

LEANDRE.
Vous méprisez ma fâme sérieuse;
Puisque vous n'aimez pas la Danse langoureuse ;
Je vais pląs vivement marquer mon feu secret.

(Il fait la pirouette & plusieurs jeţtés batus. )
. : MELANIE,
Je redoute un Amouc fi vif & fi coquet.

Adieu, je fuis à çire d'aîle,
Et j'imite, en courant, le vol de l'Hirondele.

LEANDR E.
Cruelle, vous fuyez, mais vos efforts font vains

Pour vous punir d'une telle incartade,

Je vous poursuis, je vous atteins,
Et je vous ferme les chemins
Par une gargoüillade.

MELANIE.
Je ne puis plus marcher. Que vais-je devenir
Dans ce danger pressant ne perdons point la tête.

• Puisqu'on m'empêche de courir, Il faut bien, malgré moi,que tout court je m'arrête. Mais ne ceftons point fans agic.

Pour

[ocr errors]
[ocr errors]

MELANIE.
Non, moderez plûtôt l'ardeur qui vous domime:
Soyez vainqueur modeste,& triomphez sans bruic.

Si l'amour propre où votre cour incline,
Veut célébrer un bien qui le séduit,
Que ce soit par une sourdine.

LEANDRE.
Ainsi qu'un Papillon , je vole fans fracas.
Mon essor eft rapide , & l'on ne l'entend pasa

MELANIE.
Vous imitez par l'inconstance
Ce même Papillon dont le vol est li doux,

LEANDRE.
Par mes pas seulement j'imite son silence.
Si l'on me voit voler, ce n'est qu'autour de vous,
.

. (Il voltige autour d'elle. )

MELANIE. Ét moi je voltige incertaine .... La Raison me retient, & le Penchant m'entraine,

Tantôt je suis mon inclination , Et je cede tantôt à la réflexion. L'Amour veut triompher,l'Effroi vient le combatre.

Il me fair reculer trois pas. LE ANDRE, lui tendant la main. ., Ah! dans le même instant pour en avancer quâtre,

« PrécédentContinuer »