Images de page
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

SCENE X I I.
CLEON, LUCIL E.

CLEON. M A fille, répond-moi ? Parle. Aimes - tu ton 11 pere ?

LUCILE. Pouvez-vous en douter ! Quelle preuve Gincere Faut-il vous en donner qui dépende de moi ?

Pour il vous en dOC LEO Nattens de toicare ;

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

CLEON.

Oui, tu me fais trop voir Que je suis dans ces lieux un pere sans pouvoir. Ledernier des humains eft maître de la fille Et moi seul je n'ai pas ce droit dans ma famille.

LUCILE Vous déchirez mon coeur parce reproche affreux! Mais je dois cout fouffrir. Vous êtes malheureux; C'eft un nouveau devoir qui m'atache à mon pere, Er qui rend à mes yeux sa personne plus chere. Je voudrois , sur le champ, pouvoir vous obéir; Mais je ne puis fi-tôt y plier mon defir: N’usez point envers moi d'une rigueur extrê.

me; Pour être mon tiran , vous m'aimez trop vous : même. Un noeud fait à la hâte , & fans fe consulter , Eft, de tous les liens, le plus dur à porter. Differez seulement, mon humble remonrrance Est mon unique espoir, & toute ma défenfe; Ne la rejettez point , j'ofe vous en priet, Et pesez mieux ma chaîne avant de me lier.

Ante la rejerieux macht EONla balan

Un autre sur Fierval emporte la balance.

LUCILE. S'il étoit vrai , mon coeur vous l'eût nommé

d'avance Et je ne ferois pas dans la perplexité ; Vous devez être sûr de ma fincerité ; C'eft l'embarras du choix qui me force d'attepdre. Mon pere , jusqu'ici, puisqu'il faut vous l'ap

prendre, Aucun ne m'a paru digne de l'obtenir.

« PrécédentContinuer »