Recherche Images Maps Play YouTube Actualités Gmail Drive Plus »
Connexion
Livres Livres 1 - 9 sur 9 pour ... peu inftruit que moi. Ce qu'alors les deux fexes nommoient Amour , étoit une....
" ... peu inftruit que moi. Ce qu'alors les deux fexes nommoient Amour , étoit une forte de commerce, où l'on s'engageoit... "
Observations sur les ecrits modernes - Page 52
1736
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Les egaremens du coeur et de l'esprit, ou memoires de Mr. de ..., Volumes 1 à 3

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - 1736 - 494 pages
...commodité étoit toujours préférée à la fyrnpathie, l'interêt au plaifir, & le vice au fendaient. On difoit trois fois à une femme, qu'elle étoit jolie ; car il n'en falloit pas plus : dès la premiere , aflurément elle voue croyoit, vous remercioit à la feconde , & aflez communeA 4 mene $...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Observations sur les écrits modernes

M. Desfontaines (Guillaume François Fouques Deshayes) - 1736
...modité étoit préférée à la fympa» thie, l'intérêt au plaifir , & le vice » au fcntiment : on difoit trois fois à » une femme qu'elle étoit...» il n'en falloit pas plus : dès la pre» miere aflTurément elle vous croyoit, » vous remercioit à la féconde, & aiTez » communément vous en...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Les égaremens du coeur et de l'esprit, ou Mémoires de Mr. de Meilcour

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - 1745
...commodité étoit toûjours préférée à la fympathie , l'intérêt au p'aifir , cV le vice ai: fermaient. On difoit trois fois à une femme, qu'elle étoit jolie; car il n'en falloit pas plus: dès la première, affûrément elle vous croyoit , vous remerciait à la feconde , & aflêz communeA 4 ment...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Bibliothèque de campagne, ou amusemens de l'esprit et du cœur, Volume 11

1764
...téméraire & fi aifé, qu'il ne pouvoit paroître redoutable qu'à quelqu'un aulîi peu inftruit que moi. On difoit trois fois à une femme, qu'elle étoit jolie; car il n'en falloit pas plus: dès la premiére aflurément elle vous croyoit, vous remercioit à la feconde, & allez communément vous en...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Collection complete des œuvres de M. de Crébillon, fils, Volume 3

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - 1777
...s'engageoit, fouvent même fans goût, où la commodité étoit toujours préférée à la fympathie, l'intérêt au plaifir, & le vice au fentiment. On...étoit jolie ; car il n'en falloit pas plus : dès la premiere , aflurément elle vous croyoit, vous remercioit à la feconde, & aflez communément vous...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Bibliotheque de campagne,ou Amusemens de L'esprit et du coeur, Volume 11

1778
...goût , où la commodité étoit A *. toujours préférée à la fympathie, l'intérêt au plafi fîr , & le vice au fentiment. On difoit trois fois à une...étoit jolie; car il n'en falloit pas plus: dès la premiere aflurément elle vous croyoit, vous remejcioit à la feconde , & aflez communément vous en...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Collection complette des œuvres de M. de Crébillon le fils, Volume 2

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - 1779
...téméraire 8C fi aifé, qu'il ne pouvoit paroître redoutable qu'à quelqu'un auffi.peu inflruit que moi. On difoit trois fois à une femme ,' qu'elle étoit jolie ; car il n'en falloit j>as plus ; dès la premiere , affurément 16 Les Egartmens du Cœur elle vous croyoit , vous remercioit...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Essais sur la litterature française: écrits pour l'usage d'une ..., Volume 2

Quintin Craufurd - 1803 - 635 pages
...une affaire; » mais en même temps il étoit rare que le len» demain la vît subsister. On disoit trois fois à » une femme qu'elle étoit jolie, car il n'en » falloit pas plus; dès la première, assurément » elle vous croyoit, vous remercioit à la se» conde, et assez communément...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Essais sur la littérature francaise: ecrits pour l'usage d'une dame ...

1803 - 635 pages
...une affaire; » mais en même temps il étoit rare que le len» demain la vît subsister. On disoit trois fois à » une femme qu'elle étoit jolie, car il n'en » falloit pas plus; dès la première, assurément » elle vous croyoit , vous remercioit à la se» conde , et assez communément...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre




  1. Ma bibliothèque
  2. Aide
  3. Recherche Avancée de Livres
  4. Télécharger le PDF