Histoire de la littérature hindoui et hindoustani: Extraits et analyses

Couverture
Printed under the auspices of the Oriental Translation Fund Committee of Great Britain and Ireland, 1847
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 106 - Gloire à Dieu au plus haut des cieux , et paix sur la terre « aux hommes de bonne volonté , chéris de Dieu ! » • La piété des fidèles a transformé cette grotte en une chapelle.
Page 113 - Je suis la Résurrection et la Vie ; celui qui croit en moi, vivra, quand même il serait mort ; 26 Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra point pour toujours.
Page 88 - Ayant donc de quoi nous nourrir et de quoi nous couvrir, nous devons être contens. 9 mais ceux qui veulent devenir riches, tombent dans la tentation et dans le piège du diable , et en divers désirs inutiles et pernicieux, qui précipitent les hommes dans l'abîme de la perdition et de la damnation.
Page xxviii - D'un pié , de deux , de trois , de quatre , De cinq , de six , de sept , de huit , Et de douze me vueille esbatre A rimer ; à tant me souffit.
Page 87 - C'est la même incrédulité que celle de Montézuma devant Cortez, et d'Atabaliba devant les Pizaro. Quand Josué assemble les Juifs : « Choisissez, leur dit-il !, ce qu'il vous plaira, ou les dieux auxquels ont servi vos pères dans la Mésopotamie, ou les dieux des Amorrhéens aux pays desquels vous habitez ; mais pour ce qui est de moi et de ma maison, nous servirons Adonaï. » Le peuple s'était donc déjà donné à d'autres dieux, et pouvait servir qui il voulait. Quand la famille de Michas,...
Page 80 - Et il n'ya point de salut (c) par aucun autre ; car nul autre nom sous le ciel n'a été donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés.
Page 111 - Je suis sûr qu'aussitôt qu'elles » vous verront, elles s'empresseront de vous donner de la nourriture » avec honneur et respect. » Les bergers agirent ainsi et trouvèrent ces femmes qui prenaient leur repas. Ils leur dirent : « Tandis que » Krichna est occupé à faire paître les vaches dans la forêt, la faim » s'est emparée de lui ; il nous envoie vous demander si vous pouvez » lui donner quelque chose à manger. » Les Brahmines n'eurent pas plutôt entendu ces mots , que , contentes...
Page 126 - Son excessive maigreur annonçait sa misère , qui était telle, qu'il n'avait réellement pas de quoi se nourrir, et qu'il n'avait pas le moyen de renouveler le chaume de sa maison. Un jour, sa femme , que son extrême pauvreté tourmentait vivement, dit à. son mari : « Seigneur, la pauvreté où nous sommes plongés nous met » dans une position bien pénible. Mais, si vous voulez en sortir, je » vous en indiquerai les moyens. — Quel est-il donc , dit ce...
Page 127 - Dans les marchés, les chemins et le» carrefours, on vendait toutes sortes d'objets. Dans différentes maisons , on chantait les louanges du maître et on distribuait des aumônes ; dans toute la ville enfin, il régnait une grande joie. Cependant Soudâmâ parcourait la ville, demandant le palais de Krichna. Enfin , il se présenta...
Page 109 - ... vous aviez jeté hors de la maison l'or qui s'y trouvait et que vous * l'eussiez remplacé par du verre. Insensé , vous avez laissé l'amhroi...

Informations bibliographiques