Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

ܪ

[ocr errors]

ter le nom de saint Ignace ( 3 ). Saint Chryfof-
tome exhortoit fortement les Chrétiens d'Antio FÉVRIER 1.
che à visiter les oflements du faint Martyr, & il
donnoit une nouvelle force à ses exhortations
en montrant les merveilleux avantages que les
Fideles retireroient de cette visite tant pour le
corps que pour l'ame (4). Les Reliques de no-
tre Saint font maintenant à Rome, dans l'Eglise
de faint Clément , Pape & Martyr. Elles y fue

&
rent apportées sous le regne d'Héraclius , vers le
temps où la ville d'Antioche tomba entre les mains
des Sarrasins ( 5 ). Il y a quelques parcelles des
offements de saint Ignace chez les Chanoines-Re-
guliers d'Arouaise , près Bapaume , en Artois;
chez les Bénédictins de Lieflies, en Haynaut ; &
dans quelques autres Églises (6). La fête de
notre Saint est d'obligation chez les Grecs , qui
la célebrent le 20 de Décembre , jour auquel il
fut martyrisé.

Pour peu qu'on lise attentivement les Épîtres de faint Ignace, on se sentira comme transporté hors de soi-même , en voyant jusqu'à quel degré de perfection il porta la douceur , l'humilité ; la patience, le détachement du monde, l'amour de Dieu & du prochain, le désir du martyre. Cette lecture deviendra encore pour nous une source d'instructions falutaires. Pourrons-nous en effet ne pas être pénétrés de confusion, lorsque notre lâcheté sera mise en contraste avec la ferveur des Saints de la primitive Eglise ? Mais écoutons

(3) Evagr. Hift. Eccl. 1. 1., & not. ad Mart. Rom. ad 17
6. 16. ed. Valef.

Decemb.
(4) Or. in S. Ignat. T. 2. (6) Henschénius, Febr. T...

P. 35.
(3) Baron. Annal. ad an. 637.

[ocr errors]
[ocr errors]

faint Ignace lui-même , & finiffons fa Vie par

& FÉVRIER 1. l'analyle de son Épître aux Philadelphiens. Il la

commence par recommander fortement l'union
avec l'Évêque, les Prêtres & les Diacres. « Vo-
» tre Évêque , dit-il, est solidement établi dans
» l'humilité & dans l'amour de Jesus-Christ. La
» gravité de ses meurs est telle, que son silence
» leul a plus de force pour persuader , que les
» vains discours des autres. Son ame est ornée
» de toutes sortes de vertus, & poffede la dous
ý ceur du Dieu vivant, qui la rend supérieure
» aux mouvements de la passion & de la com
» lere ». Il exhorte ensuite les Philadelphiens à
fuir le schilme & l'hérésie. « Ce sont, continue-
» t-il, des plantes pernicieuses que Jesus-Christ
» ne cultive point, parce qu'elles n'ont pas été
» plantées de la main du Pere...... Quiconque
► appartient véritablement à Dieu & à Jesus
» Chrift, demeure attaché à l'Évêque... Si quels
» qu’un se rend partisan du schisme & de l'er-
» reụt , il n'aura point de part à l'héritage de

Dieu..... Usez d'une seule Euchariftie; car il » n'y a qu'une seule chair de N.S.J. C. & un seul » calice qui nous, unit tous en son sang. Il n'y a » qu’un Autel, comme il n'y a qu'un Évêque avec » le College des Prêtres & des Diacres, qui parta» gent le ministere avec nous. En agissant ainsi, » vous ferez tout conformément à la volonté de » Dieu. Ce que je dis, mes Freres, ne part que de » l'ardent amour que je vous porte ; je cherche » à vous précautionner contre les pieges qu'on » pourroit tendre à votre Foi. Ce n'est point moi » qui vous parle , mais Jesus-Christ même, dont » je redoute les jugements plus que jamais , quoi, » que je fois chargé de fers pour son Nom , parce » que je me trouve encore très-imparfait. Mais

4. j'espere obtenir , par le secours de vos prieres,
» tout ce qui manque à ma foible vertu, afin
à

que

FÉVRIER s. » l'entre en possession de l'héritage que la misé» ricorde divine me prépare ».

Saint Ignace, après s'être élevé contre ceux qui adoptoient les cérémonies judaiques , & qui femoient des divisions, continúe ainsi : « Lorsque » j'étois parmi vous , je criois à haute voix, »; & par le mouvement de l'esprit de Dieu : At» tachez-vous à l'Évêque , aux Prêtres & aux « Diacres. Vous vous imaginiez alors que je ne » parlois ainsi qu'en vue de quelque division qu'il » m'étoit aisé de prévoir. Mais je prends à té» moin celui pour qui je suis chargé de chaînes , » qu'à cet égard mes connoissances n'ont eu rien » d'humain. C'est l'esprit qui vous a dit par ma » bouche : Ne faites rien fans l'Évêque ; gardez » vos corps comme le temple de Dieu ; aimez » l'unité ; fuyez les divisions, & foyez les imi» tateurs de Jesus-Christ, comme il l'a été lui» même de fon Pere. J'ai fait tout ce que j'ai o pu, comme un homme amateur de l'union & de » la paix; car. Dieu n'habite point là où régnent

la division & la colere : il pardonne pourtant » à tous ceux qu'un repentir fincere ramene å » leur devoir ». Il finit en conjurant les Philadelphiens d'envoyer quelqu'un de leur Eglise pour féliciter celle d'Antioche sur la paix qui lui avoit été rendue.

[ocr errors]

FÉVRIER 1,

LE ME JOU R.
SA I 'N T PIONE,

Ι Ν Τ
PRÊTRE ET MARTYR

à Smyrne.
CE

E Saint Prêtre de l'Eglise de Smyrne, avoit hérité de l'esprit de faint Polycarpe , & étoit un homme vraiment apoftolique. Il convertit un grand nombre d'Idolâtres, en faisant servir à la gloire de Jesus-Christ la profonde connoissance qu'il avoit des vérités de la Religion , & le talent de la parole qu'il possédoit dans un degré supérieur. Ses exemples avoient aussi une efficacité merveilleuse. La pâleur de son visage , qui annonçoit l'austérité de sa vie , faisoit sur les caurs l'impresfion la plus vive & la plus puissante. Il fut arrêté le 23 Février 250, lorsqu'il célébroit la fête de faint Polycarpe, avec Asclepiade & une femme Chrétienne, nommée Sabine . Une vision qu'il avoit eue la veille, l'avoit averti d'avance de ce qui devoit lui arriver. Il venoit de prendre du pain (a) & de l'eau après la priere folemnelle, lorfque

Polémon, Prêtre des Idoles, se saisit de lui & de ses compagnons. Polémon fit d'inutiles efforts, pour les porter tous à facrifier ; ils répondirent généreusement qu'ils n'adoroient qu'un seul Dieu; qu'ils étoient membres de l'Eglise Catholique , & qu'ils souffriroient plutôt mille morts, que de consentir à ce que l'on exigeoir d'eux. Comme on demandoit à Asclépiade quel Dieu il adorait : « Je

.

(a) Ce pain est appellé faine qui a donné lieu de croire que dans les actes de S. Pione; ce c'étoit l'Eucharistie.

[ocr errors]

» fus-Christ, répondit-il. Mais, reprit Polémon, est-ce un Dieu différent de celui dont vous avez

FÉVRIER 1. y parlé ? Non, dit Asclepiade , c'est le même que » celui que nous avons confessé ». Par-là il rendoit témoignage à la consubstantialité du Verbę , qui depuis fut définie contre les Ariens dans le Concile de Nicée. On menaça ensuite les soldats de Jesus-Christ de les faire brûler vifs. Sabine s'étant mise à rire, les Païens irrités lui dirent : « Quoi, » vous riez ! Eh bien, on va vous expofer dans » un lieu de prostitution. Dieu , répondit Sabi» ne, saura prendre ma défense ». Rien n'ayant éte capable d'ébranler la conftance des Martyrs, on les conduisit en prison. Ils resterent par choix dans un cachot obscur & retiré, afin qu'étant seuls, ils eussent plus de liberté pour s'entretenir avec Dieu par la priere. On les en tira quelque temps après pour les traîner au Temple ,' & les forcer de sacrifier aux Idoles. Déjà on avoit mis une couronne sur la tête de Pione; mais il la jetta par terre, & réfifta de tout son pouvoir aux violences dont on usoit , pour le faire participer du moins extérieurement aux cérémonies facrileges du Paganisme. C'étoit ainsi que ces généreux foldats de Jesus-Christ réparoient , autant qu'il étoit en eux, le scandale cause

le scandale causé par Eudémon leur Evêque, qui avoit lâchement apostasié; Pione, fur-tout déconcerta la fureur des Juges par la fermeté de ses réponses aux différents interrogatoires qu'il subit. Elles faisoient bien voir qu'il avoit une ame intrépide , détachée du monde, & que rien ne pourroit jamais séparer de l'amour de Jesus-Chrift. Le Proconsul Quintilien étant arrivé á Smyrne fur ces entrefaites

amena le Saint. Il ordonna qu’on l'étendît fur le chevalet, & qu'on lui déchirât le corps avec les ongles de

9

on lui

« PrécédentContinuer »