Plaidoyer pour la vie

Couverture
L'Archipel, 1 nov. 2016 - 228 pages

Jeune médecin congolais, Denis Mukwege découvre les difficultésrencontrées par les femmes enceintes pour accéder aux soins. Lesgrossesses se terminent souvent en tragédies. Sa vocation est née :il part étudier la gynécologie obstétrique en France, à Angers.De retour dans son pays, il s'installe à Lemera, dans les montagnesde l'Est du Congo, pour y dispenser des soins adaptés. Dix ans plustard, en plein conflit, il fonde l'hôpital de Panzi et y " répare " lesfemmes victimes de violences sexuelles. Dans cette région, viols etmutilations génitales sont devenus pour les milices des armes deguerre : qui détruit les femmes détruit du même coup la structurefamiliale, sociale et économique.En dépit des menaces, Denis Mukwege alerte son gouvernement– qui s'obstine dans le déni – puis la communauté internationale,depuis la tribune des Nations unies en décembre 2006.Comme il le révèle dans cette autobiographie, le Dr Mukwegeest toujours en danger et vit sous protection. Également pasteur,comme l'était son père, il continue à se battre pour les femmes,afin que cessent ces violences insoutenables.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2016)

Jeune médecin congolais, Denis Mukwege découvre les difficultésrencontrées par les femmes enceintes pour accéder aux soins. Lesgrossesses se terminent souvent en tragédies. Sa vocation est née :il part étudier la gynécologie obstétrique en France, à Angers.De retour dans son pays, il s'installe à Lemera, dans les montagnesde l'Est du Congo, pour y dispenser des soins adaptés. Dix ans plustard, en plein conflit, il fonde l'hôpital de Panzi et y " répare " lesfemmes victimes de violences sexuelles. Dans cette région, viols etmutilations génitales sont devenus pour les milices des armes deguerre : qui détruit les femmes détruit du même coup la structurefamiliale, sociale et économique.En dépit des menaces, Denis Mukwege alerte son gouvernement– qui s'obstine dans le déni – puis la communauté internationale,depuis la tribune des Nations unies en décembre 2006.Comme il le révèle dans cette autobiographie, le Dr Mukwegeest toujours en danger et vit sous protection. Également pasteur,comme l'était son père, il continue à se battre pour les femmes,afin que cessent ces violences insoutenables.

Informations bibliographiques