Revue d'histoire littéraire de la France, Volume 3

Couverture
Maurice Tourneux
A. Colin, 1896

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 431 - Un soneto me manda hacer Violante, que en mi vida me he visto en tal aprieto; catorce versos dicen que es soneto, burla burlando van los tres delante. Yo pensé que no hallara consonante y estoy a la mitad de otro cuarteto, mas si me veo en el primer terceto no hay cosa en los cuartetos que me espante. Por...
Page 214 - Quand une lecture vous élève l'esprit, et qu'elle vous inspire des sentiments nobles et courageux, ne cherchez pas une autre règle pour juger de l'ouvrage; il est bon, et fait de main d'ouvrier.
Page 569 - Peut-être qu'après tout ces croyances publiques Ne sont qu'inventions de sages politiques, Pour contenir un peuple, ou bien pour l'émouvoir, Et dessus sa faiblesse affermir leur pouvoir.
Page 432 - Señora? ¿No ando bravo? Mas sabe Dios si temo los tercetos. Y si con bien este soneto acabo nunca en toda mi vida más sonetos: ya deste, gloria a Dios, he visto el cabo.
Page 589 - qui sont abreuvés de ce commencement d'étrangeté, venant à « semer leur histoire, sentent, par les oppositions qu'on leur fait, « où loge la difficulté de la persuasion, et vont calfeutrant cet « endroit de quelque pièce fausse. L'erreur particulière fait pre« mièrement l'erreur publique, et, à son tour, après, l'erreur « publique fait l'erreur particulière.
Page 207 - En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes...
Page 634 - ... par mon frère et moi le 2 décembre 1851. Je veux que les cahiers auxquels on joindra les feuilles volantes de l'année courante, qui seront dans un buvard placé dans le compartiment de ma bibliothèque, près de ma table de travail, soient immédiatement cachetés et déposés chez...
Page 434 - Doris, qui sait qu'aux vers quelquefois je me plais, Me demande un sonnet et je m'en désespère : Quatorze vers, grand Dieu ! le moyen de les faire! En voilà cependant déjà quatre de faits. Je ne pouvais d'abord trouver de...
Page 285 - ... j'étais Anglais de manières, de goût, et, jusqu'à un certain point, de pensées; car si, comme on le prétend, lord Byron s'est inspiré quelquefois de René dans son Childe ffarold, il est vrai de dire aussi que huit années de résidence dans la Grande-Bretagne, précédées d'un voyage en Amérique, qu'une longue habitude de parler, d'écrire et même de penser en anglais, avaient nécessairement influé sur le tour et l'expression de mes idées.
Page 324 - UH amas confus de maisons , Des crottes dans toutes les rues , Ponts, églises, palais, prisons, Boutiques bien ou mal pourvues. FORCE gens noirs, blancs, roux, grisons, Des prudes , des filles perdues , Des meurtres et des trahisons , Des gens de plume aux mains crochues. MAINT poudré qui n'a point d'argent, Maint homme qui craint le sergent , Maint fanfaron qui toujours tremble. PAGES, laquais, voleurs de nuit, Carrosses, chevaux, et grand bruit' C'est là Paris ;-que vous en semble?, AUTRE.

Informations bibliographiques