Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]

BULLETIN

DU BIBLIOPHILE,

SOUS LA DIRECTION DE MM. CH. NODIER, DE L'ACADÉMIE FRANÇOISE,

ET M. Paulin PARIS, DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BÉLLES-
LETTRES, ACCOMPAGNÉ DU CATALOGUÉ RAISONNÉ DES LIVRES DE
L'ÉDITEUR.

No 1. -4° SÉRIE.

PARIS,
TECHENER , ÉDITEUR, PLACE DE LA COLONNADE DU LOUVRE,

NO 12.

JANVIER 1840.

[merged small][ocr errors]

1

Le Bulletin est composé comme il suit , savoir : : 1. Série: -- Années 1834-1835.

20 numéros et une table méthodique;
20 notices de M. Ch. Nodier, I gros vol.
in-8. .

14- » 2e Série. 1836-1837, i vol. avec une table métho

)
dique.
Analecta Biblion de M. du Roure , 2 vol.
in-8

143e Série. - 1838-1839. 2 vol. in-8, avec une planche;

la table methodique sous presse (avril 1840). 20- » La 4e Série commence avec l'année. 1840.

10

[ocr errors]

Fait à la Chambre des pairs par M. le vicomte SIMÉON, au nom

d'une commission spéciale (1) chargée de l'examen du projet de loi relatif à la propriété littéraire.

Messieurs,

Dans aucun siècle, l'intelligence n'a exercé sur le monde un enpire aussi illimité et si peu contesté que de nos jours. A une renommée souvent incertaine , que les talens obtenoient autrefois , viennent se joindre aujourd'hui les distinctions sociales ; et la charge périlleuse de gouverner les hommes est un noble prix auquel ils peuvent aspirer.

Ce n'est pas lorsque les mờeurs publiques nous ont conduits à ún progrès si remarquable, que la loi, dont la protection s'étend sur toute chose, pouvoit négliger les intérêts matériels des auteurs. Elle n'étoit

pas , il est vrai, restée muette à leur égard; mais on réclamoit , depuis longtemps, une amélioration de ses dispositions. Cette amélioration est l'objet du projet de loi dont vous avez, messieurs , confié l'examen à une commission spéciale , et c'est pour me conformer à ses ordres que j'ose , avec témérité peut-être , me rendre son organe.

Avant le xye siècle, les ouvrages littéraires ne se perpétuoient qu'au moyen de copies faites à la main; ils étoient, par conséquent, peu répandus, et leur valeur vénale étoit toujours considérable. L'industrie des copistes, dans l'antiquité et dans le moyen âge, pouvoit à grand’peine leur procurer une chétive existence. Il est permis de croire que les auteurs dont la pauvreté a souvent été déplorée , et qui , dans tous les temps, se sont plaints de ces hommes qui cherchent à se faire honneur et profit des cuvres d'autrui , n'avoient aucun droit reconnu sur les copies de leurs ouvrages, qu'ils en retiroient un très-faible avantage.

[ocr errors]

(1) Cette commission étoit composéc de MM. BERtin de Veaux, le duc be BROGLIE , Cousin, le baron Charles Dupin, Félix FAURE , KÉRATRY, le vicomte Sinton, le baron Thénard, le vicomte de VILLIERS DU TERRAGE.

« PrécédentContinuer »