Lettres de quelques Juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire: avec un petit commentaire extrait d'un plus grand, Volume 4

Couverture
Chez Méquignon Junior, 1815
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 57 - Josèphe, la piété fait partie de la vertu ; dans la nôtre, toutes les vertus ne sont que des parties subordonnées de la piété. » 4° Cette législation, si religieuse et si sage, est en même temps la plus ancienne qui nous soit parvenue. Les Minos et les Dracon, les Solon et les Lycurgue, les Zaleucus et les Numa, sont postérieurs de plusieurs siècles au législateur juif ; et s'il n'est pas démontré qu'ils lui aient dû leurs lumières, il est certain qu'il n'a pu profiter des leurs....
Page 96 - C'est Salomon, ce sage fortuné, Roi philosophe, et Platon couronné, Qui connut tout, du cèdre jusqu'à l'herbe; Vit-on jamais un luxe plus superbe? Il faisait naître au gré de ses désirs L'argent et l'or, mais surtout les plaisirs. Mille beautés servaient à son usage. — Mille? — On le dit; c'est beaucoup pour un sage. Qu'on m'en donne une, et c'est assez pour moi, Qui n'ai l'honneur d'être sage ni roi.
Page 161 - Je ne sais pas pourquoi il est dit dans la Genèse que Babel signifie confusion, car Ba signifie père dans les langues orientales, et Bel signifie Dieu; Babel signifie la ville de Dieu, la ville sainte. Les anciens donnaient ce nom à toutes leurs capitales. Mais il est incontestable que Babel veut dire confusion, soit...
Page 35 - Seigneur les aime : il rappelle, aux riches que leurs pères ont aussi été pauvres , étrangers et opprimés; qu'ils doivent donc aimer le pauvre et l'étranger, et les aimer comme eux-mêmes. « L'étranger, dit-il, qui habite parmi vous, sera comme celui qui est né parmi vous : vous l'aimerez comme vous-mêmes; car vous avez aussi été étrangers en Egypte. Je suis l'Eternel votre Dieu. » (Lévit. xix, 34- ) « L'Eternel votre Dieu est le Dieu des dieux, et le Seigneur des seigneurs, qui fait...
Page 224 - ... connaître l'avenir, c'est connaître ce qui n'est pas: mais .s'il l'a dit, il a dit vrai. Vous répondez qu'on connaît le passé, et que cependant le passé n'est pas. Voilà un plaisant sophisme. Un homme aussi sérieux que vous l'êtes peut-il se jouer ainsi des mots? Faut-il qu'on vous dise que le passé est dans la bouche de ceux qui ont vu, dans les livres de ceux qui ont écrit? encore n'y est-il guère. Mais où est l'avenir? où le voit-on? Mon ami a toujours révéré les prophètes,...
Page 26 - Si tu prends en gage le vêtement de ton prochain, tu le lui rendras avant que le soleil soit couché, 27 car c'est sa seule couverture, c'est son vêtement pour couvrir sa peau.
Page 152 - Thèbes en Béotie. Un mort ressuscite au bout de quelques jours; il faut que toutes les parties imperceptibles de son corps qui s'étaient exhalées dans l'air, et que les vents avaient emportées au loin, reviennent se mettre chacune à leur place ; que les vers et les oiseaux, ou les autres animaux nourris de la substance de ce cadavre, rendent chacun ce qu'ils lui ont pris. Les vers engraissés des entrailles de cet homme auront été mangés par des hirondelles...
Page 147 - Joram ait passé tranquillement par le mur ou sur le mur, pour y juger des causes entre des Samaritains. Il est encore moins vraisemblable que deux femmes ne se soient pas contentées d'un enfant pour deux jours. Il y avait là de quoi les nourrir quatre jours au moins : mais de quelque manière qu'ils raisonnent, on doit croire que les pères et mères mangèrent leurs enfants au siège de Samarie, comme il est prédit expressément dans le Deutéronome.
Page 62 - Dans cette législation, rien qui contredise les lois de la nature ou celles de la vertu ; tout y respire la piété, la justice, l'honnêteté, la bienfaisance. Son objet, son ancienneté, son origine, sa durée, les talents et les vertus du législateur, le respect de tant de peuples, etc., tout concourt à en prouver l'excellence.
Page 35 - Dans ces fêtes , dit-il , tu feras des festins , et tu mangeras devant l'Eternel ton Dieu , toi et ta famille , et le lévite qui est dans tes portes , et la veuve , l'orphelin et l'étranger qui demeurent avec toi. » (Deut. xvi, 11, 14.) « Et quand tu offriras tes prémices et tes dîmes à l'Eternel, tu te réjouiras en sa présence , toi , le lévite , l'étranger , la veuve et l'orphelin.

Informations bibliographiques