Almanach des muses

Couverture
Chez Delalain, 1771
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 123 - quels doux tranfports égarerent mon ame ; comment mes yeux cherchoient en vain le jour; comme j'aimois & fans fonger à plaire : je ne pouvois ni parler ni me taire. ... ; reine des nuits , dis quel fut mon amour. Mon amant vint : ô momens
Page 41 - de fon trône , Se tenant dans leurs mains mille riens enfantés par un pouvoir magique, nous les montrent de loin fous des verres d'optique; autour d'eux, nos
Page 11 - de mon corps , tu peux bien empêcher tes malades de vivre ; tu peux les tuer tous, mais non pas un bon livre ; tu les
Page 37 - au fein de Dieu font trop loin des mortels ; le peu que nous favons d'une façon certaine, frivole comme nous , ne vaut pas tant de peine
Page 14 - .de peindre ces tableaux ignorés dans Paris , d'en ranimer les traits par fon beau coloris , d'infpirer aux humains le goût de la retraite : mais de nos chers François
Page 157 - du haut de fon grenier ! la chute des beaux arts eft un bien pour la France ; des revenus du roi ma main tient la balance ; je verrai des impôts les
Page 40 - plait ; tout convient à fon dofte génie ; les livres, les bijoux, les compas, les pompons , les vers, les diamans , les biribis , l'optique
Page 40 - devant ce grand arbitre ! Un jeune Bachelier, bientôt Docteur en titre, doit fuivant une affiche , en tel jour , en tel lieu , Répondre à tout venant fur l'eflence de Dieu:
Page 89 - Oui , je les hais , Madame , il faut que je l'avoue : je ne veux point qu'un Turc à fon plaifir fe joue des droits de la
Page 13 - renaître! que j'aime , en vous lifant, ma retraite champêtre! je fais depuis quinze ans tout ce que vous chantez« Dans ces champs malheureux , fi

Informations bibliographiques