Répertoire général du Théâtre Français: composé des tragédies, comédies et drames des auteurs du premier et du second ordre, restés au Théâtre Français; avec une table générale ...

Couverture
Mme veuve Dabo, 1822
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 72 - Rentre dans le néant dont je t'avais tiré. Mais ne crois pas que, prêt à remplir ma vengeance, Ton châtiment se borne à la seule indigence. Cette soif de briller, où se fixent tes vœux, S'éteindra, mais trop tard, dans des dégoûts affreux. Va subir du public les jugements fantasques...
Page 165 - Cela m'est fort égal : on me craint, on m'estime; C'est tout ce que je veux; et je tiens pour maxime Que la plate amitié , dont on fait tant de cas , Ne vaut pas les plaisirs des gens qu'on n'aime pas...
Page 25 - Aussi, ne vous déplaise, Vous en parlez, monsieur, un peu trop à votre aise. Vous avez les plaisirs ; et moi, tout l'embarras. Vous et vos créanciers, je vous ai sur les bras. C'est moi qui les écoute, et qui les congédie. Je suis las de jouer pour vous la comédie , De vous celer, d'oser remettre au lendemain, Pour emprunter encore, avec un front d'airain.
Page 70 - Parnasse anoblir ma mémoire, Et primer dans un art plus au-dessus du droit, Plus grave, plus sensé, plus noble qu'on ne croit. La fraude impunément, dans le siècle où nous sommes, Foule aux pieds l'équité, si précieuse aux hommes : Est-il, pour un esprit solide et généreux, Une cause plus belle à plaider devant eux ? Que la fortune donc me soit mère ou marâtre...
Page 242 - Quoiqu'elle garde encor des airs sur la vertu, De grands mots sur le cœur, qui n'at-elle pas eu ? Elle a perdu les noms, elle a peu de mémoire...
Page 49 - L'illusion nous frappe autant que l'existence, Et par le sentiment suffisamment heureux De l'amour seulement nous sommes amoureux. Ainsi le fantastique a droit sur notre hommage, Et nos feux pour objet ne veulent qu'une image.
Page 238 - L'air de dénigrement, l'aigreur, la jalousie, Ce ton mystérieux, ces petits mots sans fin, Toujours avec un air qui voudroit être fin ; Ces indiscrétions, ces rapports infidèles, Ces basses faussetés, ces trahisons cruelles ; Tout cela n'est-il pas, à le bien définir, L'image de la haine, et la mort du plaisir ? Aussi ne voit-on plus où sont ces caractères, L'aisance, la franchise, et les plaisirs sincères.
Page 50 - Oui, je l'aimais avec autant de volupté Que le vulgaire en trouve à la réalité. La réalité même est moins satisfaisante. Sous une même forme elle se représente ; Mais une Iris en l'air en prend mille en un jour. La mienne...
Page 251 - Ne réussiroit pas sur l'esprit de mon frère; Cléon plus que jamais a le don de lui plaire ; Ils ne se quittent plus , et Géronte prétend Qu'il doit à sa prudence un service important. Enfin , vous le voyez , vous avez eu beau dire Qu'on...
Page 117 - Je le suis en effet, Vous êtes un ami bien rare et bien parfait ! Un procédé si noble est-il imaginable ? Ne me trouvez donc pas, au fond, si condamnable. Nous perçons l'avenir ainsi que nous pouvons, Et sur le train des mœurs du siècle où nous vivons. Quand, à faire des vers," un jeune esprit s'adonne, Même en l'applaudissant, je vois qu'on l'abandonne.

Informations bibliographiques