Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

temps un

s'appercevoit, lorsqu'on est prêt de
placer cerce haulle, que les gâteaux
dufsent encore poser dessus , il fau-
droit en ce cas, placer quelques petites
pierres de hauteur convenable, fous.
les bords de la hausse supérieure , &
enduire tout le contour de bouse de
vache , qui forme en peu de
mastic folide.
: Ces hausses ainsi construites, & em-
ployées en nombre plus ou moins
grand , suivant les circonstances & la
fertilité de chaque canton, m'ont paru
réunir tous les avantages que peuvent
désirer les Amateurs d'Abeilles
plûtôt ceux qui aiment leurs propres
intérêts. On peut les faire faire par

le premier Ouvrier, à la vuë du modèle, ou de la description que j'en viens de faire; & le prix ne peut excèder vingtcinq ou trente fols, que les Payfans peuvent s'épargner, en les faisant euxmêmes, dans leurs momens de loisir.

J'ai dit que chaque hausse doit être exactement de la même forme, & de la même grandeur , parce que sans cela , on ne pourroit pas les appliquer convenablement les unes sur les autres. J'ai ajoûcé que trois hausses font une

ou

[ocr errors]
[ocr errors]

Ruche ordinaire ; un moindre nombre feroit insuffisant, à moins que l'Effaim ne fût médiocre, & alors deux hauffes fuffisent, jusqu'à ce qu'il les ait remplies par ses travaux, ou qu'on puiffe le marier à quelqu'autre semblable, ou à quelque Ruche affoiblie, soit par maladie, soit pour avoir produit un trop grand nombre d'Effaims, de la maniere que je l'expliquerai ci-après ; autrement il pourroit arriver, que les Abeilles au-lieu de commencer leur établissement dans la premiére hauffe, le fixeroient dans la seconde, ou même l'abandonneroient, ainsi qu'elles font quelquefois, lorsqu'elles les trouvent trop grandes ou trop petites, relativement au nombre d'habitans de la Colonie.

L'on ne doit ajoûter une nouvelle hauffe , que lorsqu'on s'est affûré

que l'Effaim est extrêmement fort en Mouches, & qu'il a travaillé & peuplé considérablement, ( car il en est de plus laborieux les uns que les autres : ) mais hors ces cas il est certain , je le répète, qu'un plus grand nombre feroit inutile & feroit même un mauvais effet,

quand ce ne seroit que par la moisis

[ocr errors]

furé qui ne manqueroit pas de se mettre dans la hausse supérieure, faute d'êcre peuplée d'une quantité suffisante d'Abeilles, pour y entretenir la chaleur nécessaire.

Enfin si l'on s'appercevoit lorsqu'on enlève une hausse, que les gâteaux fuffent crop attachés sur la voute inférieure , on pourra prévenir cet inconvénient, en l'enduisant d'une couche légére d'argille détrempée , ayant l'introduction de l'Efraim. పడుతుండు 6523852 356576363636 255

$. 13

Moyens de connoître quand une Ruche

eft prête d'elaimer : précaution à pren-
dre pour empêcher un Esaim de s'en-
fuir.
A faison des Effaims eft ordinaire.

ment depuis la mi-Mai , jusques vers la fin de Juin & même au-delà, suivant les climats plus ou moins chauds. Pendant tout ce temps, on doit veiller avec bien de l'attention fur ses Ruches, depuis dix heures du matin jusqu'à trois heures du soir, qui est le temps où ils sortent , parce que les Er

saims font le profit le plus sûre , & le plus important des Ruches, & en même temps,

celui qui échape le plus aisément par le défaut de vigilance.

Il y a des signes qui indiquent qu'une Ruche essaimera dans quelques jours : il y en a d'autres qui annoncent plus sûrement & plus prochainement un Essaim. 10. Lorsqu'on voit des faux Bourdons au devant des Ruches , & qui sortent sur les deux ou trois heures après midi, c'est une marque que cette Ruche ellaimera dans peu de jours ; la raison en est , que les faux Bourdons ayant été tous massacrés avant l'automne précédent, leur retour annonce une nouvelle Ponte, veau Peuple, un nouvel Efsaim : 20. on peut encore en espérer un en bref, lorfqu'en soulevant la Ruche, on voit beaucoup d'Abeilles sur la table, ou que cette Ruche en paroît tellement remplie , qu'une partie se tient amoncelée en dehors les unes sur les autres; ce que le vulgaire appelle border,

Le signe le moins équivoque , & qui annonce un Effaim pour le jour même, est lorsque l'on voit que les Mouches d'une Ruche forte restent oisives , quoi

[ocr errors]

un nou

que le

le temps

semble les inviter au travail; qu'elles ne vont qu'en petit nom.. bre aux champs ce jour-là ; qu'elles partent matin, reviennent de meilleure heure , & demeurent chargées de leur bucin contre leurs Ruches.

Enfin lorsque le bourdonnement considérable qu'on y, entend, & qui augmente toûjours jusqu'à l'heure de leur départ, ceffe tout d'un coup, & qu’un profond filence succède à ce grand tumulte, on peut être assuré que l'Essaim va prendre son essor.

La Reine fort ordinairement une des premiéres , les autres la suivent en foule , & bientôt touc l'air est rempli d'Abeilles, qui , en tournant à droit & à gauche, semblent examiner qu'elle route elle prendra , pour l'accompagner & se conformer à ses ordres.

Plusieurs ont observé qu'en se faisisfant adroitement d'elle, au moment qu'on la voit paroître sur le bord de la table, où elle fait ordinairement quelques tours avant de prendre l'essor on se faisoit fuivre par l'Essaim , jufqu'à l'endroit où l'on avoit placé une Ruche prête à le recevoir. Je conviens que lorsqu'on réussit à s'en faisir & à

« PrécédentContinuer »