Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

est effentiel de leur laisser ces petites ouvertures qui font à la plaque de fer blane dont j'ai parlé : elles servent à renouveller l'air de la Ruche , sans refroidir les Abeilles, & fans les incommoder.

Il résulte de ce que je viens de dire, que le froid & la faim sont deux maux dont on doit absolument préserver ses Ruches : ce n'est pas la réunion de ces deux maux qu'on doit craindre tout-àla fois; car quand les Abeilles ont faim elles n'ont pas de froid , parce qu'elles sont alors dégourdies; & quand elles one froid, du moins jusqu'à un certain dégré, elles ne sont point pressées par la faim , parce qu'elles sont dans une forte d'anéantissement. Ce n'est pas même toujours le grand froid qui les fait périr , pourvu qu'il ne soit pas excessivement long : un hiver trop

doux leur est souvent plus funeste, parce que tant qu'elles ne restent pas dans un certain engourdissement, elles consomment en peu de temps toutes leurs provisions, & meurent ensuite de faim.

Dans les Ruches ordinaires elles sont exposées à la rigueur de l'air , qui souffle alors directement contr'elles, & les

[ocr errors][merged small]

engourdit , au- lieu que ma nouvelle Ruche, au moyen des vouces que for ment les hausses posées les unes sur les autres, conserve mieux la chaleur que leur respiration y entretient, & elles ont grand soin de se recirer dans celles de haut , où la rigueur du froid peut d'autant moins se faire sentir , que la bouche est alors fermée par une plaque de fer blanc, percée de petits trous qu'on y laisse pendant les mois de Novembre, Décembre Janvier & Février, sans permettre aucune sortie aux Mouches pendant tout ce temps, & en leur interdisant absolument le jour , ainsi que je l'expliquerai au Paragraphe 27%.

[ocr errors]

§. 24. Du choix des Ruches qu'on veut acheter ; moyens de connoître si elles sont fortes ou foibles , pourvuës ou dénuées de provisions : temps l'on peut les tranfporter : précautions d prendre pour cet effet.

Orsqu'on veut acheter des Mou:

L

tendre à la fin de l'hiver. Les meilleures sont celles qui font le plus garnies d'Abeilles, les plus pesantes, & dont la Cire est la plus blanche.

Une bonne Ruche, à la fin de l'hiver, doit peser depuis vinge jusqu'à trente livres ; & il est d'observation que la Cire d'un Eflaim est plus blanche & plus légére.

Pour connoître si une Ruche est force, & fi elle est garnie ou non de

provisions & de peuple, il n'y a qu'à fraper contr'elle de la jointure du doigt du milieu : si ce coup produit un bruit, féparé en deux ou trois temps , & qui continue pendant quelques momens c'est un signe d'abondance: s'il est plein, on peut la regarder comme bien pourvuë dans tous les genres ; mais s'il ne cause qu’un bruit court, & qui s'appaise dans l'instant, c'est une marque qu'il y peu

d'Abeilles dans la Ruche : enfin, si l'on entend un son aigu & percanc, il n'y a presque rien.

Voici encore un signe certain de la multitude des Mouches dans une Ruche : c'est de la foulever de la hauteur de deux pouces seulement ; fi la place qu'elle couvroit est propre, c'est-à-dire,

a

[ocr errors]

place n'est

fi l'on n'y apperçoit ni ordures , ni Mouches mortes, on peut la regarder comme bonne : fi au contraire cette

pas nettoyeé, il ne faut pas faire grand fond fur cette Ruche : elle périra infailliblement, à moins qu'on n'y apporte sur le champ les secours ou les remèdes dont elle a besoin.

Le transport des Ruches ne doit avoir lieu , autant qu'il est pofGble , que depuis le commencement de Mars jusqu'au mois de Novembre. Il est à propos pour cela de choisir une faison qui ne soit pas trop chaude & une nuit obscure, & avoir l'attention de bien les enveloper d'une nappe claire , s'il fait bien chaud, de crainte qu'elles n'étouffent

par

la chaleur que la marche ne manque pas d'y augmenter.

Comme il est d'expérience que les Abeilles qui ont été enfermées un certain temps fe vuidenr , lors de la

premiére fortie qu'elles font, des matiéres qui ont séjourné dans leur corps pendant cette détention, il est à propos d'attendre à les transporter à la fin de l'hiver, après quelque beau jour qu'elles auront sorti & fe feront vuidées; aurement il arriveroit que l'émotion oc

casionnée par le transport, les feroit fe vuider les unes sur les autres, ce qui les gâteroit , ainsi que leurs gâteaux.

On doir s'attendre que si le lieu où on les transporte n'est pas éloigné de celui où on les a prises, il y en reviendra un certain nombre pendant quelques jours : mais elles retourneront à leur Ruche , & ne l'abandonneront pas. +x3 నగరిగరిగరిగరిగరణలనరసరణలను

§. 25. Exposition des Ruches : positions qui leur font favorables ; celles qu'il

faut éviter, prin L y a une grande différence entre

l'exposition des Abeilles & leur position : les Abeilles peuvent être dans une exposition heureuse & bien choisie, & cependant fe trouver dans une pofition qui ne le feroic pas. Je vas expliquer l'une & l'autre.

On entend par l'exposition d'une Ruche fon emplacement , relativement au soleil & aux vents. Il faut, autant qu'il est possible, éviter de les placer au nord & au couchant : la Ruche fera coûjours beaucoup mieux au midi. Si

IH

« PrécédentContinuer »