Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

pas trouvé plûtôt le moyen de prévenir la destruction que les Abeilles sont forcées d'en faire, pour la confervation entiére de leur République. Ce n'est que depuis quelques années qu'on 'a imaginé une espèce de Piége ou Trebuchet , par le moyen duquel on les détruit en peu d'heures avec la plus grande facilité.

Ce Piége est une boëte carrée, faite avec des planchettes fort minces, plus large à un bouc qu'à l'autre, de longueur en tout, d'onze pouces ou environ. Voyez Pl. I. fig. iere. Il est composé de deux principales parties A & B. La partie B forme une espèce d'avant-corps, plus large à un bout qu'à l'autre, pour pouvoir s'emboëter dans la partie A, de deux pouces ou à peu près, & est elle-même composée de deux piéces B. C. On assujettit cet avant-corps à la partie A, par le moyen de deux bouts de léton d d. Voyez cet avant-corps détaché, fig. E F, qui le représentent , vu par les deux bouts.

L'une & l'autre partie est percée audeffus & aux côtés d'ouvertures longitudinales à volonté : mais de deux lignes précises de largeur, pour que les

[ocr errors]

seules Abeilles ouvriéres puissent for-
tir & rentrer facilement dans leurs
Ruches.

A l'extrémité de la partie A est un
grillage en fil de fer à pareille distance
de deux lignes l'un de l'autre, tant
pour le passage des Abeilles , que pour
voir lorsque le Trebuchet est rempli
de Bourdons, & le vuider.

Dans l'intérieur, au bout le plus étroit de l'avant-corps B,

sont

quatre petites bascules de bois fort-minces, rangées deux à deux, à peu de distance les unes des autres. Voyez les fig. hhh, qui les représentent , vuës des deux côtés.

On pourroic ne mettre qu'un rang de bascules ; j'en propose deux, pour que les Bourdons, qui auroient pénétré dans le ventre de la Machine, & qui seroient parvenus par leurs efforts redoublés à foulever l'une des deux premiéres, fussent arrêtés par les deux autres, & obligés de retourner sur leurs pas. Elles sont échancrées en rond par le bas, de la hauteur de deux lignes pour le libre passage des Abeilles ouvrie

& font suspenduës dans cet avantcorps par le moyen d'un fil de fer, qui

[merged small][ocr errors]

res,

les traverse avec aisance & les rend mobiles.

Un fecond léton traverse l'avantcorps, au- dessous & vers le milieu des bascules, un peu en avant du premier, pour leur servir de soutien, & les cenir inclinées vers la Piéce A, de façon qu'elles ne posent pas tout-àfait sur leur base, afin que les Bourdons les puissent soulever avec plus de facilité pour s'y rendre.

Sur les neuf à dix heures de matin, quelques jours après qu'une Ruche à essaimé, lorsqu'on la voit garnie de Bourdons qui sortent en foule, pour aller à la promenade, on commence par préparer une base pour soutenir le Trebucher horisontalement à la hauteur de la bouche , & on l'y applique après avoir approché cette Ruche sur le bord de la table, pour opérer avec plus de facilité.

Aussi-tôt qu'on le voit rempli de ces Parasites , on le reçire : on dégage l'avant-corps, en ôtant les deux petits létons dd, pour le secouër dans un vase plein d'eau, & on réitére l'opérarion jusqu'à ce qu'on en ait détruiç la plus considérable partie, ce qui est bientôt fait.

[ocr errors]

§. 3.

AL & da le le (for AL

Description de la Reine-mere : il en naît

au printemps 7 à 8, & quelquefois
jusqu’d is & 20 dans chaque Ruche;
il ne doit y en rester qu'une seule :

masacre des Reines surnuméraires ,
· "comme inutiles, & même nuisibles.

A troisiéme espèce d'Abeille est la

Reine , qui est seule chargée de donner des Sujets à la République, pour réparer ses pertes continuelles, & fonder de nouvelles Colonies. Si malheureusement une tête aussi précieuse vient à manquer, la consternation est générale , le travail cesse, l'indolence fuccède à l'activité la plus vive,

& sa perte entraîne bientôt celle de l'État entier. Le seul moyen de réparer ce malheur, est d'introduire une autre Reine, ou même une Nymphe de la Mere Abeille, dans la Ruche, de la maniére qu'il fera dit au Paragraphe 146. Sa présence fait res naître aussi-tôt l'allégresse avec le travail, & la fécondité qu'on se promet d'elle, lui redonne une nouvelle vie :

« PrécédentContinuer »