L'Europe après le Congrès d'Aix-la-Chapelle: faisant suite au Congrès de Vienne

Couverture
F. Béchet ainé, 1819 - 384 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 294 - Les ministres d'Autriche, de France, de la Grande-Bretagne, de Prusse et de Russie, à la suite de l'échange des ratifications de la Convention signée le 9 octobre, relativement à l'évacuation du territoire français par les troupes étrangères...
Page 295 - Que cette union d'autant plus réelle et durable qu'elle ne tient à aucun intérêt isolé, à aucune combinaison momentanée, ne peut avoir pour objet que le maintien...
Page 297 - ... dans le cas où ces réunions auraient pour objet des affaires spécialement liées aux intérêts des autres États de l'Europe, elles n'auront lieu qu'à la suite d'une invitation formelle de la part de ceux de ces États que lesdites affaires concerneraient et sous la réserve expresse de leur droit d'y participer directement ou par leurs plénipotentiaires.
Page 299 - ... de l'observation la plus stricte des principes du droit des gens, principes qui , dans leur application à un état de paix permanent , peuvent seuls garantir efficacement l'indépendance de chaque gouvernement et la stabilité de l'association générale.
Page 298 - MM. l'empereur d'Autriche, le roi de France , le roi de la Grande-Bretagne, le roi de Prusse et l'empereur de toutes les Russies, ont reçu de leurs souverains l'ordre de porter à la connaissance de toutes les cours de l'Europe les résultats de leur réunion à Aix-la-Chapelle, et de faire, à cet effet, la déclaration suivante > La convention du 9 octobre, qui a définitivement réglé l'exécution des...
Page 298 - ... est considérée par les Souverains qui y ont concouru, comme l'accomplissement de l'œuvre de la paix , et comme le complément du système politique destiné à en assurer la solidité. L'union intime établie entre les Monarques associés à ce système par leurs principes non moins que par l'intérêt de leurs peuples , offre à l'Europe le gage le plus sacré de la tranquillité future.
Page 300 - ... auraient formellement réclamé leur intervention ; le même esprit , qui dirigera leurs conseils, et qui régnera dans leurs communications diplomatiques, présidera aussi à ces réunions, et le repos du monde en sera constamment le motif et le but. C'est dans ces sentimens que les souverains ont consommé l'ouvrage auquel ils étaient appelés. Ils ne' cesseront de travailler à l'affermir et à le perfectionner.
Page 297 - ... d'y participer directement ou par leurs plénipotentiaires. 5° Que les résolutions consignées au présent acte seront portées à la connaissance de toutes les cours européennes, par la déclaration cijointe, laquelle sera considérée comme sanctionnée par le protocole et en faisant partie.
Page 295 - Qu'elles sont fermement décidées à ne s'écarter ni dans leurs relations mutuelles, ni dans celles qui les lient aux autres Etats, du principe d'union intime qui a présidé jusqu'ici à leurs rapports et intérêts communs, union devenue plus forte et indissoluble par les liens de fraternité chrétienne que les Souverains ont formés entre eux ; 2°...
Page 296 - Que si , pour mieux atteindre le but ci-dessus énoncé , les puissances qui ont concouru au présent acte , jugeaient nécessaire d'établir des réunions particulières, soit entre les augustes souverains euxmêmes , soit entre leurs ministres et plénipotentiaires respectifs, pour y traiter en commun de leurs propres intérêts, en tant qu'ils se rapportent à l'objet de leurs délibérations actuelles, l'époque et l'endroit de ces réunions seront, chaque fois, préalablement arrêtés au moyen...

Informations bibliographiques