Histoire ancienne et moderne du département de Lot-et-Garonne: depuis l'an 56 avant Jésus-Christ, jusqu'en 1814, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 141 - Les gens d'église , disoit ce prince , engageront mon fils à faire la guerre aux hérétiques Albigeois ; il ruinera sa santé à cette expédition; il y mourra, et par là le royaume demeurera entre les mains d'une femme et d'un enfant. » Cette prédiction s'est vérifiée.
Page 399 - Trente, et qui, dans toutes les affaires où il avait été employé , avait montré autant de sagesse que de talent. Marguerite se fit un plaisir malin de faire succomber cet homme grave. Pibrac ne fit plus que ce qu'elle voulut; et Catherine, qui n'avait pas prévu une passion aussi folle dans une tête aussi sage, se laissa conduire par son confident, qui se laissait mener par Marguerite. Sa négociation ne réussit donc pas aussi bien qu'elle se l'était promis ; et les deux cours se séparèrent...
Page 251 - Montpezat la prit par escalade en 144«, et dut, dit-on, la réussite de cet heureux coup demain, au bruit qu'une servante , gagnée à son parti , faisait en blutant ou tamisant de la farine , et chantant de toute sa force. En i5»7, Gérard...
Page 363 - R. 1501, n° 53, 54, 60). procès verbal et informations, et que par icelle il rendist coulpable les habitans de Montauban pour avoir l'occasion de les aller saccaiger et exterminer, ont menty. Réservant toutesfois, en tout ce que dessus, messeigneurs les princes du sang et ceulx que je dois réserver. Faict à Agen, soubz' le seing et seel de mes armes, le 5 de mars 1563.
Page 340 - France. 11 forma, de son autorité privée, une commission composée de certains membres du présidial d'Agen, dont l'orthodoxie et l'opinion lui étaient bien connues. La punition des coupables fut prompte et terrible. Selon certains auteurs, on fit tirer un diacre à quatre chevaux , rompre vifs ou pendre environ quarante habitans de Fumel ou des environs. La ville fut démantelée , plusieurs de ses maisons rasées, le clocher de son église abattu, obligée de payer trois cent vingt mille livres...
Page 226 - En i'î~i, ses habitants obtinrent des privilèges par lesquels ils jeiiiraient à l'avenir de> lirl's et autres droits nobles qu'ils possédaient depuis trente ans, comme de ceux qu'ils pourraient acquérir pendant l'espace de dix ans dans le duché d'Aquitaine. Pendant les guerres de religion, les catholiques s'emparèrent de cette place que sa garnison avait abandonnée. En 1679, elle fut accordée au roi de Navarre, comme place de sûreté , en vertu des oonférence* de Nérac.
Page 413 - ... étoit un homme fort doux et assez savant : comme on s'entretint des Commentaires de son père sur les livres d'Aristote touchant l'histoire naturelle des animaux, de Thou le pria de les revoir, et de n'en priver pas plus long-temps le public. Sylvius y satisfit en partie, et donna le dixième livre, qu'il dédia à Duranti , premier président du parlement de Toulouse : après sa mort le reste tomba entre les mains de son frère Joseph , qui l'emporta en Hollande, et qu'il laissa en mourant...
Page 458 - On entendoit de tous côtés : 11 verra comme nous le servirons ! Nous sommes à lui pour la vie. Tous les intéressants exilés revenus avec leur maître de la terre étrangère, tous les officiers de l'armée se serroient la main comme des frères, se disant : Plus de factions , plus de partis! tous...
Page 393 - Prince avait séduit la fille d'un honnête médecin , qui , maltraitée de ses parens^ s'abstint de toute nourriture et se laissa mourir de faim *. S'apercevant alors du mauvais effet produit par sa conduite } après avoir confié à Lusignan le commandement d'Agen , il prit le parti de se retirer à Lecloure avec sa jeune Cour, puis à Nérac> où il se livra à son goût pour la galanterie avec plus de succès peut-être et moins d'éclat.
Page 457 - Mais, par décision du 28 février 1604, cette cassation lui fut refusée; seulement on lui accorda la jouissance de la justice et autres droits et devoirs, même du droit d'hommage et vasselage qui lui appartenait sur la terre d'Aiguillon, où il fut arrêté qu'il ne serait établi aucun siège ducal.

Informations bibliographiques